Extension Factory Builder
04/07/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles touaregs du MNLA, dans un endroit non déterminé en février 2012. Des rebelles touaregs du MNLA, dans un endroit non déterminé en février 2012. © MNLA/AFP/Archives

Entre les groupes islamistes et leur ancien allié, le MNLA, l'heure est à l'affrontement au Nord-Mali. Et celui-ci ne tourne pas en faveur des indépendantistes touaregs...

Pour les connaisseurs de la région, ce n'était qu'une question de temps : les groupes armés qui contrôlent le nord du Mali allaient inévitablement s'affronter. L'air sentait le soufre depuis l'échec, début juin, de la fusion du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA, la rébellion touarègue) et des islamistes d'Ansar Eddine, le groupe fondé par Iyad Ag Ghali.

L'explosion s'est produite le 27 juin, à Gao. De violents combats ont opposé les indépendantistes touaregs au Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Ansar Eddine et transfuges d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Bilan provisoire : au moins 35 morts et une quinzaine de blessés.

La tension était montée d'un cran la veille, après qu'un conseiller municipal de Gao eut été abattu en pleine rue. La population a vite accusé les hommes du MNLA et manifesté sa colère. Selon des témoins, c'est une tentative de médiation du Mujao qui a dégénéré en affrontement entre les deux groupes. Et les jeunes Gaois - Peuls, Songhaïs et, parfois, Touaregs - ont pris fait et cause pour les djihadistes.

"Les habitants ont l'impression de vivre sous occupation"

Ces derniers seraient-ils parvenus à se faire accepter de la population ? « Pas vraiment, explique un homme d'affaires songhaï. Les habitants ont l'impression de vivre sous occupation. Mais ils considèrent que les islamistes sont plus sérieux que le MNLA. Et puis les hommes du Mujao sont moins stricts qu'à leur arrivée. »

« Beaucoup d'entre eux sont originaires de la région, précise un spécialiste des groupes islamistes. Et ils se sont interposés lors des exactions contre la population. »

La perte de Gao constitue un camouflet pour le MNLA, qui doit renoncer non seulement à sa capitale provisoire, mais aussi à son unique bastion dans le nord du pays. Blessé - il a reçu des éclats de balles dans le dos et à l'oreille - Bilal Ag Achérif, le chef du conseil transitoire de l'État de l'Azawad, a été transféré à Ouagadougou, la capitale burkinabè, pour y recevoir des soins.

Pour sa part, Mohamed Ag Najim, le chef d'état-major du MNLA, a battu le rappel des troupes. Elles ont quitté les abords de Tombouctou, Ménaka et Kidal le 28 juin. Objectif : se réunir quelque part dans le désert pour « déterminer la marche à suivre ». Un repli « tactique » qui laisse le contrôle total des villes aux islamistes et n'augure pas forcément une reconquête. « Le MNLA compte plus de combattants, mais l'alliance Ansar Eddine-Mujao-Aqmi est beaucoup plus efficace », souligne un expert des questions de sécurité, qui insiste sur les ressources financières et le niveau d'entraînement des djihadistes.

Ces affrontements remettent-ils en question les discussions en cours à Ouagadougou, organisées sous l'égide de Blaise Compaoré, le président burkinabè ? « Non, affirme une source proche de la médiation. Le dialogue avec le MNLA et Ansar Eddine doit se poursuivre. » Mais de quoi discuter, et avec qui ? Le MNLA continue de réclamer l'indépendance de l'Azawad, les islamistes veulent instaurer la charia. Tout cela sans le soutien des populations... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers