Extension Factory Builder
21/06/2012 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. © AFP

Le gouvernement sénégalais a créé un groupe de travail pour étudier les modalités d'un procès de l'ex-dictateur tchadien, Hissène Habré.

Hissène Habré est-il encore à l'abri ? Pas sûr. Réfugié à Dakar depuis 1990, l'ex-dictateur tchadien savait qu'il n'avait pas grand-chose à craindre du régime d'Abdoulaye Wade. L'ancien président sénégalais avait, au fil des années, manifesté trop de réticences à le juger (ou à le laisser juger par un pays tiers) pour qu'il ait de vraies raisons de s'inquiéter. Mais le vent paraît avoir tourné.

Le 1er juin, le gouvernement a en effet annoncé la mise sur pied d'un groupe de travail chargé d'étudier les modalités d'un procès - lequel s'est réuni dans la foulée, sous la direction du directeur de cabinet de la ministre de la Justice, Amadou Bâle, un magistrat réputé sérieux, voire rétif aux consignes venues d'en haut.

A priori, cela ressemble plutôt à une bonne nouvelle. Sauf que les défenseurs des victimes du régime de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique demeure la seule solution pour que justice soit rendue rapidement. « Un groupe de travail, c'est bien, concède l'avocate tchadienne Jacqueline Moudeïna. Mais nous ne savons pas quelle est sa feuille de route, et nous n'avons pas été associés à sa création. » Jacqueline Moudeïna dit aussi craindre que cela n'équivaille à un rejet de la quatrième demande d'extradition belge, à laquelle le Sénégal n'a toujours pas répondu.

Le président Wade n'avait jamais paru pressé de faire juger son ancien homologue.

Coûteux

Surtout, rappellent les partisans d'un procès en Belgique, la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) s'était prononcée en 2010 en faveur de la création d'un tribunal ad hoc à caractère international - une structure forcément plus coûteuse qu'une juridiction nationale classique. À l'époque, les bailleurs de fonds internationaux étaient parvenus à réunir la somme nécessaire (plus de 8 millions d'euros), mais c'était il y a deux ans. « Aujourd'hui, si le Sénégal devait juger Habré, il devrait encore se conformer à la décision de la Cedeao et créer ce fameux tribunal ad hoc, explique un connaisseur du dossier. Il faudrait reconvoquer les bailleurs, reprendre l'enquête du début, et tout cela prendrait forcément plusieurs années. » « Ce sont des années que nous n'avons pas, insiste Moudeïna. Les victimes, elles, continuent de mourir. » Beaucoup voient toutefois dans la décision du Sénégal un signe encourageant. D'autant que les membres du groupe de travail devraient rencontrer les donateurs dans le courant de ce mois de juin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".[...]

Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?

Le Sénégal vient d'interdire les sacs plastiques fins sur son territoire. Le pays suit la voie de plusieurs de ses voisins en Afrique de l’Ouest qui ont déjà choisi, depuis quelques[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Souleymane Jules Diop : "L'Europe ne peut pas faire payer aux Africains les conséquences du chaos libyen !"

Depuis le début de l'année 2015, plus de 1 750 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée, dont de nombreux ressortissants du Sénégal. Une tragédie dans laquelle l'Europe[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Sénégal-Tchad : pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

Les trois magistrats chargés de juger l'ancien président tchadien ont été nommés début avril, et le procès pourrait débuter en juin, à Dakar.[...]

Football : le Sénégalais Souleymane Diawara risque sept ans de prison

L’international sénégalais Souleymane Diawara est écroué depuis le 9 avril, avec un de ses frères, pour "extorsion de fonds en réunion" et "tentative[...]

Arachide : au Sénégal, Sifca lance la contre-offensive

Doublé par le groupe français Avril dans la reprise d'une partie des activités de Suneor, l'ivoirien Sifca envisage néanmoins un rapprochement stratégique avec le leader sénégalais[...]

France : pourquoi l'ex-international sénégalais Souleymane Diawara est en prison

L'ex-international sénégalais Souleymane Diawara a été écroué vendredi à la prison des Baumettes à Marseille après avoir été interpellé et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2683p034-035.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2683p034-035.xml1 from 172.16.0.100