Extension Factory Builder
02/07/2012 à 16:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. © Jean-Claude Abalo

Les manifestations organisées depuis mi-juin au Togo ont donné une visibilité nouvelle à des partis politiques en perte de vitesse.

Manifestations à Lomé, échauffourées, arrestations... En quelques jours, le collectif Sauvons le Togo (CST) a réussi à attirer l'attention des médias. « Mouvement citoyen » selon ses fondateurs, il est pourtant accusé d'être une plateforme purement politique par ses détracteurs.

Tout a commencé avec l'adoption, le 25 mai, d'un code électoral que le CST juge favorable au parti au pouvoir avant les législatives qui doivent se tenir en octobre. Le collectif tente alors d'obtenir le retrait du texte et appelle à une série de manifestations pacifiques. Celles-ci devaient se tenir les 12, 13 et 14 juin à Lomé - les protestataires rêvant de faire du carrefour Deckon, dans la capitale, une nouvelle place Al-Tahrir. Mais dès le premier jour, tout dégénère : des casses et des affrontements font des blessés dans les rangs des forces de l'ordre et dans ceux des manifestants.

Inaudible ces derniers mois, l'opposition togolaise vient ainsi de gagner une visibilité nouvelle. Un proche du pouvoir regrette d'ailleurs que le collectif, « qui dit se battre pour les droits de l'homme, [ait] des revendications qui, curieusement, sont toutes politiques ». Pour Jean-Pierre Fabre, leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et candidat malheureux à la présidentielle de 2010, « ce débat est inutile ». Ancien bras droit de Gilchrist Olympio, le patron de l'Union des forces de changement (UFC), Fabre trace son propre chemin depuis que son ex-mentor a conclu un accord avec le pouvoir. Il assure qu'il est « réducteur de ramener les revendications du CST au seul retrait du code électoral », puisque le collectif dénonce aussi la mauvaise gouvernance et le manque d'indépendance de la justice, et réclame le retour des députés de l'ANC sur les bancs de l'Assemblée nationale.

L'affaire Kpatcha

Qu'est donc le CST ? Créé le 4 avril, il regroupe huit associations de défense des droits de l'homme et de la société civile, ainsi que six partis politiques, dont l'ANC et Obuts, la formation d'Agbéyomé Kodjo, ex-président de l'Assemblée nationale et ex-Premier ministre. De fait, il se concevait à l'origine comme un regroupement d'organisations de défense des droits de l'homme, explique Zeus Ajavon, son coordonnateur, mais il a fini par rassembler plusieurs des figures de l'opposition traditionnelle. À Lomé, on n'a pas manqué de remarquer que deux des principaux meneurs du CST, Raphaël Nyama Kpandé-Adzaré et Jil-Benoît Afangbédji (respectivement rapporteur général et trésorier général), sont, comme Ajavon, des avocats qui défendent Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du chef de l'État, condamné en septembre dernier à vingt ans de réclusion pour une tentative de coup d'État.

Début 2012, la Commission nationale des droits de l'homme a affirmé dans son rapport que Kpatcha et ses coaccusés avaient été torturés. C'est sur ce point que les avocats ont d'abord cherché à attirer l'attention, avant même la création du CST. « Nous avons organisé plusieurs manifestations, mais nous étions limités dans nos actions. Nous avons donc estimé qu'on pouvait mettre ensemble tous ceux qui sont concernés par nos revendications », justifie Ajavon. Soupçonné de vouloir récupérer un mouvement de société civile à des fins politiques, ce dernier rejette l'accusation, sans parvenir à convaincre ses adversaires. « Son objectif inavoué, c'est de récupérer une partie de l'électorat du parti au pouvoir qui serait divisé par l'affaire Kpatcha », estime un proche du chef de l'État.

Car s'il est une personnalité politique en vue au Togo depuis la création du CST, c'est bien lui. Avocat, professeur de droit à l'université de Lomé, ex-député du parti de l'ancien Premier ministre Edem Kodjo, l'Union togolaise pour la démocratie (UTD), Ajavon est, à 67 ans, parvenu à revenir sur le devant de la scène politique locale. Preuve de cette visibilité retrouvée, il a été reçu par le président, Faure Gnassingbé, avant la manifestation du 12 juin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rwanda : au pays du DVD roi

Article pr�c�dent :
Gros plan sur l'Homme du cinéma rwandais

Réagir à cet article

Togo

Coris Bank s'installe au Togo

Coris Bank s'installe au Togo

 Coris Bank International, le deuxième groupe bancaire burkinabè, va lancera début février sa filiale togolaise, a appris "Jeune Afrique".[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p038.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p038.xml0 from 172.16.0.100