Extension Factory Builder
03/07/2012 à 18:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre de l'Intérieur, Hamed Bagayoko, a fait état d'un vaste plan de destabilisation. Le ministre de l'Intérieur, Hamed Bagayoko, a fait état d'un vaste plan de destabilisation. © AFP

Des procès-verbaux d'audition dont "Jeune Afrique" a eu copie attestent l'existence d'un ou de plusieurs complots contre le pouvoir d'Alassane Ouattara en Côte d'Ivoire... Des plans de déstabilisation... plus ou moins bien préparés en amont.

Amateurisme, inorganisation, rivalités internes et une dose de mysticisme... Si l'on en croit les documents saisis par la police sur deux militaires proches de l'ex-président Gbagbo arrêtés ces derniers mois en Côte d'Ivoire ainsi que les procès-verbaux d'interrogatoires, les opposants en exil, pour déterminés qu'ils soient à reconquérir le pouvoir perdu, paraissent plus proches des pieds nickelés que des redoutables conspirateurs décrits par le pouvoir.

Un rapport de la direction des renseignements généraux dont J.A. a pris connaissance fait ainsi état d'une opération « Esaïe 60 » (nom de code tiré d'un texte biblique), dont certains détails, passablement confus, auraient été saisis sur l'ancien aide de camp de Simone Gbagbo, le commandant Séka Yapo (dit Séka Séka), lors de son arrestation à bord d'un avion en transit à Abidjan, le 15 octobre 2011. Ce plan qui, si l'on en croit ce rapport, visait à « l'extraction du couple Golf plus collaborateurs » (Laurent et Simone Gbagbo, alors en résidence surveillée dans le Nord) est extrêmement vague, voire surréaliste, avec un « inventaire de forces amies » composées de troupes ougandaises, sud-soudanaises et sud-africaines. Il y est également question de commandes d'armes via un général de gendarmerie de Guinée-Conakry nommément cité et d'un certain nombre de sociétés-écrans sises à Abidjan et favorables à la « cause ».

Opération "Faucon rouge"

Plus sérieux et significatif semble être le procès-verbal d'audition par le directeur de la DST, le commissaire Diomandé Inza, du lieutenant-colonel Paulin Gnatoa Katé, interpellé le 8 mars dernier à Grand-Bassam accompagné de trois hommes, alors qu'il s'était introduit clandestinement en Côte d'Ivoire en provenance du Ghana. Gnatoa, 47 ans, n'est pas un inconnu : il était l'un des patrons du groupe de sécurité présidentielle de Laurent Gbagbo et était à ses côtés dans son bunker, avant de prendre la fuite avec des mercenaires libériens. Selon le PV, signé par l'intéressé, il aurait été recruté à Accra par le pasteur Moïse Koré, célèbre guide spirituel du couple Gbagbo, puis mis en présence de trois anciens ministres du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo lors d'une réunion secrète tenue dans la capitale ghanéenne le 19 novembre 2011 : Justin Koné Katinan (venu du Cameroun), Richard Kouamé Sécré et Amara Touré.

--> Lire aussi : Côte d'Ivoire, la réconciliation impossible ?

L'opération « Faucon rouge », dont les détails ont été discutés au cours de cette rencontre, prévoyait une triple offensive contre le pouvoir en place à Abidjan à partir des frontières ghanéenne et libérienne ainsi qu'à l'intérieur de la Côte d'Ivoire, en utilisant une force d'assaut hétéroclite composée de militaires en exil, de démobilisés des forces ivoiriennes et de mercenaires libériens. Plusieurs officiers, figures connues de la galaxie sécuritaire du président déchu et réfugiées au Ghana, sont de la partie, selon Gnatoa : le commandant Abehi (ex-chef de l'escadron blindé de la gendarmerie), le capitaine Zadi (qui dirigea le blocus du Golf Hôtel pendant la crise postélectorale), les colonels Gouanou et Dadi Tohourou, les commissaires Loba, Gnahoua et Djédjé Gbagro, etc. Il est question également d'argent, de caches d'armes et de commandes de matériel en Ukraine. Tout ce petit monde d'exilés baigne dans un climat de paranoïa et de suspicion mutuelle. Quant à la facilité apparente avec laquelle ces opposants entrent en Côte d'Ivoire puis en ressortent, elle en dit long sur la porosité de la frontière ghanéenne.

Reste que si l'authenticité des deux documents auxquels J.A. a eu accès ne fait pas de doute, il convient de préciser que les déclarations de Gnatoa Katé ont été recueillies hors procédure judiciaire et sans la présence d'avocats. Ce dernier, tout comme Séka Séka, est aujourd'hui détenu à Abidjan dans le cadre d'une enquête préliminaire conduite par le procureur militaire Ange Kessy Kouamé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Côte d'Ivoire : Yasmina Ouégnin, de l'assurance à revendre

À 35 ans, la plus jeune députée du pays est aussi la cadette de l'ex-directeur du protocole d'Houphouët-Boigny. Rencontre avec Yasmina Ouégnin, une élue parfois...[...]

Côte d'Ivoire : la star du reggae Alpha Blondy se mue en conteur sur sa radio

Chaque soir à la radio, Alpha Blondy fait la lecture d'un livre, qu'il termine en plusieurs jours. Sur sa propre station lancée en mars dernier, le reggaeman ivoirien s'est mué en conteur pour inciter les[...]

Côte d'Ivoire : personne ne sera plus transféré à la CPI, selon Ouattara

Les suspects des crimes commis lors de la crise postélectorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire seront jugés dans le pays, a annoncé dimanche le président Ouattara. Qui se refuse à tout[...]

Abraaj lève 990 millions de dollars pour investir en Afrique subsaharienne

Le capital-investisseur spécialisé dans les pays émergents, Abraaj, a annoncé le closing final de Abraaj Africa Fund III, son troisième fonds pour l'Afrique subsaharienne mais le premier[...]

Abidjan autorisé à effectuer des vols directs vers les États-Unis

Après quinze ans d'efforts, l'aéroport d'Abidjan vient d'obtenir la certification de l'Agence nationale américaine de sécurité dans les transports, qui autorise désormais les vols directs[...]

Richard Bielle, CFAO : "Notre histoire, c'est l'Afrique. Notre projet, c'est l'Afrique"

Spécialiste de l'automobile et de la pharmacie, le géant de la distribution est en pleine mutation. Dans quelques mois, il ouvrira son premier hypermarché Carrefour en Côte d'Ivoire. Récit[...]

Crise au FPI : 4 ans après la chute de Gbagbo, les caciques de l'ancien régime ont choisi leur camp

Il y a quatre ans, le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était arrêté à Abidjan. Aujourd'hui, son parti, le FPI, est au bord de l'implosion. Pris dans une guerre de leadership, les barons de l'ancien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p034-037.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p034-037.xml1 from 172.16.0.100