Extension Factory Builder
04/07/2012 à 11:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie. Abou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie. © AFP

Les entretiens entre officiels français et congolais, entre ces derniers et les représentants de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), se multuplient à l'approche du Sommet de la francophonie prévu à Kinshasa du 12 au 14 octobre. Objet des discussions : la participation de François Hollande et la possibilité de délocaliser le sommet.

François Hollande doit recevoir Abdou Diouf, le secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), le 9 juillet à l'Élysée. L'entretien portera essentiellement sur le Sommet de la francophonie prévu à Kinshasa du 12 au 14 octobre. Raymond Tshibanda, le ministre congolais des Affaires étrangères, a lui aussi rencontré Diouf, le 27 juin à Paris. Ce dernier a insisté sur la nécessité pour la RDC de faire des progrès en matière de transparence électorale, d'État de droit et de respect des libertés. Quant à Bernard Valcourt, le ministre canadien de la Francophonie, il a fait un crochet par Paris, les 27 et 28 juin, après un séjour à Kinshasa. Au programme : un entretien avec Diouf et avec Yamina Benguigui, son homologue française. L'objet de ces conciliabules ? « Décider si le sommet aura bien lieu à Kinshasa, et quand ; et statuer sur l'éventuelle participation de Hollande », explique une source proche du dossier. Si Kinshasa se montre optimiste, Paris et l'OIF restent prudents. Élément de poids dans la balance : si le sommet devait être reporté, déplacé ou se tenir en l'absence de François Hollande, « ce serait très mal perçu dans toute l'Afrique centrale », explique un diplomate. Et Kinshasa aurait alors toute latitude pour se jeter dans les bras sud-africains et chinois.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Drôles de révolutionnaires !

Drôles de révolutionnaires !

De dangereux émeutiers prêts à utiliser la violence pour déstabiliser l'État ? C'est ainsi que les autorités congolaises ont, après leur interpellation, présenté[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p008-009.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p008-009.xml1 from 172.16.0.100