Extension Factory Builder
29/06/2012 à 08:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Ould Daddah, à Nouakchott. Ahmed Ould Daddah, à Nouakchott. © DR

Neuf mois après le lancement du Dialogue national, auquel il a refusé de participer, le chef de file de l'opposition mauritanienne, Ahmed Ould Daddah, durcit le ton contre le président Mohamed Ould Abdelaziz.

Après avoir décidé - avec dix autres partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD) - de boycotter le Dialogue national lancé en septembre dernier, Ahmed Ould Daddah, 69 ans, est passé à la vitesse supérieure. Le chef de file de l'opposition mauritanienne réclame désormais le départ inconditionnel du président Mohamed Ould Abdelaziz. Installé dans son vaste bureau, au siège du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), qu'il préside, il peine à masquer sa nervosité. Il faut dire que les tensions sont vives à Nouakchott et que l'alliance fragile des détracteurs du pouvoir a volé en éclats ; l'Alliance populaire progressiste (APP), de Messaoud Ould Boulkheir, ainsi que les partis El-Wiam et Sawab ont quitté la COD pour former la Convention pour l'alternance pacifique (CAP). Fidèle à son tempérament, Ahmed Ould Daddah n'en a cure et ne veut surtout pas entendre parler de compromis.

Jeune Afrique : Pourquoi appelez-vous au départ du chef de l'État ?

Ahmed Ould Daddah : Nous avons toujours prôné le dialogue. Mais il y a eu une accumulation de frustrations. La COD est donc parvenue à la conclusion que Mohamed Ould Abdelaziz ne fait pas partie de la solution, car il est lui-même le problème. Alors il doit partir.

N'est-il pas antidémocratique de demander le départ d'un président élu ?

Il n'est pas démocratiquement élu. Après son coup d'État, il s'est fait « élire » dans des conditions contestables.

Vous aviez pourtant reconnu son élection...

J'ai fini par dire que je la reconnaissais, car je souhaitais donner davantage de chances à une cohabitation pacifique. Mais il n'a aucune légitimité, ni originelle, ni acquise.

Que lui reprochez-vous ?

L'ensemble de son bilan, qu'il soit politique, économique ou social. Il s'est présenté durant la campagne comme « le président des pauvres », mais il a appauvri plus d'un Mauritanien ; 75 % de la population a moins de 29 ans et n'a ni formation ni perspectives. En outre, il n'a pas, contrairement à tous ses prédécesseurs, pris de dispositions pour atténuer les conséquences de la sécheresse. Si cette année a été catastrophique pour le bétail, c'est parce qu'aucune mesure valable n'a été prise concernant l'agriculture.

Mais il a concrétisé certains de ses engagements, en lançant de grands chantiers ou en modernisant Nouakchott.

N'était-il pas plus important de relier entre elles nos régions plutôt que de poser un mauvais goudron à Nouakchott ? Franchement, je ne vois rien de significatif qui mérite d'être signalé. La priorité est de désenclaver certaines régions du pays, afin de leur garantir un approvisionnement plus rapide et meilleur marché.

Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour parvenir à vos fins ?

Nous sommes un parti démocrate qui n'utilise que des moyens pacifiques. La COD est allée dans toutes les régions du pays pour s'expliquer et prendre contact avec les autorités locales, les représentants des partis, les notables, ainsi que les différentes forces sociales et économiques.

Je n'ai plus aucun contact avec le président Mohamed Ould Abdelaziz.

Quelle alternance proposez-vous ?

Le RFD a élaboré un programme de gouvernement en deux cents points. Mais aujourd'hui, l'ensemble de la COD réfléchit à un projet commun. Je ne peux pas en révéler les grandes lignes, car il n'est pas encore prêt. Mais il le sera rapidement, car il y a entre nous une grande confiance.

Vous n'avez plus aucun contact avec le président ?

Non, aucun.

Pourquoi contestez-vous la nomination des sept membres de la Commission électorale nationale indépendante ?

Le mandat des députés a expiré en novembre 2011. Or la législature n'a pas été renouvelée, car Mohamed Ould Abdelaziz ne le veut pas. Par conséquent, la Ceni est illégitime.

Envisagez-vous de boycotter les élections législatives et municipales ?

Nous n'avons encore pris aucune décision.

Messaoud Ould Boulkheir, le patron de l'APP, vous invite à la réconciliation. Allez-vous accepter sa main tendue ?

On se connaît, on peut toujours se voir. Je traiterai ça avec lui.

Ely Ould Mohamed Vall fait-il partie de la COD ?

Actuellement, il en est proche, mais il n'en fait pas partie. Il nous a rendu visite, il a participé aux manifestations à nos côtés. Je ne vois aucun inconvénient à ce qu'il nous rejoigne, s'il le désire. D'ailleurs, son ralliement est la preuve que la COD est devenue la seule alternative au régime.

Il est nécessaire de soutenir les Maliens, mais sans ingérence.

Le 10 juin, l'ex-commissaire aux droits de l'homme Mohamed Lemine Ould Dadde a été lourdement condamné. Est-il un prisonnier politique ?

Nous avons toujours dénoncé sa détention, que nous jugeons arbitraire. Nous en aurions fait de même avec n'importe qui d'autre victime du même traitement. Il a certes fait partie du gouvernement d'Ould Abdelaziz, mais nous estimons que chacun a droit à un procès équitable.

Selon le président français, François Hollande, la Mauritanie doit être « aidée » dans la lutte contre le terrorisme. Ce soutien est-il indispensable ?

Nous sommes tout à fait favorables à ce que la Mauritanie et les pays de la sous-région soient appuyés dans ce combat. Mais ce dernier passe surtout par une bonne gouvernance et par une lutte acharnée contre la corruption et la gabegie. Cela n'est possible qu'avec des gouvernements légitimes. Nous souhaitons que la France favorise pacifiquement la démocratisation dans nos pays, afin que puissent être organisées des élections honnêtes, libres et transparentes.

Êtes-vous favorable à une intervention militaire au Mali ?

Une action commune pourra être envisagée plus tard, mais il faut d'abord tenter de rétablir la paix. Il est nécessaire de soutenir les Maliens, mais sans ingérence, afin qu'ils trouvent eux-mêmes des solutions pacifiques durables. Nous soutenons le maintien de nos frontières communes.

Serez-vous candidat à la prochaine présidentielle ?

Je l'ignore.

___

Propos recueillis à Nouakchott par Justine Spiegel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers