Extension Factory Builder
28/06/2012 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. © SIPA

Après la mort de son dauphin Nayef, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a nommé son demi-frère, Salman, comme successeur.

Il est un royaume où les princes héritiers se succèdent sans parvenir à s'asseoir sur le trône. Huit mois après avoir reçu ce titre, Nayef Ibn Abdelaziz vient de rendre l'âme à l'âge de 79 ans et le roi Abdallah d'Arabie saoudite, 88 ans, a choisi un autre de ses demi-frères, Salman, pour le remplacer.

Une nomination conforme à la tradition dynastique saoudienne selon laquelle le pouvoir se transmet entre frères. Le choix de Salman - âgé de 76 ans et de santé fragile - parmi les dix-huit princes royaux de sa génération ne surprend pas. Comme ses deux prédécesseurs, Sultan et Nayef, il appartient à la puissante lignée des Soudayri, les sept fils d'Abdelaziz Ibn Saoud et de l'une de ses favorites, Hassa Bint Soudayri. Il aurait également les faveurs des Occidentaux et surtout de l'indispensable allié américain. Dans le spectre politique du wahhabisme saoudien, Salman est en effet classé parmi les modernistes. Il préside le groupe qui édite le quotidien panarabe modéré Asharq al-Awsat, et sa personnalité contraste avec celle de son réactionnaire prédécesseur, Nayef.

Salman ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Ministre de la Défense depuis 2011, il a déjà rencontré son homologue américain, Leon Panetta, en avril dernier et vient d'être nommé vice-Premier ministre. S'il siège depuis peu au gouvernement, il ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Pandore

Avec cette nomination, la question de savoir si le roi Abdallah allait enfin organiser la transmission du pouvoir à la nouvelle génération a été balayée. Une boîte de Pandore gardée soigneusement fermée : des dizaines de prétendants pourraient se manifester, et le rôle très théorique du Conseil d'allégeance, créé en 2006 pour légitimer la succession, ne devrait pas simplifier le processus.

Salman peut-il espérer être couronné ? L'état de santé du roi Abdallah - lui-même monté sur le trône en 2005, à 82 ans - est bien plus préoccupant que celui de la pimpante reine d'Angleterre, de deux ans sa cadette.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : ces femmes juives en burqa

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Une histoire du jihad, l'épisode afghan et la théorie du "jihad total" (#2)

Dans une série d'articles consacrés à l'histoire du jihad, Laurent Touchard revient, pour son deuxième billet, sur l'épisode afghan et la naissance du concept de "jihad total".[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers