Extension Factory Builder
04/06/2012 à 11:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des expulsés congolais à la frontière avec la RDC en novembre 2011. Des expulsés congolais à la frontière avec la RDC en novembre 2011. © gwenn Dubourthoumieu/AFP

Expulsions massives, violences sexuelles... Human Rights Watch s'inquiète de la brutalité des méthodes utilisées par l'Angola contre les immigrés clandestins congolais.

C'est devenu une habitude. Chaque année, des milliers de Congolais en situation irrégulière sont arrêtés par les autorités angolaises et renvoyés manu militari dans leur pays. Selon Human Rights Watch (HRW), on a recensé « 55 590 expulsions, avec des pics confirmés en mai et en octobre 2011 », pour la seule période allant du 29 mars au 31 décembre 2011. Dans un rapport publié le 21 mai, l'organisation de défense des droits de l'homme a également répertorié 3 770 cas de violences sexuelles : viols, viols collectifs, contraintes sexuelles, fouilles corporelles vaginales et anales sans utilisation de gants et autres humiliations sexuelles... Ces faits ont touché en grande majorité des femmes (2 526 cas), mais aussi des filles (316) et des hommes (928). À cela s'ajoutent 12 647 cas de violences physiques (torture, passages à tabac, emprisonnement dans des conditions dégradantes et privation de nourriture), 13 626 cas de détention prolongée et 12 647 cas de vol... Les conclusions sont accablantes.

"Invasion silencieuse"

Les expulsions massives d'étrangers, originaires pour l'essentiel du Congo-Kinshasa, ont commencé en 2003. Pour Luanda, ces actions musclées sont menées dans le cadre de « la protection de la sécurité nationale » contre ce qui est considéré comme une « invasion silencieuse ». Les mauvais traitements commencent au moment des rafles, généralement dans les zones situées non loin des frontières communes, et se poursuivent durant l'acheminement vers les lieux de détention, puis pendant la détention et lors de l'expulsion.

La question des migrants est devenue très sensible entre la RDC et l'Angola. Pendant longtemps, Kinshasa s'est contenté d'adopter un profil bas. Jusqu'à ce que, sous la pression de son opinion, le gouvernement décide de réagir vigoureusement : c'était en septembre et octobre 2009. Au cours de cette période, quelque 40 000 Angolais vivant sur son territoire avaient dû regagner leur pays. HRW souligne que Luanda n'a jamais mené d'enquête sérieuse pour se rendre compte des violations des droits de l'homme auxquelles se livrent les différents services de sécurité. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Angola

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Isabel dos Santos offre 1,2 milliard d'euros pour Portugal Telecom

 Isabel dos Santos a lancé une offre publique d'achat (OPA) de 1,2 milliards d'euros sur le holding Portugal Telecom SGPS, qui détient 25,6 % de l'opérateur de télécommunications[...]

Pour la première fois, un câble sous-marin va relier l'Afrique et l'Amérique du Sud

 La société Angola Cables a confié au japonais NEC Corporation la construction d'un câble sous-marin reliant le pays d'Afrique australe au Brésil. Premier câble de[...]

Panique sur la planète pétrole

Alors que les cours de l'or noir piquent du nez, certains analystes craignent que la croissance du continent perde le rythme. Mais l'Afrique a d'autres cordes à son arc.[...]

Carlos Lopes : "Les matières premières ne sont plus le principal moteur de la croissance africaine"

Selon le Bissau-Guinéen, le continent devrait résister à la baisse des cours. Notamment en définissant de nouvelles stratégies à court et moyen terme.[...]

ONU : l'Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

Cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations ont été élus jeudi. Parmi eux, un pays africain, l'Angola, accompagné de la Nouvelle-Zélande, du Venezuela,[...]

L'Angola, le créneau de Renault

Sur ce marché aussi florissant que concurrentiel, le constructeur français est déterminé à s'imposer. Reportage dans une concession de Luanda, où la marque au losange connaît[...]

L'Angola peut-il aller au-delà de l'or noir ?

En une décennie seulement, le pays s'est relevé de trente années de guerre fratricide. Grâce au pétrole, il a atteint la plus forte croissance au monde et attire à nouveau les[...]

L'Afrique, base de repli de Total ?

En difficulté au Kazakhstan, le pétrolier français a revu à la baisse ses objectifs. Mais il réaffirme que le continent, qui représente près du tiers de sa production, reste[...]

Centrafrique : Samba-Panza conteste le détournement d'une partie du don de l'Angola

Sous pression après les révélations de "Jeune Afrique" sur sa gestion opaque du don de 10 millions de dollars accordé par l'Angola, Catherine Samba-Panza s'est voulue rassurante. "Nous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers