Extension Factory Builder
25/06/2012 à 14:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son dernier opus résonne comme une volonté délibérée de resserrer son champ artistique. Son dernier opus résonne comme une volonté délibérée de resserrer son champ artistique. © Anthony Faure

À 26 ans, la chanteuse sort son second album. Quatorze titres, entièrement arrangés par le bassiste Guy Nsangué, qui signent une quête d'autonomie plutôt réussie.

À la sortie de Mispa, son premier album, paru en 2009, on lui avait reproché de vouloir montrer l'étendue de ses capacités. Charlotte Dipanda mélangeait alors allègrement, peut-être aussi ostensiblement, sonorités R'nB, pop et africaines. Inspiré par ses pérégrinations à travers les dix régions de son Cameroun natal, son dernier opus, Dube L'am (« ma foi », en langue douala), résonne comme une volonté délibérée de resserrer son champ artistique. Le résultat ? Une farandole de rythmes traditionnels que la jeune femme, installée en France depuis onze ans, a métissés pour en faire des chansons aux couleurs pop, adoubée par son illustre aîné Toto Guillaume. Comme sur « Soma Loba », qui débute sur un rythme bikutsi (centre du pays) avant d'enchaîner avec un refrain mangambeu (Ouest).

Une voix soul éclatante, souple et agile, un brin caverneuse, suit les courbes sinueuses des mélodies.

Si cette grande voyageuse a appris le solfège, le piano « et un peu le chant » à l'Institut art culture perception (IACP Paris) à son arrivée en France, c'est auprès de grands noms de la musique africaine comme Manu Dibango, Lokua Kanza ou encore Rokia Traoré que l'ex-habituée des cabarets camerounais fait ses armes à l'international, en tant que choriste. Une belle expérience qu'elle dit ne pas pouvoir s'empêcher de renouveler avec certains, elle qui est désormais en quête d'autonomie. Dans cet opus dont elle signe la majorité des textes et des musiques, énergie et inspiration circulent en toute fluidité. On découvre alors une chanteuse éclatante à la voix soul, d'une surprenante maturité. Une voix de l'âme aussi, souple, agile, un brin caverneuse, qui suit les courbes parfois sinueuses des mélodies, elles-mêmes suffisamment pernicieuses pour s'installer dans votre tête et ne plus vous quitter.

« Coucou »

Cette mère d'un petit garçon, Jadi, n'hésite pas à se mettre à nu, à la fois câline et grave. Comme dans « Coucou » - l'un des titres les plus aboutis -, où elle invite son amoureux à se réfugier auprès d'elle pour oublier l'adversité du quotidien. Ou dans « Na Ndé », dédié à ce père qu'elle n'a jamais connu et qu'elle « cherche dans les yeux des hommes de sa vie ». Un manque qui a participé à l'éveil de sa sensibilité, qui s'exprime dans l'écriture de ses textes. Celle pour qui la chanson était juste un moyen pratique d'échapper au lycée sait aussi frapper de grands coups. Comme ces deux duos magnifiques : « Bodimbea », avec Richard Bona (« un rêve qu'elle aimerait voir réalisé », disait-elle au cours d'une émission de radio en 2009), et « Wé Ndé Nja », avec Jacob Desvarieux, où zouk et makossa s'entrelacent. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et partenaires de la Fifa. La Fédération [...]

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983. De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimba[...]

Rwanda : le Parlement se penchera bientôt sur la question du troisième mandat de Kagamé

Le Parlement dit avoir reçu plus de deux millions de demandes de la population pour réviser la Constitution de 2003. Objectif : permettre à Paul Kagamé de se représenter en 2017.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens revendiquent l'"État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un en[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Serge Aurier (PSG) : "Tu ramènes la CAN en Côte d'Ivoire, et où est la gratitude ?"

Coup de gueule de Serge Aurier. Définitivement transféré au Paris-SG, le jeune défenseur international ivoirien (22 ans) va disputer samedi la finale de la Coupe de France face à Auxerre. Mais s[...]

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans, ça march[...]

Kenya : attaque meurtrière des Shebab contre des policiers près de Garissa

La localité de Garissa fait depuis plusieurs jours l'objet d'affrontements entre les Shebab somaliens et les policiers kényans. Début avril, les insurgés y avaient massacré près de 150 &e[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des cha[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un ess[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers