Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. © Marc-Antoine Tchicot

Un portrait du rappeur burkinabè Ismael Sankara publié dans "Jeune Afrique" suscite une polémique. Le problème ? La filiation supposée de l'intéressé avec l'ancien président burkinabè, Thomas Sankara. Explications.

« Désolé, mais légalement je ne suis pas le fils de Thomas Sankara. Pour être reconnu comme son fils, cela nécessiterait un recours à la justice et soulèverait beaucoup de questions sensibles... Actuellement, certaines personnes au Burkina pensent que le gouvernement du président Blaise Compaoré est impliqué dans cette affaire et cette situation est allée jusqu'à créer une campagne avant une audience de justice [le 28 juin, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de la famille Sankara portant sur la séquestration de l'ex-président, NDLR]. Je ne souhaite pas être associé à tout cela. Je suis un artiste, et mon travail est la musique. »

>> Lire le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique no 2684

Voilà le dernier e-mail que m'a adressé le rappeur Ismael Sankara, le 23 juin, après la publication de son portrait dans J.A. (no 2684). Un portrait repris et commenté dans la presse burkinabè. Aujourd'hui, nos lecteurs s'interrogent sur la réalité de cette filiation. Leurs demandes sont légitimes, et je me dois de raconter dans quelles conditions cet article a vu le jour.

Un père qui "avait une vision"

Tout a débuté par une rencontre, en mars, avec un réalisateur gabonais qui se trouve être également l'un des deux producteurs de The Rhythm of My Life, un documentaire de vingt minutes consacré au rappeur. On y voit l'artiste enregistrer un album à Libreville et parler de son travail. Il fait aussi une allusion ambiguë à son enfance aux États-Unis, à une mère qui « ne voulait pas parler des coups durs du passé », à un père qui « avait une vision » et « savait ce qui allait arriver ». Lorsque j'ai demandé si Ismael était le fils de Thomas Sankara, le réalisateur gabonais m'a répondu par l'affirmative, tout en me disant que l'artiste était assez discret sur sa vie de famille.

Il m'a ensuite mis en contact avec Ismael Sankara, que j'ai rencontré à l'hôtel Onomo de Libreville au début de mars pendant près d'une heure. Ce dernier m'a confirmé être le fils de Thomas Sankara. Son talent, la version qu'il m'a donnée de son histoire et le travail des documentaristes - primé lors de deux festivals de cinéma - m'ont convaincu de proposer un article à ma rédaction.

Liens avec la famille

Après sa publication, Ismael Sankara m'a prié d'écrire un correctif, me disant qu'il était soumis à des pressions familiales et qu'il était encore trop tôt pour dévoiler son passé. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas revenir sur la version qu'il m'avait donnée. Il s'est ensuite adressé à ma rédaction en chef, qui lui a proposé un droit de réponse. Nous avons reçu un e-mail (d'une adresse inconnue), que nous lui avons demandé de reprendre pour y apporter des précisions, et de signer.

À l'heure du bouclage, nous n'avions rien reçu, si ce n'est un courriel de Théodul Sankara, neveu du président défunt, qui précise : « Ismael porte peut-être le nom Sankara, il a peut-être des liens avec la famille, mais Ismael n'est pas un fils de Thomas. » Aujourd'hui, je poursuis mes investigations et n'écarte aucune hypothèse. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : renfort de poids pour Compaoré

Burkina Faso : renfort de poids pour Compaoré

Le troisième parti politique du Burkina Faso a annoncé samedi qu'il voterait la semaine prochaine le projet de loi controversé visant à modifier la Constitution pour permettre au président Blaise[...]

Burkina : le projet de loi révisant la Constitution examiné le 30 octobre

C'est le 30 octobre que les députés burkinabè se prononceront sur le projet de loi visant à modifier la Constitution et permettant à Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat en[...]

Théâtre : Étienne Minoungou sur le ring avec Muhammad Ali

Pour Étienne Minoungou, le directeur des Récréâtrales, qui se tiennent du 25 octobre au 2 novembre à Ouagadougou, l'art est un combat. Sur scène, il incarne le plus[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas[...]

Burkina - Zephirin Diabre : "Le référendum est inopportun et dangereux pour la paix sociale"

Après l'annonce du gouvernement, mardi, d’un référendum à venir pour ouvrir la voie à une nouvelle candidature de Blaise Compaoré, l'opposition annonce d'ores et déjà[...]

Burkina : l'opposition manifeste contre le référendum favorable au maintien de Compaoré au pouvoir

L’annonce faite par le gouvernement hier d’un référendum à venir pour ouvrir la voie à une nouvelle candidature de Blaise Compaoré a déclenché des manifestations de[...]

Burkina Faso : le gouvernement adopte un projet de loi révisant la Constitution

Réuni en conseil des ministres extraordinaire mardi, le gouvernement burkinabè a décidé de soumettre à l'Assemblée nationale un projet de loi visant à modifier la Constitution,[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Burkina : il y a 27 ans, Thomas Sankara était assassiné

L'ancien président et leader de la révolution burkinabè a été assassiné il y a tout juste 27 ans, le 15 octobre 1987. À l'occasion de l'anniversaire de sa mort, "Jeune[...]

Sénégal - Burkina : Macky Sall favorable à une candidature de Compaoré en 2015

Le président sénégalais Macky Sall a expliqué à des visiteurs français qu'il valait mieux laisser le président burkinabè se représenter en 2015, même[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers