Extension Factory Builder
28/06/2012 à 14:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jing Haipeng (centre), Liu Wang et Liu Yang dans la capsule Shenzhou-9. Jing Haipeng (centre), Liu Wang et Liu Yang dans la capsule Shenzhou-9. © SIPA

L'espace, les grands fonds océaniques, la banquise du pôle Nord... Aucune terra incognita n'est plus à l'abri des convoitises des dirigeants chinois.

Elle a 34 ans, les cheveux courts et un large sourire. Le portrait de Liu Yang s'étale à la une de tous les journaux chinois. Ce major de charme, pilote de chasse au sein de l'escadrille de Wuhan, est la première femme taïkonaute - comme on appelle ici les cosmonautes. Pour ce quatrième vol spatial habité, la propagande du régime s'en est donné à coeur joie : retransmission du départ en direct sur les chaînes de télévision nationales, drapeaux chinois à tous les carrefours et portraits élogieux de cette « fille du ciel dévouée à ses parents et dotée d'un sang-froid incroyable », comme la décrit Le Quotidien du peuple.

Lors de la conférence de presse qui précéda le décollage, elle fut la dernière des trois taïkonautes à prendre la parole. Pour remercier son pays et promettre de faire partager à ses compatriotes « les merveilles de l'espace ». Un vrai conte de fées, doublé d'un bel élan de ferveur patriotique comme les autorités ont l'habitude d'en orchestrer.

Reste que la mission est importante. La fusée Longue Marche, qui transportait Shenzhou-9, alias le « Divin Vaisseau », a réussi son délicat « rendez-vous de l'espace ». Autrement dit son amarrage à la station Tiangong-1. Jusqu'ici, seuls les États-Unis et la Russie maîtrisaient cette technique. C'est le premier élément d'un Meccano de l'espace qui devrait aboutir à l'horizon 2020 à la mise en place d'une station orbitale concurrente de la Station spatiale internationale, le fameux programme ISS dont la Chine fut exclue par les États-Unis. Belle revanche.

Guerre froide

Faire vivre et travailler en apesanteur des taïkonautes au service des intérêts suprêmes du Parti communiste, et faire ainsi la démonstration du très haut niveau atteint par la science chinoise... On se croirait revenu au temps de la guerre froide. La République populaire a, ces dernières années, multiplié les lancements de satellites militaires et espère, à terme, installer une base permanente sur la Lune. Elle dispose désormais des trois ingrédients qui définissent une puissance spatiale : une gamme de lanceurs, la maîtrise des rendez-vous spatiaux et l'expérience des vols habités de longue durée. Alors que les programmes américain et européen sont frappés par de sévères restrictions budgétaires.

La grande différence avec l'époque de la rivalité Est-Ouest, c'est l'importance prise par les considérations économiques. Le programme spatial, sur lequel l'Armée populaire de libération (APL) a la haute main, mêle en effet guerre des étoiles et chasse aux matières premières. Cette dernière conduit les autorités à se lancer à l'assaut de toutes les terres inexploitées. Ce n'est sans doute pas un hasard du calendrier si, vingt-quatre heures avant le décollage du Divin Vaisseau, un submersible chinois, le Jiaolong (du nom d'un dragon mythique), a réussi à descendre à plus de 7 000 m, établissant du même coup un nouveau record de plongée sous-marine. La Chine est devenue en 2003 le troisième pays à placer un homme sur orbite. Elle intègre aujourd'hui le « club des cinq » puissances capables d'explorer les grands fonds, avec les États-Unis, la Russie, le Japon et la France.

Dans ce domaine aussi, elle a mis les bouchées doubles pour combler une partie de son retard. Elle fut le cinquième pays à lancer une mission habitée au-delà de 3 500 m de profondeur. En juillet 2011, dans la fosse des Mariannes, un de ses submersibles atteignit 5 057 mètres. Du coup, 70 % des fonds océaniques lui devenaient accessibles... Selon les experts, la mission du Jiaolong est de collecter des échantillons de vie sous-marine et d'étudier les structures géologiques à des fins de prospection minière.

Comme le renforcement de ses capacités militaires, l'appétit de la Chine pour les richesses minérales des grands fonds inquiète ses voisins. L'an dernier, le Jiaolong avait symboliquement planté le drapeau national au fond de la mer de Chine méridionale, dont plusieurs pays se disputent la souveraineté. Un geste ressenti dans la région comme une provocation.

Dragon des neiges

Troisième étape de cette conquête tous azimuts : les pôles. La Chine bataille dur pour obtenir un siège de membre permanent du Conseil arctique. En 2004, elle a ouvert une base dans les îles Svalbard (Spitzberg), dans l'océan Arctique. Le brise-glace Xuelong (« Dragon des neiges »), qui y est stationné, prépare sa cinquième expédition. Un second navire de 8 000 tonnes, plus puissant, est en cours de construction.

Et le Divin Vaisseau décolla, dans un élan de ferveur patriotique bien orchestré...

Tout ça au nom de la science ? À vrai dire, les Chinois ont des raisons moins désintéressées de se lancer à l'assaut de la terra incognita arctique. Par exemple, l'ouverture d'ici à trente-cinq ans d'une route du Grand Nord qui raccourcira de 6 400 km le trajet Hambourg-Shanghai. Il y a aussi le gaz (30 % des réserves mondiales espérées sont situées sous le pôle Nord), le pétrole et les nodules poly­métalliques (ou nodules de manganèse), ces concrétions rocheuses reposant sur le lit des océans. « Ni le ciel ni la mer ne sont plus une limite », titrait ainsi récemment, sans modestie excessive, le quotidien China Daily.

Pour le Parti communiste chinois, englué dans une série de scandales, il s'agit aussi de tourner la page et de préparer en grande pompe la transition, lors du plénum du mois d'octobre. Tous les caciques étaient d'ailleurs réunis dans la grande salle de contrôle installée sur une base militaire du Sichuan pour applaudir le major Liu et ses deux coéquipiers.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers