Extension Factory Builder
15/06/2012 à 14:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En Inde l'inflation persite et pourrait atteindre 8,6% en 2012. En Inde l'inflation persite et pourrait atteindre 8,6% en 2012. © Reuters

Ralentissement de l'économie, scandales divers, crise de leadership... À deux ans des élections générales, le parti au pouvoir en Inde paraît bien mal embarqué.

Le miracle économique indien fera-t-il long feu ? Prenant acte de la dégringolade de la roupie, de la persistance de l'inflation (sans doute 8,6 % en 2012), de la diminution des investissements étrangers et du ralentissement de la croissance (5,3 % au premier trimestre de cette année, après avoir frôlé les 9 % pendant des années), certains spécialistes commencent à se poser la question. Les milieux d'affaires constatent que leur pays perd du terrain face à ses concurrents directs. Et s'il advenait un jour qu'au sein du quintette des pays émergents, les fameux Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), le « i » ne désigne plus l'Inde, mais Israël ou l'Indonésie ?

C'est dans ce contexte morose que le Parti du Congrès a discrètement fêté au mois de mai le huitième anniversaire de son retour aux affaires. Le Grand Old Party indien traverse une inquiétante crise de confiance qui contribue sans doute au ralentissement de l'économie. Fondé en 1885, il a connu son heure de gloire au temps du Mahatma Gandhi et de son mouvement de résistance populaire et non violent qui mit fin au pouvoir colonial. Lors de l'indépendance, en 1947, la direction du pays lui échut tout naturellement. À l'initiative de Nehru, son chef, il mit en place un cadre démocratique et laïque qui perdure aujourd'hui encore. Le rôle éminent joué par le Congrès dans l'émergence de l'Inde en tant que puissance mondiale n'est contesté par personne, pas même par ses ennemis les plus acharnés. Au total, il a dirigé le pays pendant presque un demi-siècle, avec, de temps à autre, de brefs passages dans l'opposition. Revenu au pouvoir en 2004 à la tête d'une coalition de centre-gauche, il l'a de nouveau emporté en 2009. Mais son action est aujourd'hui paralysée par une série d'affaires. En 2011, l'organisation des Jeux du Commonwealth fut par exemple un fiasco retentissant. Corruption et incompétence des organisateurs : pas de quoi pavoiser. La même année, l'attribution de licences de téléphonie mobile déboucha elle aussi sur un scandale. Du coup, au mois de mars dernier, le Congrès a subi un cinglant échec lors des élections régionales dans l'État de l'Uttar Pradesh, le plus peuplé du pays. En dépit de l'implication active dans la campagne de Rahul Gandhi, fils de la présidente du parti et héritier de la dynastie Gandhi-Nehru, il n'a remporté que 28 sièges sur 403. Ce résultat catastrophique augure bien mal de son score lors des élections générales de 2014.

Héritier de la dynastie Gandhi-Nehru, Rahul ne soulève pas l'enthousiasme des électeurs.

Sables mouvants. Il révèle surtout un manque de leadership que confirme l'impuissance du gouvernement, depuis trois ans, à faire adopter par le Parlement la moindre réforme économique d'envergure. Celle du système fiscal, dont l'opacité est pourtant dénoncée par tous les investisseurs étrangers, a été abandonnée. De même, le projet d'ouvrir le secteur de la distribution aux opérateurs étrangers s'est enlisé dans les sables mouvants. En 2004, l'arrivée à la primature de Manmohan Singh, dont le nom est associé à la libéralisation de l'économie indienne, avait pourtant suscité de grands espoirs dans les milieux d'affaires. Depuis, ils déchantent.

Ce n'est un secret pour personne que Singh, qui est octogénaire et souffre de problèmes cardiaques, souhaite se retirer de la vie politique active. Sonia Gandhi, la présidente du parti, n'est guère plus vaillante : elle a subi l'an dernier une lourde opération chirurgicale. En toute logique dynastique - celle qui a toujours prévalu à la tête du Congrès -, le flambeau devrait être repris à brève échéance par Rahul Gandhi, lui-même fils, petit-fils et arrière-petit-fils de Premier ministre. Problème : à en juger par les résultats dans l'Uttar Pradesh, la perspective ne semble pas enthousiasmer les électeurs !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Racistes, les jeux vidéo ?

Traditionnellement absents ou relégués au second plan, les personnages noirs sont souvent caricaturaux : agressifs, dangereux et athlétiques. Des héros moins stéréotypés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2683p056.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2683p056.xml0 from 172.16.0.100