Extension Factory Builder
06/06/2012 à 09:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Karim Younès est l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN) algérienne.

L'Algérie négocie cette année une étape dans la géographie de son avenir, une étape que les géographes appellent précisément la ligne de partage des eaux. Elle vit la célébration d'un demi-siècle d'indépendance. Une situation historique, propice à une immersion dans notre passé lointain et contemporain, pour célébrer nos réalisations, analyser le plus objectivement possible nos échecs en les assumant pleinement, en en tirant les enseignements pour un meilleur éclairage de notre avenir.

Le devoir d'inventaire, me semble-t-il, s'impose. Quel bilan de nos actions passées et actuelles léguerons-nous à nos descendants ? Quel rôle géopolitique peut tenir notre Algérie quand on sait que les initiatives internationales prises par les pays qui comptent le sont au nom de la crédibilité acquise par leurs institutions respectives auprès de leurs peuples ? Pouvons-nous ignorer le passé colonial et la nécessité d'en modifier les perspectives ?

Une lecture-bilan des principales étapes du développement économique de l'Algérie d'après l'indépendance éclaire les diverses péripéties et les inaccomplissements de l'histoire algérienne, faite de grandeurs, de ruptures, parfois de durs et inacceptables reniements. Mais comment évaluer de manière objective cinquante ans de réalisations, d'espoirs déçus et d'échecs flagrants - parfois avec de bonnes intentions, parfois pour la défense d'intérêts étroits ? Les réponses qu'appellent ces questionnements contemporains ne peuvent venir que d'une confrontation d'analyses, d'un débat nourri d'autres expériences.

L'Algérie, ce qu'elle est devenue, n'est pas le fruit du hasard. Les Algériens ne sont pas un peuple qui s'éveille au monde et à la civilisation. Chaque mètre carré de notre sol, chaque pierre de nos montagnes, chaque grain de sable porte en lui les traces d'une société de bâtisseurs, de héros.

Écrire, fouiller les entrailles de notre terre pour découvrir les parcelles de notre identité est un devoir politique.

Écrire, fouiller les entrailles de notre terre pour découvrir les parcelles de notre identité est un devoir politique. Mais l'avons-nous suffisamment fait ? Nous connaître et, donc, nous construire, c'est là notre défi. Les excuses avancées par la France peuvent-elles compenser une once des souffrances endurées ? Se contenter de ces excuses, c'est permettre la construction de remparts qui bloqueront à jamais nos revendications mémorielles. Mieux vaut cultiver la mémoire par la célébration et le recueillement.

Ce qui importe pour notre pays, c'est que pas un seul détail de son histoire coloniale ne soit occulté. C'est de vulgariser et de transmettre non seulement à chaque Algérienne et à chaque Algérien, mais aussi à travers le monde, ce qu'ont été les crimes contre l'humanité de la France coloniale. C'est fort de sa mémoire retrouvée et désormais rigoureusement cultivée que notre pays saura nouer des relations rationnelles avec l'État français.

Les changements de position sur le grand échiquier qu'est devenu l'espace géopolitique mondialisé donnent lieu à des offensives impitoyables, dont font les frais les pays les plus vulnérables. Il en faut peu pour affaiblir un État. Il suffit que l'ego surdimensionné de ses dirigeants, leur cupidité, leur égoïsme, gouvernent leur quête du pouvoir, pour que se déclenche, parfois à leur insu, le compte à rebours de l'implosion, de la décadence et de la soumission aux nations plus fortes.

Face à ce qu'il convient d'appeler une bourrasque à la fois géopolitique et géoéconomique, il apparaît clairement que seuls survivront les pays qui ont su miser sur leurs peuples, qui ont su bâtir une structure institutionnelle qui réponde à leurs attentes de liberté, d'indépendance et de discipline. Qu'en sera-t-il du nôtre ? À l'heure de la mondialisation, le salut peut résider dans la construction d'une nouvelle union économique maghrébine et, pourquoi pas, politique. Une perspective qui nous permettrait d'intégrer le cours du monde. Le Maghreb est notre maison commune. Il a été notre berceau, il est notre avenir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers