Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. © Marc-Antoine Tchicot

Un portrait du rappeur burkinabè Ismael Sankara publié dans "Jeune Afrique" suscite une polémique. Le problème ? La filiation supposée de l'intéressé avec l'ancien président burkinabè, Thomas Sankara. Explications.

« Désolé, mais légalement je ne suis pas le fils de Thomas Sankara. Pour être reconnu comme son fils, cela nécessiterait un recours à la justice et soulèverait beaucoup de questions sensibles... Actuellement, certaines personnes au Burkina pensent que le gouvernement du président Blaise Compaoré est impliqué dans cette affaire et cette situation est allée jusqu'à créer une campagne avant une audience de justice [le 28 juin, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de la famille Sankara portant sur la séquestration de l'ex-président, NDLR]. Je ne souhaite pas être associé à tout cela. Je suis un artiste, et mon travail est la musique. »

>> Lire le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique no 2684

Voilà le dernier e-mail que m'a adressé le rappeur Ismael Sankara, le 23 juin, après la publication de son portrait dans J.A. (no 2684). Un portrait repris et commenté dans la presse burkinabè. Aujourd'hui, nos lecteurs s'interrogent sur la réalité de cette filiation. Leurs demandes sont légitimes, et je me dois de raconter dans quelles conditions cet article a vu le jour.

Un père qui "avait une vision"

Tout a débuté par une rencontre, en mars, avec un réalisateur gabonais qui se trouve être également l'un des deux producteurs de The Rhythm of My Life, un documentaire de vingt minutes consacré au rappeur. On y voit l'artiste enregistrer un album à Libreville et parler de son travail. Il fait aussi une allusion ambiguë à son enfance aux États-Unis, à une mère qui « ne voulait pas parler des coups durs du passé », à un père qui « avait une vision » et « savait ce qui allait arriver ». Lorsque j'ai demandé si Ismael était le fils de Thomas Sankara, le réalisateur gabonais m'a répondu par l'affirmative, tout en me disant que l'artiste était assez discret sur sa vie de famille.

Il m'a ensuite mis en contact avec Ismael Sankara, que j'ai rencontré à l'hôtel Onomo de Libreville au début de mars pendant près d'une heure. Ce dernier m'a confirmé être le fils de Thomas Sankara. Son talent, la version qu'il m'a donnée de son histoire et le travail des documentaristes - primé lors de deux festivals de cinéma - m'ont convaincu de proposer un article à ma rédaction.

Liens avec la famille

Après sa publication, Ismael Sankara m'a prié d'écrire un correctif, me disant qu'il était soumis à des pressions familiales et qu'il était encore trop tôt pour dévoiler son passé. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas revenir sur la version qu'il m'avait donnée. Il s'est ensuite adressé à ma rédaction en chef, qui lui a proposé un droit de réponse. Nous avons reçu un e-mail (d'une adresse inconnue), que nous lui avons demandé de reprendre pour y apporter des précisions, et de signer.

À l'heure du bouclage, nous n'avions rien reçu, si ce n'est un courriel de Théodul Sankara, neveu du président défunt, qui précise : « Ismael porte peut-être le nom Sankara, il a peut-être des liens avec la famille, mais Ismael n'est pas un fils de Thomas. » Aujourd'hui, je poursuis mes investigations et n'écarte aucune hypothèse. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Crash du vol AH5017 : pour Hollande, 'tout laisse penser que cet avion s'est écrasé au Mali'

Crash du vol AH5017 : pour Hollande, "tout laisse penser que cet avion s'est écrasé au Mali"

L'avion de la compagnie Air Algérie, disparu cette nuit alors qu'il faisait route vers Alger, a été victime d'un crash, selon un officiel de l'aviation algérienne. Les recherches se poursuivaient jeudi [...]

Air Algérie : le vol Ouaga-Alger AH 5017 disparaît avec 116 personnes à bord

La compagnie aérienne nationale algérienne a annoncé avoir perdu le contact avec l'un de ses avions parti de Ouagadougou. Il y avait entre 110 passagers et 6 membres d'équipage à bord.[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Burkina Faso : ils veulent être calife à la place du calife !

Pour le moment, ils font tous front commun face à une éventuelle candidature de Blaise Compaoré en 2015. Mais tous ont aussi des ambitions personnelles en cas d'alternance. De Zéphirin Diabré[...]

Présidentielle burkinabè : tout sauf Blaise Compaoré

Plus nombreux et soudés face au projet de référendum visant à réformer la Constitution, les opposants au président burkinabè, Blaise Compaoré, maintiendront-ils longtemps[...]

Niger - Burkina : Mahamadou Issoufou, entre Salif Diallo et Blaise Compaoré

Comment le président nigérien Mahamadou Issoufou a-t-il résolu le dilemme de la rupture entre son ami Salif Diallo et son allié Blaise Compaoré ?[...]

Burkina - Blaise Compaoré : "Il faudra bien partir un jour..."

Son avenir après 2015, la révision de la Constitution, l'opposition, la crise malienne, Hollande, Gbagbo, Sankara... Le chef de l'État burkinabè n'élude aucune question, même s'il[...]

Burkina Faso : Droit libre TV, une vigie sur le web

Au Burkina, une webtélé -  Droit libre TV - s'est assigné un rôle de vigie bien particulier. Sa mission : s'assurer du respect des droits de tous, notamment celui de s'exprimer et[...]

Burkina Faso : opposants cherchent soutiens

Les principaux opposants au président burkinabè, Blaise Compaoré, peinent à mobiliser des soutiens financiers. Pas plus à l'extérieur du pays, qu'à l'intérieur.[...]

Burkina : l'explosion d'un stock d'explosifs fait 4 morts et une trentaine de blessés à Ouagadougou

Quatre personnes sont mortes et 38 ont été blessées mardi soir dans l'explosion d'un stock d'explosifs à Ouagadougou. L'hypothèse d'un attentat a été formellement rejetée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers