Extension Factory Builder
02/07/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Extrait du documentaire 'Algérie, nos années pieds-rouges'. Extrait du documentaire "Algérie, nos années pieds-rouges". © DR

À l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de l'ancienne colonie, la télévision française multiplie les témoignages.

D'un côté et de l'autre de la Méditerranée, d'un côté et de l'autre de l'Histoire. Comment raconter ce que l'on a vécu ? Les points de vue diffèrent, laissant aux historiens le soin de démêler le vrai du faux en naviguant dans une mer grosse de bien des possibles. Ainsi cette anecdote : les Algériens qui venaient de dire oui à l'indépendance racontent que les colons quittant le pays, en 1962, brûlaient préalablement leurs voitures afin de ne pas les laisser entre les mains des « indigènes ». Mais pour les Français contraints d'abandonner un territoire qu'ils jugeaient leur, la perspective est bien différente : pour eux, les dockers du port d'Alger laissaient volontairement choir les voitures qu'ils chargeaient dans le ventre des bateaux afin qu'elles ne fonctionnent plus... Où se trouve la vérité ? Sans doute de part et d'autre.

Cinquante ans après la proclamation d'indépendance de l'Algérie, le 5 juillet 1962, bien des acteurs de la tragédie sont encore vivants. Pour la plupart âgés, ils gardent des événements une mémoire souvent limpide, quoique partisane. Mémoire, souvenirs : ce ne sont pas exactement les termes qui conviennent. Mieux vaut parler de plaies, de blessures, de cicatrices, de deuils...

En cette année de commémorations, la télévision française a choisi de privilégier la forme documentaire et de faire la part belle aux témoignages pêchés dans les deux camps. Ce qui en résulte ? La sensation d'une Histoire encore à vif. Combien de visages froissés et de mains tremblantes qui cherchent avec pudeur à cacher ces larmes irrépressibles, et trahissent la permanence de l'horreur vécue ? Racolage, diront certains. Non, passage obligé pour dire la réalité sans s'abstraire dans la froideur des dates et des déclarations politiques.

Pieds-rouges

À ce titre, le documentaire le plus réussi est signé Marie Colonna et Malek Bensmaïl et s'intitule 1962, de l'Algérie française à l'Algérie algérienne. Multipliant les témoignages, le film couvre la dernière année de la colonisation, et plus particulièrement la période qui s'étire entre le cessez-le-feu du 19 mars 1962 et l'élection d'Ahmed Ben Bella, le 25 septembre de la même année. Terreur organisée par l'OAS, liesse populaire de l'indépendance, enlèvements, affrontements entre l'Armée des frontières et l'Armée de libération nationale (ALN)... Les repères historiques complétés par des images d'archives permettent de situer la parole des acteurs, donnant au spectateur la possibilité de plonger dans la chair de l'Histoire.

France Télévisions propose

1962, de l'Algérie française à l'Algérie algérienne, sur France 3, en deux parties, les 3 et 10 juillet.

Algérie, nos années pieds-rouges, sur France Ô le 5 juillet après le téléfilm Le Choix de Myriam, avec Leïla Bekhti, et avant le concert de Khaled à Mawazine.

Sur la même période - ce moment de transition qui exacerba la violence -, Algérie 1962, l'été où ma famille a disparu relève plus de la quête initiatique. À la mort de son père, Hélène Cohen découvre qu'il lui a toujours caché l'histoire dramatique de sa famille. Fin juin 1962, sa mère, sa soeur et son père ont disparu pour ne jamais revenir. En enquêtant sur ce secret de famille poignant, Hélène Cohen revient sur un épisode qui continue de hanter les deux communautés. Victimes collatérales de l'Histoire en marche ? Quand il s'agit de votre famille, de votre soeur, de votre mère, il n'existe rien de « collatéral »...

Sur les cendres, reconstruire. La chaîne France Ô a, pour sa part, choisi un thème original : celui de ces Français qui ont soutenu le FLN - dont les fameux « porteurs de valises » - et qui après l'indépendance ont offert leurs compétences au jeune pays. Algérie, nos années pieds-rouges, d'Emmanuel Migeot, multiplie de même les témoignages d'acteurs. Mais outre le sort individuel de quelques engagés, le film - comme les deux autres - permet de saisir la complexité de cet instant où un pays pose les bases de sa future existence.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Moi, Fathy le Fou, maître du 'trait pourri'

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec u[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

 Le gouvernement algérien a adopté le décret restaurant le crédit à la consommation, après une suspension de plus de cinq ans. Réservé aux produits nationaux, il devrait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p124.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p124.xml0 from 172.16.0.100