Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il y a quelques années, un couple de diplomates européens s'installait au Maroc, à Rabat, en provenance d'un pays du nord de l'Europe que je ne nommerai pas (je ne veux fâcher personne). Ils visitèrent plusieurs appartements avant de jeter leur dévolu sur un confortable trois-pièces en plein centre-ville, avec vue sur le fleuve. Après avoir signé le bail et reçu les clés dudit trois-pièces, le couple fut invité cordialement par le propriétaire à déjeuner chez lui. Sa femme avait préparé quelques spécialités locales dont, miam-miam, vous m'direz des nouvelles ! Quelle ne fut pas sa déconvenue quand la moitié féminine du couple rejeta hautement l'invitation avec un discours du genre :

- Non, non, on ne nous la fait pas, nous sommes prévenus, ça commence avec un déjeuner, puis vous nous demanderez bientôt des visas et - pourquoi pas - des bourses pour les enfants.

Le proprio, profondément vexé, ne répondit rien. (Il aurait pu rétorquer qu'il disposait depuis des lustres de la double nationalité maroco-française et qu'il n'avait donc pas besoin de visa pour aller en Europe, et qu'il était assez à l'aise financièrement pour payer les études de ses enfants et même celles des enfants de la diplomate si peu diplomate. Mais il n'en fit rien : on ne raisonne pas le butor, et encore moins la butoresse.)

Le temps passe, comme disait Cocteau, et puis un jour, trois ans plus tard exactement, le couple revient voir M. Bennani (vous ai-je dit que le proprio s'appelait Bennani ?) pour lui rendre les clés de l'appart : ils rentrent au pays. Et l'inconcevable se produit : la diplomate s'effondre en larmes, se jette sur Bennani, l'embrasse, lui malaxe la dextre et lui présente ses excuses :

- Quand je pense que j'ai refusé votre invitation à déjeuner il y a trois ans ! Nous avions tellement de préjugés, on nous avait tellement lavé le cerveau... Nous avons passé trois ans dans ce pays sans voir quiconque, murés dans notre ambassade, claquemurés dans votre appartement - et c'est au moment de partir que nous avons compris que nous avions gâché trois ans, que nous aurions pu rencontrer des gens fort sympathiques et découvrir leur culture.

Bennani hausse les épaules et console comme il peut la dame.?- Allons, nous avons tous nos a-priori et nos angles morts. Quittons-nous bons amis : j'appelle ma femme, vous dînez chez nous ce soir.

Dois-je préciser que ce sublime (et ultime) gueuleton ne fit que multiplier les regrets de M. et Mme Diplomate ? Combien d'occasions de connaître notre prochain, notre frère, n'avons-nous pas laissé filer pour n'avoir pas compris qu'une invitation à déjeuner n'est parfois... qu'une invitation à déjeuner ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Rajaâ Cherkaoui El Moursli : "Il faut commencer très tôt à intéresser les filles aux matières scientifiques"

La physicienne marocaine Rajaâ Cherkaoui El Moursli a remporté le prix de la fondation L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, zone Afrique et États arabes. Une belle récompense pour cette[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p138.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p138.xml0 from 172.16.0.100