Extension Factory Builder
27/06/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. © AFP

En présentant sa liste aux législatives, le président du Sénat affronte la fureur de Wade. Mais essuie aussi la polémique sur les audits de l'ancien régime sénégalais.

Au coeur du quartier de Fann Résidence à Dakar, dans la villa qui sert tout à la fois de demeure à Abdoulaye Wade et son épouse, Viviane, et de quartier général à ce qu'il reste du Parti démocratique sénégalais (PDS), on en a fait l'homme à abattre. Macky Sall, le nouveau maître du Sénégal ? Non, Pape Diop. « Un traître dévoré par l'ambition », peste un proche de Wade. « L'élection de Macky l'a rendu fou. Il s'est dit : "Si Macky est président, moi aussi je peux l'être." »

Jamais cet homme de 58 ans, membre historique du PDS (depuis 1974) discret et courtois, n'avait bravé l'autorité du patron. En prenant la tête d'une liste dissidente du parti libéral, pour les élections législatives du 1er juillet, le président du Sénat s'est attiré les foudres de Wade et des derniers lieutenants qui lui restent fidèles.

Première riposte fin mai : Pape Diop et ses amis sont exclus du PDS. Le lendemain, au cours d'une conférence de presse, Wade attaque sous la ceinture. « Il paraît que Pape Diop s'appelle en fait Moustapha Diop et qu'il a fait de la prison. C'est un délit d'usurpation d'identité », déplore l'ancien président, qui feint de le découvrir maintenant. L'histoire est pourtant connue depuis longtemps (J.A. l'avait racontée en 2008) et remonte, selon le principal intéressé, à sa prime jeunesse. Quelques jours plus tard, Wade véhicule une rumeur selon laquelle Diop aurait ordonné le sacrifice d'un albinos. Et Samuel Sarr, un proche de Wade, porte plainte pour faux et lui réclame 300 000 euros.

"Self-made-man "

Celui qui fait encore office de dauphin constitutionnel de Macky Sall, en sa qualité de président du Sénat, n'est pas pour autant épargné par le nouveau pouvoir. Diop figure en bonne place sur la liste des dignitaires de l'ancien régime soupçonnés de s'être enrichis de manière illicite. Sa fortune, que l'on dit colossale, interroge. « Je suis un homme d'affaires et j'ai connu "le milliard" avant qu'Abdoulaye Wade n'accède au pouvoir », se défend-il.

Issu d'une famille modeste, ce fils de marabout élevé par une tante est un « self-made-man qui a beaucoup de mérite », indique le juriste Babacar Gueye. Il a fait fortune dans la vente des produits halieutiques.

Son ascension au sein du PDS, un parti qu'il a financé, il ne la doit qu'à lui-même. « Contrairement à Sall ou à Idrissa Seck, il n'a pas été façonné par Wade », explique un proche. Élu et réélu député de Dakar dans les années 1990, il n'a connu que des succès. En 2002, il gagne la mairie de la capitale (qu'il quitte en 2009) et hérite de la présidence à l'Assemblée nationale. En 2007, il devient président du Sénat. Il est alors de ceux qui participent à la curie contre Sall - «  il n'a jamais supporté l'ascension de Macky », se souvient un ami des deux hommes.

Avec un tel cursus, il pensait logiquement hériter du parti. En 2008, ses déclarations de non-intention n'avaient trompé personne : « Je n'ai d'autre ambition que de servir Wade, la politique est un métier dans lequel je n'excellerai jamais », prétendait-il. Après la défaite du « Vieux » à la présidentielle, il croyait son heure venue. Mais Wade a gardé les rênes du parti. Pis : il lui a préféré, pour mener la bataille des législatives, Oumar Sarr, un figurant qui n'a rejoint le PDS qu'à la fin des années 1990.

Sa liste, Bokk Guiss Guiss, peut-elle l'emporter ? Certainement pas. On devrait assister, le 1er juillet, à une large victoire de l'alliance Benno Bokk Yakaar, qui a porté Sall au pouvoir en mars dernier. Mais l'enjeu, pour Diop, est ailleurs. « Son objectif, glisse un proche, c'est d'être devant le PDS. Ce serait une victoire symbolique qui lui permettrait de reprendre les rênes du parti. » Et de porter l'estocade fatale à Wade.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

RDC : Abdou Diouf décoré du 'Grand Cordon Kabila-Lumumba'

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de [...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Claude Mademba Sy, doyen des tirailleurs sénégalais, est mort

Claude Mademba Sy, ancien officier supérieur de l'armée française, est décédé mardi à l'âge de 90 ans. Il était la dernière grande figure des tirailleurs [...]

Cinéma : "Mille soleils" de Mati Diop, une affaire de famille

Dans un moyen-métrage audacieux, Mati Diop prolonge l'un des films les plus marquants du cinéma africain, Touki Bouki, signé par son oncle Djibril Diop Mambety.[...]

Sénégal : les scénarios de l'affaire Karim Wade

Alors que Karim Wade, ancien ministre sénégalais et fils d'Abdoulaye Wade, après un an d'incarcération, est à nouveau entendu par la CREI ce jeudi 3 avril, l'instruction de sa deuxième[...]

Sénégal : l'ambassade de Turquie à Dakar, le mur de trop

À Dakar, défigurée par la frénésie immobilière, la construction de la future ambassade de Turquie sur le front de mer provoque une vive indignation.[...]

Fièvre hémorragique : la Guinée tente toujours d'enrayer la propagation

La Guinée et ses partenaires poursuivaient samedi leurs efforts pour enrayer la propagation de l'épidémie de fièvre hémorragique virale, dont des cas d'Ebola, avec l'appui de l'Union[...]

Total Sénégal va faire son entrée à la Bourse d'Abidjan

La filiale sénégalaise du français Total va faire son entrée à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) en septembre.[...]

Sénégal : quand Macky Sall dégaine son plan Marshall pour la Casamance

Offre de paix et projets de développement : en visite en Casamance du 17 au 19 mars, le président sénégalais Macky Sall n'est pas venu les mains vides. Cela suffira-t-il à mettre fin à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers