Extension Factory Builder
22/06/2012 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président burkinabè dirige la médiation ouest-africaine au Mali. Le président burkinabè dirige la médiation ouest-africaine au Mali. © AFP

Ses précédents arbitrages en Guinée et au Niger plaident en sa faveur. Mais alors qu'au Mali la crise s'enlise, la mission de conciliation du chef d'État burkinabè, Blaise Compaoré, rencontre quelques obstacles.

Une médiation pour quoi faire ? Dans l'entourage du président du Burkina Faso, la question ne se pose pas. À Kosyam, les hauts et les bas inhérents à une telle entreprise, on connaît. Mais ailleurs, dans quelques Palais de la région, un léger doute s'est installé. Blaise Compaoré médiateur dans la crise malienne, était-ce une bonne idée ?

« Oui », répond Ablassé Ouédraogo. L'ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères a mené plusieurs médiations pour le compte de l'Union africaine. Pour lui, Compaoré était, au début de la crise, le mieux placé pour mener celle-ci. Les succès de ses récents arbitrages en Guinée et au Niger plaidaient en sa faveur. « Il dispose de l'expérience nécessaire, mais aussi d'hommes de qualité à ses côtés, affirme un diplomate en poste à Ouagadougou. Quel chef d'État de la région est en mesure de fournir une équipe compétente, bien renseignée, et de faire en sorte que son ministre des Affaires étrangères se consacre exclusivement à une médiation ? » De fait, Djibrill Bassolé, nommé représentant de Compaoré dans la crise malienne, ne ménage pas sa peine pour tenter de sortir le pays voisin de ce bourbier. Charge lui est donnée de résoudre la première des équations : aider à la mise en place, à Bamako, d'un pouvoir institutionnel reconnu et accepté.

L'atout Moustapha Chafi

Compaoré peut également compter sur son conseiller spécial, le Mauritanien Moustapha Chafi, pour garder le contact avec le front nord. Celui qui est devenu, au fil des enlèvements d'Occidentaux dans le Sahel, un interlocuteur incontournable dans la libération des otages, connaît parfaitement la zone : ses codes, ses interdits et, surtout, ceux qui la gouvernent aujourd'hui.

Malgré ces atouts, des erreurs ont été commises ces derniers mois, juge un expert de la région. « La médiation nécessite d'avoir la confiance de tous les protagonistes, dit-il. Ce n'est plus tout à fait le cas. » Depuis la nomination d'un gouvernement dirigé par un ami de longue date de Compaoré (Cheick Modibo Diarra) et comprenant l'un de ses plus proches conseillers (Sadio Lamine Sow, ministre des Affaires étrangères), des critiques se font entendre à Bamako. Quant à la junte, depuis qu'elle a été pressée de signer un accord début avril, elle se méfie. « Les putschistes ont eu l'impression de s'être fait forcer la main », confie un diplomate.

Dans plusieurs capitales de la région, et notamment à Cotonou et à Niamey, on estime que Compaoré est allé un peu trop vite.

Dans plusieurs capitales de la région, et notamment à Cotonou et à Niamey, on estime que Compaoré est allé un peu trop vite. « Chaque fois que des accords ont été trouvés, on est revenu dessus par la suite », note Ablassé Ouédraogo. « Blaise n'a pas encore eu les résultats escomptés, estime un ministre ouest-africain des Affaires étrangères. Il a agi rapidement en pensant qu'il pourrait gérer au fur et à mesure. Il pensait que son aura suffirait à calmer les putschistes. » D'où le souhait de Boni Yayi, le président en exercice l'Union africaine, d'impliquer cette dernière et l'ONU.

"Envoyer des troupes dans le Nord ne résoudra rien"

La prise de position du président béninois est peut-être guidée par un désir de revanche, après que Ougadougou a remporté la présidence de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), que Cotonou convoitait. Mais il faut y voir aussi une divergence d'appréciations : Boni Yayi et son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, sont favorables à une intervention militaire rapide dans le nord du Mali sous la forme d'une opération africaine avec un soutien occidental. Sur ce point, Compaoré est plus modéré. « Envoyer des troupes dans le Nord ne résoudra rien si une solution politique n'est pas trouvée. Cela ne fera qu'envenimer la situation », estime un de ses collaborateurs.

Va-t-en-guerre contre négociateurs ? La réalité est peut-être plus nuancée. Les positions opposées pourraient aussi être les deux volets parallèles - militaire et diplomatique - d'une seule et même stratégie, et la médiation du Burkinabè finalement porter ses fruits.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : le Gatia, drôle de milice

Mali : le Gatia, drôle de milice

Le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le Nord-Mali, mais son statut n'est pas clair. La présence de soldats dans une Mission de formation de l'UE prouverait qu'i[...]

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2684p014-015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2684p014-015.xml0 from 172.16.0.100