Extension Factory Builder
21/06/2012 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. © AFP

Le gouvernement sénégalais a créé un groupe de travail pour étudier les modalités d'un procès de l'ex-dictateur tchadien, Hissène Habré.

Hissène Habré est-il encore à l'abri ? Pas sûr. Réfugié à Dakar depuis 1990, l'ex-dictateur tchadien savait qu'il n'avait pas grand-chose à craindre du régime d'Abdoulaye Wade. L'ancien président sénégalais avait, au fil des années, manifesté trop de réticences à le juger (ou à le laisser juger par un pays tiers) pour qu'il ait de vraies raisons de s'inquiéter. Mais le vent paraît avoir tourné.

Le 1er juin, le gouvernement a en effet annoncé la mise sur pied d'un groupe de travail chargé d'étudier les modalités d'un procès - lequel s'est réuni dans la foulée, sous la direction du directeur de cabinet de la ministre de la Justice, Amadou Bâle, un magistrat réputé sérieux, voire rétif aux consignes venues d'en haut.

A priori, cela ressemble plutôt à une bonne nouvelle. Sauf que les défenseurs des victimes du régime de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique demeure la seule solution pour que justice soit rendue rapidement. « Un groupe de travail, c'est bien, concède l'avocate tchadienne Jacqueline Moudeïna. Mais nous ne savons pas quelle est sa feuille de route, et nous n'avons pas été associés à sa création. » Jacqueline Moudeïna dit aussi craindre que cela n'équivaille à un rejet de la quatrième demande d'extradition belge, à laquelle le Sénégal n'a toujours pas répondu.

Le président Wade n'avait jamais paru pressé de faire juger son ancien homologue.

Coûteux

Surtout, rappellent les partisans d'un procès en Belgique, la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) s'était prononcée en 2010 en faveur de la création d'un tribunal ad hoc à caractère international - une structure forcément plus coûteuse qu'une juridiction nationale classique. À l'époque, les bailleurs de fonds internationaux étaient parvenus à réunir la somme nécessaire (plus de 8 millions d'euros), mais c'était il y a deux ans. « Aujourd'hui, si le Sénégal devait juger Habré, il devrait encore se conformer à la décision de la Cedeao et créer ce fameux tribunal ad hoc, explique un connaisseur du dossier. Il faudrait reconvoquer les bailleurs, reprendre l'enquête du début, et tout cela prendrait forcément plusieurs années. » « Ce sont des années que nous n'avons pas, insiste Moudeïna. Les victimes, elles, continuent de mourir. » Beaucoup voient toutefois dans la décision du Sénégal un signe encourageant. D'autant que les membres du groupe de travail devraient rencontrer les donateurs dans le courant de ce mois de juin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui avaien[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Lors d'une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi à Dakar, l'ancien président Abdoulaye Wade a accusé le chef de l'État, Macky[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Les raisons de l'étrange abandon de Makhtar Diop

L'économiste Makhtar Diop devait être le candidat de Dakar à la présidence de la Banque africaine de développement. Mais alors qu'il avait de grandes chances de l'emporter, il a[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers