Extension Factory Builder
28/06/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mohammed Ennaji est historien, politologue et acteur culturel.

Nonobstant la volonté affichée des islamistes marocains de s'en prendre à la création et à la liberté culturelle, il n'y a rien de préjudiciable, à l'heure qu'il est, à l'actif du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis qu'il préside le gouvernement. Les bars sont toujours ouverts, les restaurants servent de l'alcool sans s'enquérir de la confession des clients, les supermarchés en vendent plus que jamais aux musulmans, dans les petites villes comme dans les grandes. Les festivals ont lieu aux mêmes dates, les filles non voilées n'ont pas encore pris le voile. Rien n'a donc changé sous le soleil d'Allah, alors que l'on croyait les islamistes prêts à abattre, par un décret d'urgence, le moindre symbole de modernité. Ils n'en ont encore rien fait. Mais le problème n'est pas si simple.

À leur arrivée au pouvoir, la culture, dans son volet de création, était déjà au point mort. À tous les niveaux, elle sombrait dans une agonie qui n'en finissait pas. Tous les festivals - arguments de ceux qui s'illusionnent d'une vie culturelle florissante - ne sont pas le fruit d'un mûrissement créatif local. En plus de leur facticité, ils ne doivent leur existence qu'au parrainage de grands de l'État qui en tirent du bruit médiatique utile à leur position dans le sérail. Pour le reste, la production littéraire, théâtrale, musicale et cinématographique reste encore médiocre. D'aucuns n'hésitent pas à parler de régression culturelle du point de vue qualitatif, par rapport aux années 1970, alors que les universités couvrent aujourd'hui l'ensemble du territoire.

--> Lire aussi : Maroc, l'art et la manière forte

Dans la création comme dans la contestation, on perçoit la grande faiblesse qui entache le mouvement culturel au Maroc. L'une des fragilités du Mouvement du 20 février se trouve bien là. L'absence de projet social clairement formulé par l'élite jeune est suffisamment éloquente de l'incapacité de celle-ci à imaginer un avenir, à élaborer un paradigme propice à une modernité à laquelle la société aspire pourtant. Les islamistes ne sont pas la cause de ce délabrement culturel, qui a, par ailleurs, terni un printemps marocain moins vigoureux que le tunisien et encore moins que l'égyptien. Ils en sont au contraire le produit. L'analphabétisme culturel a servi leur cause et favorisé leur ascension. C'est l'assassinat, en bonne et due forme, de l'école par les groupes dominants, dont le parti de l'Istiqlal, sous prétexte d'arabiser et de « nationaliser » l'école et la culture, qui en fut et en est l'origine. Depuis, l'école publique, devenue un quasi-ghetto pour les enfants des couches populaires, a conforté le rang des analphabètes et renforcé les effectifs de l'électorat des islamistes. C'est la destruction en règle de cette école qui a causé la faillite culturelle du Maroc.

La destruction de l'école publique a causé la faillite culturelle du Maroc.

Certes, les islamistes ont abondamment instrumentalisé le volet culturel en diabolisant les déviations laïques et « sataniques » pour engranger des voix. Paradoxalement, ils n'ont pas été plus loin à leur arrivée au pouvoir. Ils continuent toujours à souffler le chaud et le froid, à alterner la menace et le compromis chaque fois que se profile un événement qui peut donner lieu à un discours incendiaire. Mais leur action est bien dosée, ils font intervenir à tour de rôle les différents niveaux de la hiérarchie du parti, avec des tons différents ; les plus élevés se montrant tolérants et les plus proches des militants de base fustigeant la moindre initiative susceptible de laïcité et plus encore de blasphème.

Les dirigeants du parti ont bien compris la nécessité d'occuper les lieux en douceur, tout en veillant à grossir leur électorat et à mobiliser les foules à moindres frais. La tactique est simple, se maintenir à la lisière du secteur culturel et alterner le sermon et la menace, mais se garder d'intervenir brutalement ou directement pour éviter d'affronter les puissants du régime, ou de se risquer dans des directions qu'ils ne contrôlent pas. Le PJD sait maintenant l'impopularité des réformes qui l'attendent sur le terrain économique, il fait de l'espace culturel un cheval de bataille où il fait miroiter le mirage de la purification culturelle et du retour aux sources.

Dernier ouvrage paru : Eclats de voix, un intellectuel à l'écoute de sa société (éditions La Gazette, Casablanca, 2010, 174 pages, 40 Dh)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Maroc : fini les peines d'amour ?

Article pr�c�dent :
Maroc : l'art et la manière forte

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Maroc : le ministre Abdellah Baha, "boîte noire" du PJD, meurt dans un accident ferroviaire

Le ministre d'État Abdellah Baha est mort dimanche soir dans un accident ferroviaire à Bouznika. Cadre influent du PJD, il était aussi un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement, Abdelilah[...]

Ali Benmakhlouf, libre penseur

Enseignant en France depuis trente-cinq ans, ce natif de Fès aux origines sénégalaises incarne la figure du philosophe-citoyen.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers