Extension Factory Builder
29/06/2012 à 15:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le candidat du PRI en campagne à Mexico, le 17 juin 2012. Le candidat du PRI en campagne à Mexico, le 17 juin 2012. © SIPA

Il ressemble à un héros de feuilleton, et les étudiants le détestent. Qu'importe, les électrices sont folles de lui. Le 1er juillet, Enrique Peña Nieto accédera sans doute au Palais national mexicain.

Grand favori de l'élection présidentielle du 1er juillet, Enrique Peña Nieto, le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), affronte depuis plusieurs semaines de forts vents contraires. Le 10 juin, un mouvement étudiant baptisé Yo soy 132 (« je suis le 132e »), en référence à une vidéo lancée sur YouTube par 131 jeunes opposants, a réuni 90 000 manifestants dans les rues de México et d'autres villes du pays. Il réclame « un processus électoral transparent et la démocratisation des médias ».

De fait, plusieurs agences de presse indépendantes ainsi que le quotidien britannique The Guardian ont révélé que le candidat du PRI avait payé les médias mexicains pour s'assurer que leur couverture de la campagne lui soit favorable. « Televisa et Televisión Azteca ont occulté des informations concernant Peña Nieto. Elles ont surtout suggéré avec insistance qu'il ne pouvait pas être battu », explique l'universitaire Héctor E. Bezares.

Les étudiants reprochent aussi au candidat un discours trop « évasif ». Le 11 mai, il est sorti sous les huées lors d'une visite à l'université Iberoamericana, à México. « Gouverner le Mexique n'est pas un feuilleton », lui ont lancé les contestataires. Avec son physique d'acteur américain, Peña Nieto est un pur produit marketing. Cela lui vaut d'être présenté par ses adversaires comme un « candidat de telenovelas ». Cela lui vaut aussi - et c'est assurément plus important - les faveurs de l'électorat féminin. Selon une récente étude, 56 % des Mexicaines seraient prêtes à tromper leur mari avec lui ! Elles se moquent bien qu'il soit incapable de citer correctement le titre de trois livres, comme il en a fait l'accablante démonstration au cours d'une conférence de presse. En 2007, après deux mois de veuvage, il a épousé en secondes noces une certaine Angélica Rivera, une actrice de telenovelas produites et diffusées par Televisa. Tiens, tiens !

Entre 37 % et 42 % des intentions de vote

En dépit des critiques, la popularité de Peña Nieto reste au zénith. Les sondages lui accordent entre 37 % et 42 % des intentions de vote, loin devant Andrés Manuel López Obrador, du Parti de la révolution démocratique (gauche), et Josefina Vázquez Mota, du Parti d'action nationale (droite), dont les scores oscillent entre 25 % et 29 %. Sa victoire reste probable, mais la mobilisation étudiante a quand même ouvert une brèche. « Il est très clair qu'une grande partie de la population veut que les choses changent, estime Bezares. Les Mexicains sont conscients de l'hypocrisie et de la corruption des politiques. Ils veulent un redressement moral. »

Durant toute sa campagne, Peña Nieto s'est donc présenté comme le candidat de la rupture. S'il est élu, il promet de rompre définitivement avec l'autoritarisme et la corruption qui marquèrent l'interminable règne du PRI (1929-2000). Il annonce qu'il nommera à la tête de la sécurité un ex-général colombien, grand spécialiste de la lutte contre le narcotrafic et le crime organisé, et se déclare favorable à un renforcement des troupes déployées dans tout le pays depuis 2006 par Felipe Calderón, l'actuel président. Or cette stratégie a déjà fait plus de 50 000 victimes...

L'ennui est que deux gouverneurs provinciaux membres du PRI sont accusés d'entretenir des liens avec les cartels de la drogue ! « La victoire du PRI ne changera pas grand-chose », estime donc Bezares. À une semaine du scrutin, 20 % des électeurs n'avaient pas encore fait leur choix.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers