Extension Factory Builder
27/06/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. © AFP

En présentant sa liste aux législatives, le président du Sénat affronte la fureur de Wade. Mais essuie aussi la polémique sur les audits de l'ancien régime sénégalais.

Au coeur du quartier de Fann Résidence à Dakar, dans la villa qui sert tout à la fois de demeure à Abdoulaye Wade et son épouse, Viviane, et de quartier général à ce qu'il reste du Parti démocratique sénégalais (PDS), on en a fait l'homme à abattre. Macky Sall, le nouveau maître du Sénégal ? Non, Pape Diop. « Un traître dévoré par l'ambition », peste un proche de Wade. « L'élection de Macky l'a rendu fou. Il s'est dit : "Si Macky est président, moi aussi je peux l'être." »

Jamais cet homme de 58 ans, membre historique du PDS (depuis 1974) discret et courtois, n'avait bravé l'autorité du patron. En prenant la tête d'une liste dissidente du parti libéral, pour les élections législatives du 1er juillet, le président du Sénat s'est attiré les foudres de Wade et des derniers lieutenants qui lui restent fidèles.

Première riposte fin mai : Pape Diop et ses amis sont exclus du PDS. Le lendemain, au cours d'une conférence de presse, Wade attaque sous la ceinture. « Il paraît que Pape Diop s'appelle en fait Moustapha Diop et qu'il a fait de la prison. C'est un délit d'usurpation d'identité », déplore l'ancien président, qui feint de le découvrir maintenant. L'histoire est pourtant connue depuis longtemps (J.A. l'avait racontée en 2008) et remonte, selon le principal intéressé, à sa prime jeunesse. Quelques jours plus tard, Wade véhicule une rumeur selon laquelle Diop aurait ordonné le sacrifice d'un albinos. Et Samuel Sarr, un proche de Wade, porte plainte pour faux et lui réclame 300 000 euros.

"Self-made-man "

Celui qui fait encore office de dauphin constitutionnel de Macky Sall, en sa qualité de président du Sénat, n'est pas pour autant épargné par le nouveau pouvoir. Diop figure en bonne place sur la liste des dignitaires de l'ancien régime soupçonnés de s'être enrichis de manière illicite. Sa fortune, que l'on dit colossale, interroge. « Je suis un homme d'affaires et j'ai connu "le milliard" avant qu'Abdoulaye Wade n'accède au pouvoir », se défend-il.

Issu d'une famille modeste, ce fils de marabout élevé par une tante est un « self-made-man qui a beaucoup de mérite », indique le juriste Babacar Gueye. Il a fait fortune dans la vente des produits halieutiques.

Son ascension au sein du PDS, un parti qu'il a financé, il ne la doit qu'à lui-même. « Contrairement à Sall ou à Idrissa Seck, il n'a pas été façonné par Wade », explique un proche. Élu et réélu député de Dakar dans les années 1990, il n'a connu que des succès. En 2002, il gagne la mairie de la capitale (qu'il quitte en 2009) et hérite de la présidence à l'Assemblée nationale. En 2007, il devient président du Sénat. Il est alors de ceux qui participent à la curie contre Sall - «  il n'a jamais supporté l'ascension de Macky », se souvient un ami des deux hommes.

Avec un tel cursus, il pensait logiquement hériter du parti. En 2008, ses déclarations de non-intention n'avaient trompé personne : « Je n'ai d'autre ambition que de servir Wade, la politique est un métier dans lequel je n'excellerai jamais », prétendait-il. Après la défaite du « Vieux » à la présidentielle, il croyait son heure venue. Mais Wade a gardé les rênes du parti. Pis : il lui a préféré, pour mener la bataille des législatives, Oumar Sarr, un figurant qui n'a rejoint le PDS qu'à la fin des années 1990.

Sa liste, Bokk Guiss Guiss, peut-elle l'emporter ? Certainement pas. On devrait assister, le 1er juillet, à une large victoire de l'alliance Benno Bokk Yakaar, qui a porté Sall au pouvoir en mars dernier. Mais l'enjeu, pour Diop, est ailleurs. « Son objectif, glisse un proche, c'est d'être devant le PDS. Ce serait une victoire symbolique qui lui permettrait de reprendre les rênes du parti. » Et de porter l'estocade fatale à Wade.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

Le Sénégal a été tenu en échec par les Bafana Bafana (1-1) vendredi 23 janvier à Mongomo lors de la deuxième journée de la phase de poule. Menés au score dès le[...]

Sénégal - Mame Mactar Gueye : "'Charlie Hebdo' a jeté de l'huile sur le feu"

Mame Mactar Gueye est le vice-président de l'ONG islamique Jamra, à Dakar. À la veille de la manifestation anti-"Charlie Hebdo" prévue dans la capitale sénégalaise, il donne[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade dans l'impasse

Nouveau rebondissement au procès de Karim Wade : tandis que le principal accusé, qui dénonce "une parodie de justice", refuse d'assister aux audiences, les avocats des différents[...]

CAN 2015 : Le Sénégal est renversant !

Les Lions de la Teranga ont battu le Ghana dans le premier choc du groupe C grâce à un but de Moussa Sow à la dernière seconde de jeu (2-1). Un succès mérité pour des[...]

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal... 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, "Jeune Afrique" a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Sénégal : Mokhsine Diouf, le vin, c'est sa passion

Rien ne prédestinait pourtant Mokhsine Diouf à se faire un nom dans le milieu. À Dakar, il organise des dégustations et compte bientôt ouvrir une cave.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2684p038.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2684p038.xml0 from 172.16.0.100