Extension Factory Builder
04/07/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles touaregs du MNLA, dans un endroit non déterminé en février 2012. Des rebelles touaregs du MNLA, dans un endroit non déterminé en février 2012. © MNLA/AFP/Archives

Entre les groupes islamistes et leur ancien allié, le MNLA, l'heure est à l'affrontement au Nord-Mali. Et celui-ci ne tourne pas en faveur des indépendantistes touaregs...

Pour les connaisseurs de la région, ce n'était qu'une question de temps : les groupes armés qui contrôlent le nord du Mali allaient inévitablement s'affronter. L'air sentait le soufre depuis l'échec, début juin, de la fusion du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA, la rébellion touarègue) et des islamistes d'Ansar Eddine, le groupe fondé par Iyad Ag Ghali.

L'explosion s'est produite le 27 juin, à Gao. De violents combats ont opposé les indépendantistes touaregs au Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Ansar Eddine et transfuges d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Bilan provisoire : au moins 35 morts et une quinzaine de blessés.

La tension était montée d'un cran la veille, après qu'un conseiller municipal de Gao eut été abattu en pleine rue. La population a vite accusé les hommes du MNLA et manifesté sa colère. Selon des témoins, c'est une tentative de médiation du Mujao qui a dégénéré en affrontement entre les deux groupes. Et les jeunes Gaois - Peuls, Songhaïs et, parfois, Touaregs - ont pris fait et cause pour les djihadistes.

"Les habitants ont l'impression de vivre sous occupation"

Ces derniers seraient-ils parvenus à se faire accepter de la population ? « Pas vraiment, explique un homme d'affaires songhaï. Les habitants ont l'impression de vivre sous occupation. Mais ils considèrent que les islamistes sont plus sérieux que le MNLA. Et puis les hommes du Mujao sont moins stricts qu'à leur arrivée. »

« Beaucoup d'entre eux sont originaires de la région, précise un spécialiste des groupes islamistes. Et ils se sont interposés lors des exactions contre la population. »

La perte de Gao constitue un camouflet pour le MNLA, qui doit renoncer non seulement à sa capitale provisoire, mais aussi à son unique bastion dans le nord du pays. Blessé - il a reçu des éclats de balles dans le dos et à l'oreille - Bilal Ag Achérif, le chef du conseil transitoire de l'État de l'Azawad, a été transféré à Ouagadougou, la capitale burkinabè, pour y recevoir des soins.

Pour sa part, Mohamed Ag Najim, le chef d'état-major du MNLA, a battu le rappel des troupes. Elles ont quitté les abords de Tombouctou, Ménaka et Kidal le 28 juin. Objectif : se réunir quelque part dans le désert pour « déterminer la marche à suivre ». Un repli « tactique » qui laisse le contrôle total des villes aux islamistes et n'augure pas forcément une reconquête. « Le MNLA compte plus de combattants, mais l'alliance Ansar Eddine-Mujao-Aqmi est beaucoup plus efficace », souligne un expert des questions de sécurité, qui insiste sur les ressources financières et le niveau d'entraînement des djihadistes.

Ces affrontements remettent-ils en question les discussions en cours à Ouagadougou, organisées sous l'égide de Blaise Compaoré, le président burkinabè ? « Non, affirme une source proche de la médiation. Le dialogue avec le MNLA et Ansar Eddine doit se poursuivre. » Mais de quoi discuter, et avec qui ? Le MNLA continue de réclamer l'indépendance de l'Azawad, les islamistes veulent instaurer la charia. Tout cela sans le soutien des populations... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - France : le ton monte

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Mali : trois suspects en garde à vue pour l'attaque de la résidence de Konaré

L'enquête sur l'attaque contre la résidence de l'ancien président malien Alpha Oumar Konaré, à Bamako, s'oriente vers la piste des voleurs de câble électrique. Trois suspects ont[...]

Afrobaromètre : hommes-femmes, le choc des égaux en Afrique

Scolarisation, divorce, héritage... Les discriminations entre les sexes ont tendance à régresser. Sinon dans les faits, du moins dans les mentalités, selon une enquête[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers