Extension Factory Builder
04/07/2012 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il y a quelques années, un couple de diplomates européens s'installait au Maroc, à Rabat, en provenance d'un pays du nord de l'Europe que je ne nommerai pas (je ne veux fâcher personne). Ils visitèrent plusieurs appartements avant de jeter leur dévolu sur un confortable trois-pièces en plein centre-ville, avec vue sur le fleuve. Après avoir signé le bail et reçu les clés dudit trois-pièces, le couple fut invité cordialement par le propriétaire à déjeuner chez lui. Sa femme avait préparé quelques spécialités locales dont, miam-miam, vous m'direz des nouvelles ! Quelle ne fut pas sa déconvenue quand la moitié féminine du couple rejeta hautement l'invitation avec un discours du genre :

- Non, non, on ne nous la fait pas, nous sommes prévenus, ça commence avec un déjeuner, puis vous nous demanderez bientôt des visas et - pourquoi pas - des bourses pour les enfants.

Le proprio, profondément vexé, ne répondit rien. (Il aurait pu rétorquer qu'il disposait depuis des lustres de la double nationalité maroco-française et qu'il n'avait donc pas besoin de visa pour aller en Europe, et qu'il était assez à l'aise financièrement pour payer les études de ses enfants et même celles des enfants de la diplomate si peu diplomate. Mais il n'en fit rien : on ne raisonne pas le butor, et encore moins la butoresse.)

Le temps passe, comme disait Cocteau, et puis un jour, trois ans plus tard exactement, le couple revient voir M. Bennani (vous ai-je dit que le proprio s'appelait Bennani ?) pour lui rendre les clés de l'appart : ils rentrent au pays. Et l'inconcevable se produit : la diplomate s'effondre en larmes, se jette sur Bennani, l'embrasse, lui malaxe la dextre et lui présente ses excuses :

- Quand je pense que j'ai refusé votre invitation à déjeuner il y a trois ans ! Nous avions tellement de préjugés, on nous avait tellement lavé le cerveau... Nous avons passé trois ans dans ce pays sans voir quiconque, murés dans notre ambassade, claquemurés dans votre appartement - et c'est au moment de partir que nous avons compris que nous avions gâché trois ans, que nous aurions pu rencontrer des gens fort sympathiques et découvrir leur culture.

Bennani hausse les épaules et console comme il peut la dame.?- Allons, nous avons tous nos a-priori et nos angles morts. Quittons-nous bons amis : j'appelle ma femme, vous dînez chez nous ce soir.

Dois-je préciser que ce sublime (et ultime) gueuleton ne fit que multiplier les regrets de M. et Mme Diplomate ? Combien d'occasions de connaître notre prochain, notre frère, n'avons-nous pas laissé filer pour n'avoir pas compris qu'une invitation à déjeuner n'est parfois... qu'une invitation à déjeuner ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc 'solidaire' des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie d'Ebola[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex