Extension Factory Builder
28/06/2012 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. À 76 ans, le nouveau prince héritier aurait les faveurs des Occidentaux. © SIPA

Après la mort de son dauphin Nayef, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a nommé son demi-frère, Salman, comme successeur.

Il est un royaume où les princes héritiers se succèdent sans parvenir à s'asseoir sur le trône. Huit mois après avoir reçu ce titre, Nayef Ibn Abdelaziz vient de rendre l'âme à l'âge de 79 ans et le roi Abdallah d'Arabie saoudite, 88 ans, a choisi un autre de ses demi-frères, Salman, pour le remplacer.

Une nomination conforme à la tradition dynastique saoudienne selon laquelle le pouvoir se transmet entre frères. Le choix de Salman - âgé de 76 ans et de santé fragile - parmi les dix-huit princes royaux de sa génération ne surprend pas. Comme ses deux prédécesseurs, Sultan et Nayef, il appartient à la puissante lignée des Soudayri, les sept fils d'Abdelaziz Ibn Saoud et de l'une de ses favorites, Hassa Bint Soudayri. Il aurait également les faveurs des Occidentaux et surtout de l'indispensable allié américain. Dans le spectre politique du wahhabisme saoudien, Salman est en effet classé parmi les modernistes. Il préside le groupe qui édite le quotidien panarabe modéré Asharq al-Awsat, et sa personnalité contraste avec celle de son réactionnaire prédécesseur, Nayef.

Salman ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Ministre de la Défense depuis 2011, il a déjà rencontré son homologue américain, Leon Panetta, en avril dernier et vient d'être nommé vice-Premier ministre. S'il siège depuis peu au gouvernement, il ne manque pas d'expérience : gouverneur de Riyad pendant cinquante-sept ans, il a géré la transformation de la capitale d'une petite bourgade en une métropole de 5 millions d'habitants.

Pandore

Avec cette nomination, la question de savoir si le roi Abdallah allait enfin organiser la transmission du pouvoir à la nouvelle génération a été balayée. Une boîte de Pandore gardée soigneusement fermée : des dizaines de prétendants pourraient se manifester, et le rôle très théorique du Conseil d'allégeance, créé en 2006 pour légitimer la succession, ne devrait pas simplifier le processus.

Salman peut-il espérer être couronné ? L'état de santé du roi Abdallah - lui-même monté sur le trône en 2005, à 82 ans - est bien plus préoccupant que celui de la pimpante reine d'Angleterre, de deux ans sa cadette.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un Éta[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Doha dans le viseur de l'Arabie saoudite

Exaspérées par l'activisme politique du Qatar, les pétromonarchies de la région, Arabie saoudite en tête, multiplient les mesures de représailles contre le petit émirat[...]

France : les jeunes candidats au jihad sont-ils les victimes d'une "dérive sectaire" ?

Le salafisme jihadiste s'apparente-t-il à une dérive sectaire, à une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? Devant la multiplication des cas de jeunes-filles en rupture sociale et[...]

Séfarade blues : Israël et la question des réparations pour les Juifs chassés du monde arabe

Instrumentalisée par certains, la question de l'indemnisation des Juifs orientaux chassés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient ravive de vieux contentieux. Pas seulement avec le monde arabe.[...]

Palestine : l'ancien du Fatah de retour à Gaza ?

Mis à la porte par Mahmoud Abbas en 2011, Mohammed Dahlan, l'ancien patron de la Sécurité, se verrait bien à la tête de l'Autorité palestinienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers