Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. © Marc-Antoine Tchicot

Un portrait du rappeur burkinabè Ismael Sankara publié dans "Jeune Afrique" suscite une polémique. Le problème ? La filiation supposée de l'intéressé avec l'ancien président burkinabè, Thomas Sankara. Explications.

« Désolé, mais légalement je ne suis pas le fils de Thomas Sankara. Pour être reconnu comme son fils, cela nécessiterait un recours à la justice et soulèverait beaucoup de questions sensibles... Actuellement, certaines personnes au Burkina pensent que le gouvernement du président Blaise Compaoré est impliqué dans cette affaire et cette situation est allée jusqu'à créer une campagne avant une audience de justice [le 28 juin, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de la famille Sankara portant sur la séquestration de l'ex-président, NDLR]. Je ne souhaite pas être associé à tout cela. Je suis un artiste, et mon travail est la musique. »

>> Lire le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique no 2684

Voilà le dernier e-mail que m'a adressé le rappeur Ismael Sankara, le 23 juin, après la publication de son portrait dans J.A. (no 2684). Un portrait repris et commenté dans la presse burkinabè. Aujourd'hui, nos lecteurs s'interrogent sur la réalité de cette filiation. Leurs demandes sont légitimes, et je me dois de raconter dans quelles conditions cet article a vu le jour.

Un père qui "avait une vision"

Tout a débuté par une rencontre, en mars, avec un réalisateur gabonais qui se trouve être également l'un des deux producteurs de The Rhythm of My Life, un documentaire de vingt minutes consacré au rappeur. On y voit l'artiste enregistrer un album à Libreville et parler de son travail. Il fait aussi une allusion ambiguë à son enfance aux États-Unis, à une mère qui « ne voulait pas parler des coups durs du passé », à un père qui « avait une vision » et « savait ce qui allait arriver ». Lorsque j'ai demandé si Ismael était le fils de Thomas Sankara, le réalisateur gabonais m'a répondu par l'affirmative, tout en me disant que l'artiste était assez discret sur sa vie de famille.

Il m'a ensuite mis en contact avec Ismael Sankara, que j'ai rencontré à l'hôtel Onomo de Libreville au début de mars pendant près d'une heure. Ce dernier m'a confirmé être le fils de Thomas Sankara. Son talent, la version qu'il m'a donnée de son histoire et le travail des documentaristes - primé lors de deux festivals de cinéma - m'ont convaincu de proposer un article à ma rédaction.

Liens avec la famille

Après sa publication, Ismael Sankara m'a prié d'écrire un correctif, me disant qu'il était soumis à des pressions familiales et qu'il était encore trop tôt pour dévoiler son passé. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas revenir sur la version qu'il m'avait donnée. Il s'est ensuite adressé à ma rédaction en chef, qui lui a proposé un droit de réponse. Nous avons reçu un e-mail (d'une adresse inconnue), que nous lui avons demandé de reprendre pour y apporter des précisions, et de signer.

À l'heure du bouclage, nous n'avions rien reçu, si ce n'est un courriel de Théodul Sankara, neveu du président défunt, qui précise : « Ismael porte peut-être le nom Sankara, il a peut-être des liens avec la famille, mais Ismael n'est pas un fils de Thomas. » Aujourd'hui, je poursuis mes investigations et n'écarte aucune hypothèse. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Côte d'Ivoire : Gon Coulibaly transplanté !

Article pr�c�dent :
Manger chez l'indigène

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : 'Timbuktu' au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait t[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p017.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p017.xml0 from 172.16.0.100