Extension Factory Builder
21/06/2012 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bob Marley et Pascaline Bongo, dans les années 1980. Bob Marley et Pascaline Bongo, dans les années 1980. © D.R.

Dans "Marley", un documentaire sur la star du reggae, les femmes qui l'ont aimé livrent leurs souvenirs du rastaman. Parmi elles, Pascaline Bongo, la fille du président gabonais.

C'est une histoire d'amour entre une groupie africaine et une icône mondiale de la musique. En 1979, Bob Marley, 34 ans, a déjà enregistré ses mythiques No Woman No Cry, Exodus, Kaya... Pascaline Bongo en a 23 et son père, Omar, président du Gabon, ne lui refuse rien. À la fin d'un concert aux États-Unis, elle se faufile dans la loge de son idole. Mais, raconte l'intéressée, ça commence mal : « Qu'est-ce que tu es vilaine ! » grimace le Jamaïcain. « C'est parce j'avais les cheveux défrisés », sourit aujourd'hui Pascaline Bongo Ondimba, 56 ans, apaisée, devant la caméra de Kevin MacDonald, le réalisateur et documentariste à qui l'on doit notamment Le Dernier Roi d'Écosse. Cette séquence intervient vers la fin de Marley, un documentaire sorti en salles le 13 juin, en France.

Invité au Gabon par sa belle, « Bob » apprend à son arrivée que le pays est, lui dit-on, sous la férule d'un « dictateur ». Trop tard pour tout annuler... Dans le même temps, une mauvaise langue informe le président que la bande de musiciens dépenaillés issus du bidonville de Trench Town prône la révolution. C'est décidé, Bongo ne rencontrera pas Marley. Gros plan sur une photo noir et blanc : Ali, le fils du président, est visiblement heureux de représenter son père.

Racines africaines

Né dans les Caraïbes, Marley, le métis au mal-être existentiel et en quête de repères, était venu trouver ses racines en Afrique, terre d'origine de Jah, le dieu rastafari à qui il vouait un culte. Mais rien ne se passe comme prévu. Sur les plages de Libreville, précédés par leur réputation de consommateurs de drogues douces, les Wailers sont accueillis par de sarcastiques « Ganja ! Ganja ! ». En coulisses, le producteur a surfacturé le concert que la star souhaitait offrir, déclenchant sa fureur.

Restent les amours de Marley, que MacDonald fait revivre à travers les témoignages d'une demi-douzaine de ses conquêtes. Ils montrent son curieux rapport aux femmes, qu'il disait aimer sans « peintures de guerre ». Bafouées, jetées, reprises, plusieurs de ses ex-petites amies évoquent le musicien avec une étonnante indulgence, sans le moindre regret, voire avec une pointe de nostalgie. Seule Cedella, sa fille, s'offusque des infidélités qu'il fit subir à Rita, son épouse, au vu et au su de tous. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon - Ali Bongo Ondimba : 'Le temps de l'impunité est révolu'

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "Le temps de l'impunité est révolu"

Bilan, gouvernement, réformes, opposition, présidentielle 2016, corruption, Centrafrique, France... Cinq ans après son élection, le chef de l'État gabonais s'explique.[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Jean Fidèle Otandault : "Certains doutaient de notre volonté de faire le ménage" au Gabon

Ses pouvoirs d'investigation ont porté leurs fruits. Le directeur général du contrôle des ressources publiques a mis le doigt sur les failles et les incohérences du système[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

Gabon : bonnes oeuvres et grandes manoeuvres

Après une première moitié de septennat centrée sur la croissance et les grands projets, Ali Bongo Ondimba lance un important programme social. Un plan qui mobilise plus de 380 millions[...]

Gabon : retour sur le terrain électoral

Après une première moitié de septennat centrée sur la croissance et les grands projets, Ali Bongo Ondimba lance un important programme social. Un plan qui mobilise plus de 380 millions[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex