Extension Factory Builder
27/06/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. À 58 ans, l'ex-maire de Dakar n'avait jamais bravé l'autorité du patron. © AFP

En présentant sa liste aux législatives, le président du Sénat affronte la fureur de Wade. Mais essuie aussi la polémique sur les audits de l'ancien régime sénégalais.

Au coeur du quartier de Fann Résidence à Dakar, dans la villa qui sert tout à la fois de demeure à Abdoulaye Wade et son épouse, Viviane, et de quartier général à ce qu'il reste du Parti démocratique sénégalais (PDS), on en a fait l'homme à abattre. Macky Sall, le nouveau maître du Sénégal ? Non, Pape Diop. « Un traître dévoré par l'ambition », peste un proche de Wade. « L'élection de Macky l'a rendu fou. Il s'est dit : "Si Macky est président, moi aussi je peux l'être." »

Jamais cet homme de 58 ans, membre historique du PDS (depuis 1974) discret et courtois, n'avait bravé l'autorité du patron. En prenant la tête d'une liste dissidente du parti libéral, pour les élections législatives du 1er juillet, le président du Sénat s'est attiré les foudres de Wade et des derniers lieutenants qui lui restent fidèles.

Première riposte fin mai : Pape Diop et ses amis sont exclus du PDS. Le lendemain, au cours d'une conférence de presse, Wade attaque sous la ceinture. « Il paraît que Pape Diop s'appelle en fait Moustapha Diop et qu'il a fait de la prison. C'est un délit d'usurpation d'identité », déplore l'ancien président, qui feint de le découvrir maintenant. L'histoire est pourtant connue depuis longtemps (J.A. l'avait racontée en 2008) et remonte, selon le principal intéressé, à sa prime jeunesse. Quelques jours plus tard, Wade véhicule une rumeur selon laquelle Diop aurait ordonné le sacrifice d'un albinos. Et Samuel Sarr, un proche de Wade, porte plainte pour faux et lui réclame 300 000 euros.

"Self-made-man "

Celui qui fait encore office de dauphin constitutionnel de Macky Sall, en sa qualité de président du Sénat, n'est pas pour autant épargné par le nouveau pouvoir. Diop figure en bonne place sur la liste des dignitaires de l'ancien régime soupçonnés de s'être enrichis de manière illicite. Sa fortune, que l'on dit colossale, interroge. « Je suis un homme d'affaires et j'ai connu "le milliard" avant qu'Abdoulaye Wade n'accède au pouvoir », se défend-il.

Issu d'une famille modeste, ce fils de marabout élevé par une tante est un « self-made-man qui a beaucoup de mérite », indique le juriste Babacar Gueye. Il a fait fortune dans la vente des produits halieutiques.

Son ascension au sein du PDS, un parti qu'il a financé, il ne la doit qu'à lui-même. « Contrairement à Sall ou à Idrissa Seck, il n'a pas été façonné par Wade », explique un proche. Élu et réélu député de Dakar dans les années 1990, il n'a connu que des succès. En 2002, il gagne la mairie de la capitale (qu'il quitte en 2009) et hérite de la présidence à l'Assemblée nationale. En 2007, il devient président du Sénat. Il est alors de ceux qui participent à la curie contre Sall - «  il n'a jamais supporté l'ascension de Macky », se souvient un ami des deux hommes.

Avec un tel cursus, il pensait logiquement hériter du parti. En 2008, ses déclarations de non-intention n'avaient trompé personne : « Je n'ai d'autre ambition que de servir Wade, la politique est un métier dans lequel je n'excellerai jamais », prétendait-il. Après la défaite du « Vieux » à la présidentielle, il croyait son heure venue. Mais Wade a gardé les rênes du parti. Pis : il lui a préféré, pour mener la bataille des législatives, Oumar Sarr, un figurant qui n'a rejoint le PDS qu'à la fin des années 1990.

Sa liste, Bokk Guiss Guiss, peut-elle l'emporter ? Certainement pas. On devrait assister, le 1er juillet, à une large victoire de l'alliance Benno Bokk Yakaar, qui a porté Sall au pouvoir en mars dernier. Mais l'enjeu, pour Diop, est ailleurs. « Son objectif, glisse un proche, c'est d'être devant le PDS. Ce serait une victoire symbolique qui lui permettrait de reprendre les rênes du parti. » Et de porter l'estocade fatale à Wade.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des éc[...]

Francophonie : règlement de comptes entre de l'Estrac et les autorités sénégalaises

Jean-Claude de l'Estrac, candidat malheureux au secrétariat général de l'OIF, est très remonté contre les dirigeant sénégalais et français. Explications.[...]

Terrorisme : à Dakar, Le Drian plaide pour une "alliance régionale, continentale et mondiale"

À l'ouverture du premier forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Dakar, Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a appelé lundi les[...]

Sénégal : Aïssa Dione, de fil en aiguille

Avec ses tissus et ses meubles contemporains, fabriqués selon des techniques traditionnelles, la créatrice Aïssa Dione a conquis les plus grands couturiers et décorateurs à travers le[...]

Le forum de Dakar, un Davos de la sécurité en Afrique ?

Co-organisé par le ministère français de la Défense et par l’État sénégalais, le forum international sur la paix et la sécurité en Afrique aura lieu les 15 et[...]

Sénégal : Karim Wade enfonce le clou

L'ancien ministre sénégalais Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite au Sénégal, et l'expert financier Pape Alboury Ndao, qui est à l'origine de certaines des accusations contre le[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Sénégal : à Dakar, ils ont rajeuni les jeudis

Dans la commune populaire de Ouakam, la maison des Petites Pierres sert de QG à un collectif d'artistes pluridisciplinaires. Plongée dans le Dakar underground.[...]

Sénégal : la décentralisation à Dakar, top ou flop ?

L'Acte III de la décentralisation a été promulgué pour rénover le code des collectivités locales (dont l'acte II date de 1996), avec pour objectif d'"organiser le[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers