Extension Factory Builder
06/06/2012 à 09:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Karim Younès est l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN) algérienne.

L'Algérie négocie cette année une étape dans la géographie de son avenir, une étape que les géographes appellent précisément la ligne de partage des eaux. Elle vit la célébration d'un demi-siècle d'indépendance. Une situation historique, propice à une immersion dans notre passé lointain et contemporain, pour célébrer nos réalisations, analyser le plus objectivement possible nos échecs en les assumant pleinement, en en tirant les enseignements pour un meilleur éclairage de notre avenir.

Le devoir d'inventaire, me semble-t-il, s'impose. Quel bilan de nos actions passées et actuelles léguerons-nous à nos descendants ? Quel rôle géopolitique peut tenir notre Algérie quand on sait que les initiatives internationales prises par les pays qui comptent le sont au nom de la crédibilité acquise par leurs institutions respectives auprès de leurs peuples ? Pouvons-nous ignorer le passé colonial et la nécessité d'en modifier les perspectives ?

Une lecture-bilan des principales étapes du développement économique de l'Algérie d'après l'indépendance éclaire les diverses péripéties et les inaccomplissements de l'histoire algérienne, faite de grandeurs, de ruptures, parfois de durs et inacceptables reniements. Mais comment évaluer de manière objective cinquante ans de réalisations, d'espoirs déçus et d'échecs flagrants - parfois avec de bonnes intentions, parfois pour la défense d'intérêts étroits ? Les réponses qu'appellent ces questionnements contemporains ne peuvent venir que d'une confrontation d'analyses, d'un débat nourri d'autres expériences.

L'Algérie, ce qu'elle est devenue, n'est pas le fruit du hasard. Les Algériens ne sont pas un peuple qui s'éveille au monde et à la civilisation. Chaque mètre carré de notre sol, chaque pierre de nos montagnes, chaque grain de sable porte en lui les traces d'une société de bâtisseurs, de héros.

Écrire, fouiller les entrailles de notre terre pour découvrir les parcelles de notre identité est un devoir politique.

Écrire, fouiller les entrailles de notre terre pour découvrir les parcelles de notre identité est un devoir politique. Mais l'avons-nous suffisamment fait ? Nous connaître et, donc, nous construire, c'est là notre défi. Les excuses avancées par la France peuvent-elles compenser une once des souffrances endurées ? Se contenter de ces excuses, c'est permettre la construction de remparts qui bloqueront à jamais nos revendications mémorielles. Mieux vaut cultiver la mémoire par la célébration et le recueillement.

Ce qui importe pour notre pays, c'est que pas un seul détail de son histoire coloniale ne soit occulté. C'est de vulgariser et de transmettre non seulement à chaque Algérienne et à chaque Algérien, mais aussi à travers le monde, ce qu'ont été les crimes contre l'humanité de la France coloniale. C'est fort de sa mémoire retrouvée et désormais rigoureusement cultivée que notre pays saura nouer des relations rationnelles avec l'État français.

Les changements de position sur le grand échiquier qu'est devenu l'espace géopolitique mondialisé donnent lieu à des offensives impitoyables, dont font les frais les pays les plus vulnérables. Il en faut peu pour affaiblir un État. Il suffit que l'ego surdimensionné de ses dirigeants, leur cupidité, leur égoïsme, gouvernent leur quête du pouvoir, pour que se déclenche, parfois à leur insu, le compte à rebours de l'implosion, de la décadence et de la soumission aux nations plus fortes.

Face à ce qu'il convient d'appeler une bourrasque à la fois géopolitique et géoéconomique, il apparaît clairement que seuls survivront les pays qui ont su miser sur leurs peuples, qui ont su bâtir une structure institutionnelle qui réponde à leurs attentes de liberté, d'indépendance et de discipline. Qu'en sera-t-il du nôtre ? À l'heure de la mondialisation, le salut peut résider dans la construction d'une nouvelle union économique maghrébine et, pourquoi pas, politique. Une perspective qui nous permettrait d'intégrer le cours du monde. Le Maghreb est notre maison commune. Il a été notre berceau, il est notre avenir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex