Extension Factory Builder
21/06/2012 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. Les défenseurs des victimes de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique est la solution. © AFP

Le gouvernement sénégalais a créé un groupe de travail pour étudier les modalités d'un procès de l'ex-dictateur tchadien, Hissène Habré.

Hissène Habré est-il encore à l'abri ? Pas sûr. Réfugié à Dakar depuis 1990, l'ex-dictateur tchadien savait qu'il n'avait pas grand-chose à craindre du régime d'Abdoulaye Wade. L'ancien président sénégalais avait, au fil des années, manifesté trop de réticences à le juger (ou à le laisser juger par un pays tiers) pour qu'il ait de vraies raisons de s'inquiéter. Mais le vent paraît avoir tourné.

Le 1er juin, le gouvernement a en effet annoncé la mise sur pied d'un groupe de travail chargé d'étudier les modalités d'un procès - lequel s'est réuni dans la foulée, sous la direction du directeur de cabinet de la ministre de la Justice, Amadou Bâle, un magistrat réputé sérieux, voire rétif aux consignes venues d'en haut.

A priori, cela ressemble plutôt à une bonne nouvelle. Sauf que les défenseurs des victimes du régime de Habré sont convaincus qu'un procès en Belgique demeure la seule solution pour que justice soit rendue rapidement. « Un groupe de travail, c'est bien, concède l'avocate tchadienne Jacqueline Moudeïna. Mais nous ne savons pas quelle est sa feuille de route, et nous n'avons pas été associés à sa création. » Jacqueline Moudeïna dit aussi craindre que cela n'équivaille à un rejet de la quatrième demande d'extradition belge, à laquelle le Sénégal n'a toujours pas répondu.

Le président Wade n'avait jamais paru pressé de faire juger son ancien homologue.

Coûteux

Surtout, rappellent les partisans d'un procès en Belgique, la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) s'était prononcée en 2010 en faveur de la création d'un tribunal ad hoc à caractère international - une structure forcément plus coûteuse qu'une juridiction nationale classique. À l'époque, les bailleurs de fonds internationaux étaient parvenus à réunir la somme nécessaire (plus de 8 millions d'euros), mais c'était il y a deux ans. « Aujourd'hui, si le Sénégal devait juger Habré, il devrait encore se conformer à la décision de la Cedeao et créer ce fameux tribunal ad hoc, explique un connaisseur du dossier. Il faudrait reconvoquer les bailleurs, reprendre l'enquête du début, et tout cela prendrait forcément plusieurs années. » « Ce sont des années que nous n'avons pas, insiste Moudeïna. Les victimes, elles, continuent de mourir. » Beaucoup voient toutefois dans la décision du Sénégal un signe encourageant. D'autant que les membres du groupe de travail devraient rencontrer les donateurs dans le courant de ce mois de juin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais[...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex