Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. Ismael Sankara (à gauche) et son producteur Mike Mef. © Marc-Antoine Tchicot

Un portrait du rappeur burkinabè Ismael Sankara publié dans "Jeune Afrique" suscite une polémique. Le problème ? La filiation supposée de l'intéressé avec l'ancien président burkinabè, Thomas Sankara. Explications.

« Désolé, mais légalement je ne suis pas le fils de Thomas Sankara. Pour être reconnu comme son fils, cela nécessiterait un recours à la justice et soulèverait beaucoup de questions sensibles... Actuellement, certaines personnes au Burkina pensent que le gouvernement du président Blaise Compaoré est impliqué dans cette affaire et cette situation est allée jusqu'à créer une campagne avant une audience de justice [le 28 juin, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de la famille Sankara portant sur la séquestration de l'ex-président, NDLR]. Je ne souhaite pas être associé à tout cela. Je suis un artiste, et mon travail est la musique. »

>> Lire le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique no 2684

Voilà le dernier e-mail que m'a adressé le rappeur Ismael Sankara, le 23 juin, après la publication de son portrait dans J.A. (no 2684). Un portrait repris et commenté dans la presse burkinabè. Aujourd'hui, nos lecteurs s'interrogent sur la réalité de cette filiation. Leurs demandes sont légitimes, et je me dois de raconter dans quelles conditions cet article a vu le jour.

Un père qui "avait une vision"

Tout a débuté par une rencontre, en mars, avec un réalisateur gabonais qui se trouve être également l'un des deux producteurs de The Rhythm of My Life, un documentaire de vingt minutes consacré au rappeur. On y voit l'artiste enregistrer un album à Libreville et parler de son travail. Il fait aussi une allusion ambiguë à son enfance aux États-Unis, à une mère qui « ne voulait pas parler des coups durs du passé », à un père qui « avait une vision » et « savait ce qui allait arriver ». Lorsque j'ai demandé si Ismael était le fils de Thomas Sankara, le réalisateur gabonais m'a répondu par l'affirmative, tout en me disant que l'artiste était assez discret sur sa vie de famille.

Il m'a ensuite mis en contact avec Ismael Sankara, que j'ai rencontré à l'hôtel Onomo de Libreville au début de mars pendant près d'une heure. Ce dernier m'a confirmé être le fils de Thomas Sankara. Son talent, la version qu'il m'a donnée de son histoire et le travail des documentaristes - primé lors de deux festivals de cinéma - m'ont convaincu de proposer un article à ma rédaction.

Liens avec la famille

Après sa publication, Ismael Sankara m'a prié d'écrire un correctif, me disant qu'il était soumis à des pressions familiales et qu'il était encore trop tôt pour dévoiler son passé. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas revenir sur la version qu'il m'avait donnée. Il s'est ensuite adressé à ma rédaction en chef, qui lui a proposé un droit de réponse. Nous avons reçu un e-mail (d'une adresse inconnue), que nous lui avons demandé de reprendre pour y apporter des précisions, et de signer.

À l'heure du bouclage, nous n'avions rien reçu, si ce n'est un courriel de Théodul Sankara, neveu du président défunt, qui précise : « Ismael porte peut-être le nom Sankara, il a peut-être des liens avec la famille, mais Ismael n'est pas un fils de Thomas. » Aujourd'hui, je poursuis mes investigations et n'écarte aucune hypothèse. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une transi[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un[...]

Burkina : Blaise Compaoré assure vouloir remettre le pouvoir à l'issue d'une transition

En prenant d'assaut l'Assemblée nationale, jeudi matin, à Ouagadougou, les manifestants ont eu raison du vote du projet de loi sur la modification de la Constitution burkinabè, qui doit permettre à[...]

Ebola - CAN 2015 : Keita, Chermiti, Ndinga, N'Ganga... l'idée d'un report fait son chemin

Si l’avenir de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) se jouera dans les prochains jours, les joueurs potentiellement concernés par la compétition commencent à s’exprimer. Et ceux que Jeune[...]

Burkina - En direct : situation toujours confuse à Ouagadougou, tractations en cours

Les députés burkinabè devaient voter ce jeudi, à partir de 10 heures (heure locale), le projet de loi sur la modification de la Constitution, qui permettrait à Blaise Compaoré de se[...]

Burkina : journée sous haute tension avec l'examen du projet de révision de la Constitution

Les députés burkinabè doivent se prononcer ce jeudi sur le projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président Blaise Compaoré de se représenter en 2015. À[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Burkina : Compaoré ou l'art de l'esquive

Ses adversaires, qui le soupçonnaient de vouloir modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat, pensaient qu'il allait recourir à un référendum. Le président[...]

Burkina : un appel à la grève après les manifestations d'hier

Après la manifestation d'ampleur rassemblée par l'opposition hier à Ouagadougou et dans d'autres villes du pays, c'est au tour des syndicats d'appeler aujourd'hui à la grève.[...]

Burkina Faso : plusieurs blessés lors de la manifestation contre la révision constitutionnelle

Des centaines de milliers de Burkinabè sont descendus dans la rue mardi pour dénoncer un projet de révision constitutionnelle permettant le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré. Des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers