Extension Factory Builder
02/07/2012 à 16:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. © Jean-Claude Abalo

Les manifestations organisées depuis mi-juin au Togo ont donné une visibilité nouvelle à des partis politiques en perte de vitesse.

Manifestations à Lomé, échauffourées, arrestations... En quelques jours, le collectif Sauvons le Togo (CST) a réussi à attirer l'attention des médias. « Mouvement citoyen » selon ses fondateurs, il est pourtant accusé d'être une plateforme purement politique par ses détracteurs.

Tout a commencé avec l'adoption, le 25 mai, d'un code électoral que le CST juge favorable au parti au pouvoir avant les législatives qui doivent se tenir en octobre. Le collectif tente alors d'obtenir le retrait du texte et appelle à une série de manifestations pacifiques. Celles-ci devaient se tenir les 12, 13 et 14 juin à Lomé - les protestataires rêvant de faire du carrefour Deckon, dans la capitale, une nouvelle place Al-Tahrir. Mais dès le premier jour, tout dégénère : des casses et des affrontements font des blessés dans les rangs des forces de l'ordre et dans ceux des manifestants.

Inaudible ces derniers mois, l'opposition togolaise vient ainsi de gagner une visibilité nouvelle. Un proche du pouvoir regrette d'ailleurs que le collectif, « qui dit se battre pour les droits de l'homme, [ait] des revendications qui, curieusement, sont toutes politiques ». Pour Jean-Pierre Fabre, leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et candidat malheureux à la présidentielle de 2010, « ce débat est inutile ». Ancien bras droit de Gilchrist Olympio, le patron de l'Union des forces de changement (UFC), Fabre trace son propre chemin depuis que son ex-mentor a conclu un accord avec le pouvoir. Il assure qu'il est « réducteur de ramener les revendications du CST au seul retrait du code électoral », puisque le collectif dénonce aussi la mauvaise gouvernance et le manque d'indépendance de la justice, et réclame le retour des députés de l'ANC sur les bancs de l'Assemblée nationale.

L'affaire Kpatcha

Qu'est donc le CST ? Créé le 4 avril, il regroupe huit associations de défense des droits de l'homme et de la société civile, ainsi que six partis politiques, dont l'ANC et Obuts, la formation d'Agbéyomé Kodjo, ex-président de l'Assemblée nationale et ex-Premier ministre. De fait, il se concevait à l'origine comme un regroupement d'organisations de défense des droits de l'homme, explique Zeus Ajavon, son coordonnateur, mais il a fini par rassembler plusieurs des figures de l'opposition traditionnelle. À Lomé, on n'a pas manqué de remarquer que deux des principaux meneurs du CST, Raphaël Nyama Kpandé-Adzaré et Jil-Benoît Afangbédji (respectivement rapporteur général et trésorier général), sont, comme Ajavon, des avocats qui défendent Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du chef de l'État, condamné en septembre dernier à vingt ans de réclusion pour une tentative de coup d'État.

Début 2012, la Commission nationale des droits de l'homme a affirmé dans son rapport que Kpatcha et ses coaccusés avaient été torturés. C'est sur ce point que les avocats ont d'abord cherché à attirer l'attention, avant même la création du CST. « Nous avons organisé plusieurs manifestations, mais nous étions limités dans nos actions. Nous avons donc estimé qu'on pouvait mettre ensemble tous ceux qui sont concernés par nos revendications », justifie Ajavon. Soupçonné de vouloir récupérer un mouvement de société civile à des fins politiques, ce dernier rejette l'accusation, sans parvenir à convaincre ses adversaires. « Son objectif inavoué, c'est de récupérer une partie de l'électorat du parti au pouvoir qui serait divisé par l'affaire Kpatcha », estime un proche du chef de l'État.

Car s'il est une personnalité politique en vue au Togo depuis la création du CST, c'est bien lui. Avocat, professeur de droit à l'université de Lomé, ex-député du parti de l'ancien Premier ministre Edem Kodjo, l'Union togolaise pour la démocratie (UTD), Ajavon est, à 67 ans, parvenu à revenir sur le devant de la scène politique locale. Preuve de cette visibilité retrouvée, il a été reçu par le président, Faure Gnassingbé, avant la manifestation du 12 juin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications réclam&ea[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Togo : le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé

Le chef de file de l'opposition togolaise Jean Pierre Fabre a invité samedi le président Faure Gnassingbé à procéder à des réformes politiques avant la présidentielle de[...]

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Le vendredi 21 novembre a été choisi par une partie de l’opposition togolaise réunie au sein du CAP 2015  (Combat pour l’alternance pacifique en 2015) pour exiger des réformes avant[...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque[...]

Togo : à Lomé, la police disperse une manifestation d'opposants à Faure Gnassingbé

Des milliers d'opposants ont manifesté vendredi près de l'Assemblée nationale, à Lomé. Ils ont été dispersé par les tirs de gaz lacrymogène de la police.[...]

France - Togo : Kofi Yamgnane piégé...

En 2010, l'ancien ministre de François Mitterrand avait été empêché in extremis de briguer la présidence togolaise. Il était bien résolu à tenter de nouveau sa[...]

Togo : quels candidats pour la présidentielle de 2015 ?

Dans moins de six mois, le Togo organisera une élection présidentielle. Qui seront les challengers du président sortant en 2015 ? Éléments de réponse.[...]

Togo : combien de mandats Faure Gnassingbé peut-il effectuer ?

Depuis la modification constitutionnelle du 31 décembre 2002, le président de la République togolaise est élu à un scrutin uninominal à un seul tour pour un mandat[...]

Présidentielle togolaise 2015 : Faure Gnassingbé, comme dans un fauteuil ?

Faure Gnassingbé n'a peut-être pas réussi à faire oublier qu'il était le fils de son père, mais il a gagné en popularité. Merci l'économie. De quoi envisager[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces