Extension Factory Builder
02/07/2012 à 16:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. Rassemblement le long de la Lagune, à Lomé, le 12 juin. © Jean-Claude Abalo

Les manifestations organisées depuis mi-juin au Togo ont donné une visibilité nouvelle à des partis politiques en perte de vitesse.

Manifestations à Lomé, échauffourées, arrestations... En quelques jours, le collectif Sauvons le Togo (CST) a réussi à attirer l'attention des médias. « Mouvement citoyen » selon ses fondateurs, il est pourtant accusé d'être une plateforme purement politique par ses détracteurs.

Tout a commencé avec l'adoption, le 25 mai, d'un code électoral que le CST juge favorable au parti au pouvoir avant les législatives qui doivent se tenir en octobre. Le collectif tente alors d'obtenir le retrait du texte et appelle à une série de manifestations pacifiques. Celles-ci devaient se tenir les 12, 13 et 14 juin à Lomé - les protestataires rêvant de faire du carrefour Deckon, dans la capitale, une nouvelle place Al-Tahrir. Mais dès le premier jour, tout dégénère : des casses et des affrontements font des blessés dans les rangs des forces de l'ordre et dans ceux des manifestants.

Inaudible ces derniers mois, l'opposition togolaise vient ainsi de gagner une visibilité nouvelle. Un proche du pouvoir regrette d'ailleurs que le collectif, « qui dit se battre pour les droits de l'homme, [ait] des revendications qui, curieusement, sont toutes politiques ». Pour Jean-Pierre Fabre, leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et candidat malheureux à la présidentielle de 2010, « ce débat est inutile ». Ancien bras droit de Gilchrist Olympio, le patron de l'Union des forces de changement (UFC), Fabre trace son propre chemin depuis que son ex-mentor a conclu un accord avec le pouvoir. Il assure qu'il est « réducteur de ramener les revendications du CST au seul retrait du code électoral », puisque le collectif dénonce aussi la mauvaise gouvernance et le manque d'indépendance de la justice, et réclame le retour des députés de l'ANC sur les bancs de l'Assemblée nationale.

L'affaire Kpatcha

Qu'est donc le CST ? Créé le 4 avril, il regroupe huit associations de défense des droits de l'homme et de la société civile, ainsi que six partis politiques, dont l'ANC et Obuts, la formation d'Agbéyomé Kodjo, ex-président de l'Assemblée nationale et ex-Premier ministre. De fait, il se concevait à l'origine comme un regroupement d'organisations de défense des droits de l'homme, explique Zeus Ajavon, son coordonnateur, mais il a fini par rassembler plusieurs des figures de l'opposition traditionnelle. À Lomé, on n'a pas manqué de remarquer que deux des principaux meneurs du CST, Raphaël Nyama Kpandé-Adzaré et Jil-Benoît Afangbédji (respectivement rapporteur général et trésorier général), sont, comme Ajavon, des avocats qui défendent Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du chef de l'État, condamné en septembre dernier à vingt ans de réclusion pour une tentative de coup d'État.

Début 2012, la Commission nationale des droits de l'homme a affirmé dans son rapport que Kpatcha et ses coaccusés avaient été torturés. C'est sur ce point que les avocats ont d'abord cherché à attirer l'attention, avant même la création du CST. « Nous avons organisé plusieurs manifestations, mais nous étions limités dans nos actions. Nous avons donc estimé qu'on pouvait mettre ensemble tous ceux qui sont concernés par nos revendications », justifie Ajavon. Soupçonné de vouloir récupérer un mouvement de société civile à des fins politiques, ce dernier rejette l'accusation, sans parvenir à convaincre ses adversaires. « Son objectif inavoué, c'est de récupérer une partie de l'électorat du parti au pouvoir qui serait divisé par l'affaire Kpatcha », estime un proche du chef de l'État.

Car s'il est une personnalité politique en vue au Togo depuis la création du CST, c'est bien lui. Avocat, professeur de droit à l'université de Lomé, ex-député du parti de l'ancien Premier ministre Edem Kodjo, l'Union togolaise pour la démocratie (UTD), Ajavon est, à 67 ans, parvenu à revenir sur le devant de la scène politique locale. Preuve de cette visibilité retrouvée, il a été reçu par le président, Faure Gnassingbé, avant la manifestation du 12 juin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rwanda : au pays du DVD roi

Article pr�c�dent :
Gros plan sur l'Homme du cinéma rwandais

Réagir à cet article

Togo

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

Togo : l'élection présidentielle reportée au 25 avril

Le Conseil des ministres a décidé vendredi de reporter l’élection présidentielle togolaise au 25 avril. Le président en exercice de la Cedeao, le Ghanéen John Dramani Mahama, avait[...]

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Plusieurs personnes ont été blessés mercredi à Gleï (160 km au nord de Lomé) dans de violents affrontements entre gendarmes et manifestants - essentiellement des élèves - qui[...]

Togo : vers un report de l'élection présidentielle ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a proposé mardi que la présidentielle togolaise soit reportée de 10 jours. Initialement prévu le 15 avril, le[...]

Togo : Gogué, Taama et Traoré... Qui sont les trois outsiders de la présidentielle ?

Cinq candidats s’affronteront dans les urnes le 15 avril pour l’élection présidentielle au Togo. Si le président sortant Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre font[...]

Togo : la campagne présidentielle s'empare du web

Les Togolais iront voter le 15 avril. Les cinq candidats en lice pour la présidentielle affûtent leurs programmes, leurs argumentaires et leur image. Cette année, pour la première fois, c'est aussi sur[...]

Togo : quand la microfinance s'invite dans la campagne présidentielle

En pleins préparatifs pour l’élection présidentielle, le président togolais Faure Gnassingbé n’a pas attendu longtemps pour dresser le bilan de l’un des projets phares de son[...]

Opposition togolaise : Alberto Olympio, Cauris et les 5 millions d'euros disparus

Brillant informaticien devenu opposant au Togo, Alberto Olympio a été inculpé par la justice togolaise le 25 février pour plusieurs chefs d'accusation, dont celui de faux en écriture bancaire.[...]

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en[...]

Opposition togolaise : chacun pour soi et tous pour lui ?

L'union fait la force, c'est bien connu. Pourtant, l'opposition ira une fois encore en ordre dispersé à la présidentielle du mois d'avril. Et cela ne peut qu'arranger le chef de l'État sortant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p038.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p038.xml0 from 172.16.0.100