Extension Factory Builder
21/06/2012 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bob Marley et Pascaline Bongo, dans les années 1980. Bob Marley et Pascaline Bongo, dans les années 1980. © D.R.

Dans "Marley", un documentaire sur la star du reggae, les femmes qui l'ont aimé livrent leurs souvenirs du rastaman. Parmi elles, Pascaline Bongo, la fille du président gabonais.

C'est une histoire d'amour entre une groupie africaine et une icône mondiale de la musique. En 1979, Bob Marley, 34 ans, a déjà enregistré ses mythiques No Woman No Cry, Exodus, Kaya... Pascaline Bongo en a 23 et son père, Omar, président du Gabon, ne lui refuse rien. À la fin d'un concert aux États-Unis, elle se faufile dans la loge de son idole. Mais, raconte l'intéressée, ça commence mal : « Qu'est-ce que tu es vilaine ! » grimace le Jamaïcain. « C'est parce j'avais les cheveux défrisés », sourit aujourd'hui Pascaline Bongo Ondimba, 56 ans, apaisée, devant la caméra de Kevin MacDonald, le réalisateur et documentariste à qui l'on doit notamment Le Dernier Roi d'Écosse. Cette séquence intervient vers la fin de Marley, un documentaire sorti en salles le 13 juin, en France.

Invité au Gabon par sa belle, « Bob » apprend à son arrivée que le pays est, lui dit-on, sous la férule d'un « dictateur ». Trop tard pour tout annuler... Dans le même temps, une mauvaise langue informe le président que la bande de musiciens dépenaillés issus du bidonville de Trench Town prône la révolution. C'est décidé, Bongo ne rencontrera pas Marley. Gros plan sur une photo noir et blanc : Ali, le fils du président, est visiblement heureux de représenter son père.

Racines africaines

Né dans les Caraïbes, Marley, le métis au mal-être existentiel et en quête de repères, était venu trouver ses racines en Afrique, terre d'origine de Jah, le dieu rastafari à qui il vouait un culte. Mais rien ne se passe comme prévu. Sur les plages de Libreville, précédés par leur réputation de consommateurs de drogues douces, les Wailers sont accueillis par de sarcastiques « Ganja ! Ganja ! ». En coulisses, le producteur a surfacturé le concert que la star souhaitait offrir, déclenchant sa fureur.

Restent les amours de Marley, que MacDonald fait revivre à travers les témoignages d'une demi-douzaine de ses conquêtes. Ils montrent son curieux rapport aux femmes, qu'il disait aimer sans « peintures de guerre ». Bafouées, jetées, reprises, plusieurs de ses ex-petites amies évoquent le musicien avec une étonnante indulgence, sans le moindre regret, voire avec une pointe de nostalgie. Seule Cedella, sa fille, s'offusque des infidélités qu'il fit subir à Rita, son épouse, au vu et au su de tous. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers