Extension Factory Builder
26/06/2012 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sylvain Ndoutingaï nie être en résidence surveillée à Bangui. Sylvain Ndoutingaï nie être en résidence surveillée à Bangui. © J.A

L'ancien ministre centrafricain des Finances et du Budget a réagi après la publication d'un article de "Jeune Afrique" le concernant. Explications de l'intéressé.

Il se taisait depuis son limogeage-choc, le 1er juin. Mais un article le concernant paru dans le no 2683 de Jeune Afrique l'a fait sortir de son silence. Lors d'un entretien téléphonique le 19 juin, le colonel Sylvain Ndoutingaï, ancien ministre d'État centrafricain aux Finances et au Budget, affirme qu'il n'est pas en résidence surveillée à Bangui. Certes, celui qui était considéré comme le numéro deux du régime ne « s'explique pas » les raisons qui ont conduit le président à le démettre, mais il nie toute velléité de complot et ajoute que sa villa n'a jamais été perquisitionnée. Par ailleurs, il juge que ses divergences avec les bailleurs de fonds de la Centrafrique ont été « largement exagérées ». À preuve, dit-il, « la signature d'un accord avec la Banque mondiale est prévue pour le 25 juin sur la base d'un programme [qu'il a] conclu ». Enfin, dans un message qu'il a fait parvenir à J.A. le 15 juin, Mahamat Ali Ahmat, le chargé d'affaires de l'ambassade du Tchad à Bangui, précise que le contingent tchadien de la garde républicaine centrafricaine a pour mission exclusive d'« assurer la sécurité du chef de l'État ». Ce contingent n'aurait donc en toute hypothèse pas pu participer à une perquisition de la villa de Ndoutingaï.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : après la mort d'un musulman à Bangui, une fillette a été tuée en représailles

Centrafrique : après la mort d'un musulman à Bangui, une fillette a été tuée en représailles

Une fillette a été tuée jeudi à Bangui en représailles après la mort d'un commerçant musulman quelques heures plus tôt. De quoi raviver les tensions entre chrétiens et [...]

Élections en Centrafrique : au moins 17 millions de dollars manquent à l'appel

À l'ouverture d'une conférence sur l'aide à la Centrafrique à Bruxelles, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a exhorté mardi la communauté[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris[...]

Centrafrique : un neveu de François Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Ange Ouefio Goningai, un neveu de l'ex-président de la République centrafricaine François Bozizé, a porté plainte contre le ministre français des Finances, à qui il reproche le gel[...]

Centrafrique : plus de 350 enfants-soldats relâchés par des groupes armés

Plus de 350 enfants-soldats, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été libérés jeudi par des groupes armés centrafricains, à la suite d'un accord signé avec[...]

Centrafrique : ce qu'il faut retenir du forum de Bangui

Le forum de Bangui s'est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l'Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays[...]

Centrafrique : CSP, son ministre et les "grandes oreilles"

Après l'affaire du prêt angolais dont les modalités et la répartition ont beaucoup fait jaser à Bangui, le gouvernement de transition que préside Catherine Samba-Panza (CSP)[...]

Centrafrique : la justice française va enquêter sur l'affaire des viols sur mineurs

Le procureur de la République de Paris a annoncé jeudi que des juges français vont enquêter sur les accusations de viols commis par des militaires de l’opération Sangaris sur des mineurs[...]

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers