Extension Factory Builder
28/06/2012 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. © SIPA

Après la mort de son dauphin Nayef, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a nommé son demi-frère, Salman, comme successeur.

Il est un royaume où les princes héritiers se succèdent sans parvenir à s'asseoir sur le trône. Huit mois après avoir reçu ce titre, Nayef Ibn Abdelaziz vient de rendre l'âme à l'âge de 79 ans et le roi Abdallah d'Arabie saoudite, 88 ans, a choisi un autre de ses demi-frères, Salman, pour le remplacer.

Une nomination conforme à la tradition dynastique saoudienne selon laquelle le pouvoir se transmet entre frères. Le choix de Salman - âgé de 76 ans et de santé fragile - parmi les dix-huit princes royaux de sa génération ne surprend pas. Comme ses deux prédécesseurs, Sultan et Nayef, il appartient à la puissante lignée des Soudayri, les sept fils d'Abdelaziz Ibn Saoud et de l'une de ses favorites, Hassa Bint Soudayri. Il aurait également les faveurs des Occidentaux et surtout de l'indispensable allié américain. Dans le spectre politique du wahhabisme saoudien, Salman est en effet classé parmi les modernistes. Il préside le groupe qui édite le quotidien panarabe modéré Asharq al-Awsat, et sa personnalité contraste avec celle de son réactionnaire prédécesseur, Nayef.

Salman ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Ministre de la Défense depuis 2011, il a déjà rencontré son homologue américain, Leon Panetta, en avril dernier et vient d'être nommé vice-Premier ministre. S'il siège depuis peu au gouvernement, il ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Pandore

Avec cette nomination, la question de savoir si le roi Abdallah allait enfin organiser la transmission du pouvoir à la nouvelle génération a été balayée. Une boîte de Pandore gardée soigneusement fermée : des dizaines de prétendants pourraient se manifester, et le rôle très théorique du Conseil d'allégeance, créé en 2006 pour légitimer la succession, ne devrait pas simplifier le processus.

Salman peut-il espérer être couronné ? L'état de santé du roi Abdallah - lui-même monté sur le trône en 2005, à 82 ans - est bien plus préoccupant que celui de la pimpante reine d'Angleterre, de deux ans sa cadette.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est [...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Arabie Saoudite : #JeSuisRaif Badawi, un hashtag contre l'obscurantisme

Avec #JeSuisRaif, une mobilisation d'ampleur en faveur de la libération du blogueur saoudien Raif Badawi s'est engagée sur internet. Décryptage de cette mobilisation en ligne.[...]

Yémen : que contient l'accord entre le président et les miliciens chiites qui occupent Sanaa ?

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les miliciens chiites ont conclu mercredi soir un accord qui prévoit le retrait des rebelles des secteurs clés de la capitale, en échange de concessions sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2685p014-015.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2685p014-015.xml2 from 172.16.0.100