Extension Factory Builder
28/06/2012 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charly Ndi Chia et Frédéric Boungou sont les rédacteurs en chef de 'the Post' et du 'Messager'. Charly Ndi Chia et Frédéric Boungou sont les rédacteurs en chef de "the Post" et du "Messager". © Nicolas Eyidi pour J.A.

Charly Ndi Chia et Frédéric Boungou ont deux visions bien différentes de leur métier de journaliste. L'un au "Post" et l'autre au "Messager".

Il aurait pu être prêtre, il est devenu journaliste. « Dans les deux cas, il s'agit d'une vocation. » Originaire de l'ouest du Cameroun, Charly Ndi Chia a appris le métier au Nigeria, puis au Royaume-Uni, avant de rentrer au pays, dans sa ville de Buéa, où il est depuis quinze ans rédacteur en chef de la principale publication en langue anglaise, The Post. À 55 ans, avec une vingtaine de personnes sous son autorité, il sort deux éditions chaque semaine, distribuées à 3 000 exemplaires chacune - « jusqu'à 15 000 en cas de grosse information ». Beaucoup plus de faits que d'analyses ou d'opinions, « c'est ce que demande notre lectorat », contrairement à ceux des journaux de Douala et de Yaoundé. Aucune approche communautaire dans le travail de ce reporter, qui n'a rien d'un militant de la cause anglophone : « Nous ne sommes pas Radio Mille Collines », s'agace-t-il. Pour le titre, l'une des priorités est d'engranger des ressources publicitaires « sur un marché bien plus restreint que pour les francophones » et, pour ses journalistes, de presser les politiques « qui, lorsqu'ils ne veulent pas répondre, se retranchent derrière le français ».

Son confrère Frédéric Boungou, 40 ans, rédacteur en chef du Messager depuis 2009, a une vision tout aussi claire, quoique différente, de son métier : « Il s'agit d'observer la société pour mieux la décrire, mais également de donner son opinion pour faire bouger les décideurs. » Une double mission assurée chaque jour par la trentaine de journalistes travaillant pour le quotidien, qui tire à un peu plus de 8 000 exemplaires. Place aux commentaires, donc, afin de satisfaire un lectorat friand de débat politique. « Les anglophones sont meilleurs que nous pour relater les faits », reconnaît Boungou, expliquant qu'il n'y a rien de tel qu'un débat polémique « pour se démarquer d'une concurrence bien plus forte dans la presse francophone ». En anglais comme en français - et ce n'est pas spécifique au Cameroun -, il faut constamment se méfier des tentatives de manipulation. Or il n'est pas toujours facile de vérifier les informations dans « un Cameroun bien plus bilingue que ne le sont les Camerounais eux-mêmes » et d'interviewer des anglophones sans vraiment maîtriser la langue - « Les anglophones se débrouillent bien mieux en français que nous en anglais », reconnaît Boungou. 

--> Lire notre dossier Spécial consacré à l'économie camerounaise

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Cameroun - Yves Michel Fotso : "Tout est fait pour me détruire"

Détenu depuis quatre ans au secrétariat d'État à la Défense, à Yaoundé, l'ancien patron de Cameroon Airlines et héritier du financier Victor Fotso clame son[...]

France : Dieudonné condamné à deux mois de prison avec sursis

L’humoriste franco-camerounais Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis pour son message posté sur Facebook après les[...]

Montres, fortune et préjugés : quand Samuel Eto'o fustige le racisme ordinaire

Samuel Eto'o, présent à Londres jeudi pour recevoir la médaille européenne de la tolérance pour son action contre le racisme, a évoqué dans une interview à "CNN"[...]

Cameroun - Iric : quand un concours pour futurs diplomates vire au psychodrame national

Le concours d’entrée à l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) a été l'objet d'un sérieux couac après que des étudiants reçus ont[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Mbvoumin : "Le nouveau règlement Fifa va entraîner l'explosion du nombre de faux agents en Afrique"

L’association Foot Solidaire, présidée par l’ancien international camerounais Jean-Claude Mbvoumin, publie "Le passeport Foot Solidaire 2015-2016". Objectif : lutter contre le trafic de jeunes[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2684p106-109.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2684p106-109.xml1 from 172.16.0.100