Extension Factory Builder
29/06/2012 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestants au palais présidentiel de Koulouba, le 21 mai 2012. Manifestants au palais présidentiel de Koulouba, le 21 mai 2012. © Reuters

De nouveaux témoignages et documents éclairent les circonstances de l’agression dont Dioncounda Traoré, le président de la transition, a été la victime le 21 mai dernier. En particulier une vidéo exclusive que Jeune Afrique s'est procurée. Accablant.

Voir la vidéo de l'agression du président malien Diocounda Traoré, au palais présidentiel de Koulouba, le 21 mai 2012 à Bamako :

Et si une commission d'enquête internationale se penchait sur l'agression de Dioncounda Traoré ? La question pourrait être à l'ordre du jour du sommet de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), qui se tient les 28 et 29 juin à Yamoussoukro. Car, à Bamako, l'enquête piétine. Seulement trois inculpations pour « troubles graves à l'ordre public », début juin. Depuis, rien.

Pourtant, plus d'un mois après les faits, plusieurs témoignages et documents - dont la vidéo exclusive que vous pouvez voir ci-dessus -, auxquels J.A. a eu accès, révèlent les secrets de cette agression. Bien plus violente et scandaleuse que l'on aurait pu imaginer. Retour sur cette folle journée du 21 mai.

Combien sont-ils ? Cinq mille, dix mille ? Une marée humaine déferle dans les rues de Bamako, à l'appel de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam). La coalition, composée d'associations et de petits partis, soutient le coup d'État militaire qui a renversé Amadou Toumani Touré (ATT) le 21 mars. Surtout, elle rejette la décision de la Cedeao, qui a installé Dioncounda Traoré dans le fauteuil présidentiel pour une année de transition.

Horde

La Copam a donc organisé une « convention nationale » avec un objectif : désigner le chef de la junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo, président de la transition. Organisée au Centre international de conférences de Bamako, ladite convention tourne court : les leaders sont absents, et la foule, furieuse, marche sur la place de l'Indépendance, au centre-ville. Lequel des manifestants propose de rallier le palais de Koulouba ? « C'était spontané », assure l'un d'eux. La horde des mécontents passe devant la cité administrative qui borde le fleuve Niger, fait un détour par le 34e bataillon des commandos-parachutistes - ex-siège des Bérets rouges, fidèles à ATT, le président déchu - et gravit la route aux virages en épingle qui mène à Koulouba. Ils brandissent des pancartes hostiles à la Cedeao et à son président, l'Ivoirien Alassane Ouattara. Mais celui qui cristallise les rancoeurs, c'est Traoré. « Il peut être président de la Cedeao s'il le veut, mais pas du Mali », hurlent-ils en envahissant le palais.

Les gardes - des Bérets verts de l'armée de terre - ne font rien pour les en empêcher, prenant même la pose avec des admirateurs. Ils ne réagissent pas davantage lorsque quelques audacieux escaladent la façade pour accéder aux coursives, ou qu'un groupe utilise une échelle en guise de bélier pour défoncer les grilles.

Ils le frappent à coups de poing, de pied, de livre... "Il est mort, c'est sûr!", exultent-ils.

Dans le hall, on s'adonne au pillage. À l'étage, un petit groupe s'est lancé à la recherche du président. Sur la coursive, il tombe sur cinq Bérets rouges. On parlemente, avant de s'affronter. Le seul militaire armé n'ose pas faire usage de son fusil. De toute façon, ils sont débordés par la meute.

« Il est dedans ! » crie l'un des assaillants, qui a trouvé le bureau où s'est réfugié le chef de l'État. Ils se poussent, se piétinent, s'invectivent pour avoir le droit de le molester. À coups de poing, de pied et de livre. Deux manifestants tentent de raisonner leurs amis. Ils sont repoussés. Traoré tombe. Deux Bérets marron - la garde nationale - font rempart avec leur corps et lui mettent un casque sur la tête. Vite arraché, il est utilisé pour le frapper. Des renforts tentent de se frayer un chemin à coups de matraque.

Prostré

Le président est transporté dans le fond de la pièce. À ses côtés, l'un de ses collaborateurs, en larmes, qui a lui aussi reçu des coups. Traoré est à terre. Ni son âge (70 ans) ni son statut ne l'ont mis à l'abri. Alors, il se protège la tête. Autour de lui, militaires et manifestants s'affrontent, mais il reste prostré. Ces derniers s'acharnent à nouveau sur lui, lui arrachent ses chaussures et ses vêtements. L'un des assaillants brandit un morceau de chemise. Ils l'ont dénudé. « Il est mort, c'est sûr », exultent-ils. Avant que des renforts viennent exfiltrer le président exsangue. La scène de lynchage a duré une dizaine de minutes.

Informé, Cheick Modibo Diarra, le Premier ministre, se précipite au palais. Après avoir vu le président, il sort s'adresser à une poignée de jeunes, restés dans la cour. « Il pleurait », raconte un témoin. Sur l'honneur bafoué du Mali, sans doute...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Une délégation de la société civile malienne est attendue lundi à Paris où elle doit avoir des échanges avec les autorités françaises, avant de se rendre en Allemagne [...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Deux ans après l'opération Serval, où en est l'armée malienne ?

Le 11 janvier 2013, l'armée française intervenait au Mali pour aider les militaires maliens à défendre leur territoire face à l'assaut des groupes jihadistes vers le sud du pays. Deux ans plus[...]

Le Mali refuse d'inhumer Amédy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher à Paris

Amédy Coulibaly, le preneur d'otages du supermarché casher de Paris, devait être enterré au Mali, pays où ses parents sont nés. Mais, selon le quotidien français "Le[...]

CAN 2015 : Le Mali et le Cameroun dos à dos

 Pas de vainqueur dans le choc entre le Mali et le Cameroun dans le groupe D (1-1). Les Aigles pensaient tenir leur victoire mais les Lions Indomptables ont égalisé en fin de partie. La "poule de la[...]

Mali : Modibo Keïta, un nouveau Premier ministre cool et old school

À peine nommé Premier ministre du Mali, Modibo Keïta a déjà réussi un exploit : contenter simultanément le gouvernement, l'opposition et les groupes armés. Cela[...]

Fin de l'épidémie d'Ebola au Mali

Après plus quarante jours de surveillance sans cas confirmés, le Mali en a officiellement fini dimanche avec l'épidémie d'Ebola sur son territoire.  [...]

Charlie Bathily

C'est l'histoire de deux hommes, maliens d'origine, au coeur du drame qui a saisi la France le 7 janvier. Le tueur de Juifs et le sauveur de Juifs, l'assassin et le juste, le Bambara et le Soninké, le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces