Extension Factory Builder
02/07/2012 à 10:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Deux dates et deux sommets à retenir pour les quatre prochains mois, dans la vie de ce grand corps malade du continent qu'est l'Afrique centrale. La première, à la mi-octobre, aura pour théâtre Kinshasa, où se tiendra le sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Le président français François Hollande s'y rendra-t-il ? Si l'on en croit les conditionnalités publiquement énoncées par le Quai d'Orsay, il faudrait pour cela qu'auparavant la gouvernance congolaise ait enregistré « des progrès concrets » dans presque tous les domaines. Et de les égrener : « libertés fondamentales », « droits de l'homme », « liberté de la presse », « transparence électorale »... Pourquoi pas. Reste qu'avec de tels critères, qu'on imagine applicables partout ailleurs sauf à croire qu'il existe deux poids et deux mesures, François Hollande devrait oublier toute idée de visite officielle à Pékin, Moscou, Riyad, Doha (la liste est loin d'être exhaustive) et ne voyager que dans les pays certifiés fréquentables par les ONG et la Banque mondiale. Difficilement imaginable. D'où cette recommandation de bon sens : le président Hollande doit aller à Kinshasa et y prononcer ce grand discours « refondateur » de la relation franco-africaine que tout le monde attend de lui. Toute autre solution serait, vue d'Afrique, illisible.

Deuxième date, deuxième sommet : celui des six pays membres de la Cemac, le 20 juillet, à Brazzaville. Cette fois, la France n'est pas concernée, et c'est entre eux que les chefs d'État de la région devront résoudre un vrai problème de crédibilité : l'actuelle présidence de la commission a failli à ses responsabilités, son titulaire doit être remplacé, la double obligation de compétence et de transparence doit être mise au centre de la maison et primer enfin sur les ­égoïsmes nationaux. Au risque de continuer à être à la traîne de ses homologues d'Afrique australe, d'Afrique de l'Est et d'Afrique de l'Ouest, la Cemac n'a d'autre choix que de balayer devant sa porte. Et ce n'est pas tout : après la banque centrale - la BEAC -, dont les écuries ont été nettoyées en 2010, l'heure est venue de se pencher sur la gestion de la banque de développement commune, la BDEAC, laquelle vient d'enregistrer une perte de 5 milliards de F CFA sur son exercice 2011. Selon des documents internes et externes auxquels J.A. a eu accès, les symptômes de mal-gouvernance qui ont touché les deux précédentes institutions sont, ici aussi, à l'oeuvre. Il est grand temps, pour les six leaders régionaux, de les traiter.

Et puisque votre journal consacre cette semaine sa couverture à la sorcellerie au coeur des pouvoirs, cette anecdote significative en guise de conclusion. Selon des sources directes - c'est-à-dire oculaires -, deux étranges personnages revêtus de toges blanches ont été vus le 23 juin au soir devant le bureau du président de la Commission à Bangui, en train de se livrer à de drôles d'incantations. Paniqué, le jeune directeur qui les a surpris est allé se confier aux gardes de sécurité, lesquels ont haussé les épaules : « Chef, ce n'est rien, c'est l'habitude. Ici, les sorciers entrent comme ils veulent. » Sur l'agenda des chefs d'État, à la date du 20 juillet, penser à ajouter ceci : désenvoûter la Cemac. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers