Extension Factory Builder
15/06/2012 à 14:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En Inde l'inflation persite et pourrait atteindre 8,6% en 2012. En Inde l'inflation persite et pourrait atteindre 8,6% en 2012. © Reuters

Ralentissement de l'économie, scandales divers, crise de leadership... À deux ans des élections générales, le parti au pouvoir en Inde paraît bien mal embarqué.

Le miracle économique indien fera-t-il long feu ? Prenant acte de la dégringolade de la roupie, de la persistance de l'inflation (sans doute 8,6 % en 2012), de la diminution des investissements étrangers et du ralentissement de la croissance (5,3 % au premier trimestre de cette année, après avoir frôlé les 9 % pendant des années), certains spécialistes commencent à se poser la question. Les milieux d'affaires constatent que leur pays perd du terrain face à ses concurrents directs. Et s'il advenait un jour qu'au sein du quintette des pays émergents, les fameux Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), le « i » ne désigne plus l'Inde, mais Israël ou l'Indonésie ?

C'est dans ce contexte morose que le Parti du Congrès a discrètement fêté au mois de mai le huitième anniversaire de son retour aux affaires. Le Grand Old Party indien traverse une inquiétante crise de confiance qui contribue sans doute au ralentissement de l'économie. Fondé en 1885, il a connu son heure de gloire au temps du Mahatma Gandhi et de son mouvement de résistance populaire et non violent qui mit fin au pouvoir colonial. Lors de l'indépendance, en 1947, la direction du pays lui échut tout naturellement. À l'initiative de Nehru, son chef, il mit en place un cadre démocratique et laïque qui perdure aujourd'hui encore. Le rôle éminent joué par le Congrès dans l'émergence de l'Inde en tant que puissance mondiale n'est contesté par personne, pas même par ses ennemis les plus acharnés. Au total, il a dirigé le pays pendant presque un demi-siècle, avec, de temps à autre, de brefs passages dans l'opposition. Revenu au pouvoir en 2004 à la tête d'une coalition de centre-gauche, il l'a de nouveau emporté en 2009. Mais son action est aujourd'hui paralysée par une série d'affaires. En 2011, l'organisation des Jeux du Commonwealth fut par exemple un fiasco retentissant. Corruption et incompétence des organisateurs : pas de quoi pavoiser. La même année, l'attribution de licences de téléphonie mobile déboucha elle aussi sur un scandale. Du coup, au mois de mars dernier, le Congrès a subi un cinglant échec lors des élections régionales dans l'État de l'Uttar Pradesh, le plus peuplé du pays. En dépit de l'implication active dans la campagne de Rahul Gandhi, fils de la présidente du parti et héritier de la dynastie Gandhi-Nehru, il n'a remporté que 28 sièges sur 403. Ce résultat catastrophique augure bien mal de son score lors des élections générales de 2014.

Héritier de la dynastie Gandhi-Nehru, Rahul ne soulève pas l'enthousiasme des électeurs.

Sables mouvants. Il révèle surtout un manque de leadership que confirme l'impuissance du gouvernement, depuis trois ans, à faire adopter par le Parlement la moindre réforme économique d'envergure. Celle du système fiscal, dont l'opacité est pourtant dénoncée par tous les investisseurs étrangers, a été abandonnée. De même, le projet d'ouvrir le secteur de la distribution aux opérateurs étrangers s'est enlisé dans les sables mouvants. En 2004, l'arrivée à la primature de Manmohan Singh, dont le nom est associé à la libéralisation de l'économie indienne, avait pourtant suscité de grands espoirs dans les milieux d'affaires. Depuis, ils déchantent.

Ce n'est un secret pour personne que Singh, qui est octogénaire et souffre de problèmes cardiaques, souhaite se retirer de la vie politique active. Sonia Gandhi, la présidente du parti, n'est guère plus vaillante : elle a subi l'an dernier une lourde opération chirurgicale. En toute logique dynastique - celle qui a toujours prévalu à la tête du Congrès -, le flambeau devrait être repris à brève échéance par Rahul Gandhi, lui-même fils, petit-fils et arrière-petit-fils de Premier ministre. Problème : à en juger par les résultats dans l'Uttar Pradesh, la perspective ne semble pas enthousiasmer les électeurs !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

DVD 

Documentaire : "I Am Ali", l'album de famille

Quarante ans après le combat opposant le boxeur à Foreman, à Kinshasa, un documentaire intimiste brosse un portrait sensible de l'homme qu'il fut, vu par les siens.[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire ![...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Présentation[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces