Extension Factory Builder
04/06/2012 à 11:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des expulsés congolais à la frontière avec la RDC en novembre 2011. Des expulsés congolais à la frontière avec la RDC en novembre 2011. © gwenn Dubourthoumieu/AFP

Expulsions massives, violences sexuelles... Human Rights Watch s'inquiète de la brutalité des méthodes utilisées par l'Angola contre les immigrés clandestins congolais.

C'est devenu une habitude. Chaque année, des milliers de Congolais en situation irrégulière sont arrêtés par les autorités angolaises et renvoyés manu militari dans leur pays. Selon Human Rights Watch (HRW), on a recensé « 55 590 expulsions, avec des pics confirmés en mai et en octobre 2011 », pour la seule période allant du 29 mars au 31 décembre 2011. Dans un rapport publié le 21 mai, l'organisation de défense des droits de l'homme a également répertorié 3 770 cas de violences sexuelles : viols, viols collectifs, contraintes sexuelles, fouilles corporelles vaginales et anales sans utilisation de gants et autres humiliations sexuelles... Ces faits ont touché en grande majorité des femmes (2 526 cas), mais aussi des filles (316) et des hommes (928). À cela s'ajoutent 12 647 cas de violences physiques (torture, passages à tabac, emprisonnement dans des conditions dégradantes et privation de nourriture), 13 626 cas de détention prolongée et 12 647 cas de vol... Les conclusions sont accablantes.

"Invasion silencieuse"

Les expulsions massives d'étrangers, originaires pour l'essentiel du Congo-Kinshasa, ont commencé en 2003. Pour Luanda, ces actions musclées sont menées dans le cadre de « la protection de la sécurité nationale » contre ce qui est considéré comme une « invasion silencieuse ». Les mauvais traitements commencent au moment des rafles, généralement dans les zones situées non loin des frontières communes, et se poursuivent durant l'acheminement vers les lieux de détention, puis pendant la détention et lors de l'expulsion.

La question des migrants est devenue très sensible entre la RDC et l'Angola. Pendant longtemps, Kinshasa s'est contenté d'adopter un profil bas. Jusqu'à ce que, sous la pression de son opinion, le gouvernement décide de réagir vigoureusement : c'était en septembre et octobre 2009. Au cours de cette période, quelque 40 000 Angolais vivant sur son territoire avaient dû regagner leur pays. HRW souligne que Luanda n'a jamais mené d'enquête sérieuse pour se rendre compte des violations des droits de l'homme auxquelles se livrent les différents services de sécurité. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Santé : enfin de bonnes nouvelles !

Article pr�c�dent :
Didier Drogba : une légende ivoirienne

Réagir à cet article

Angola

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Angola : un baiser entre hommes qui ne passe pas

Deux hommes en train de s'embrasser en "prime time" dans une série téléviée ? La polémique née de ce baiser a fait des vagues en Angola.[...]

Angola : Luanda serre les dents

"Certaines dépenses publiques seront réduites, notamment les subventions aux prix des carburants. Des projets seront reportés, et le contrôle des dépenses de l'État comme la[...]

Angola : le président dos Santos en visite en RDC pour signer des accords de coopération

Le président angolais José Eduardo dos Santos va rencontrer lundi à Kinshasa son homologue congolais Joseph Kabila pour signer des accords de coopération, notamment dans le domaine des transports,[...]

Angola : Isabel dos Santos, femme d'affaires et "fille de"

Lancée en novembre, son offre publique d'achat de 1,2 milliard d'euros sur le holding Portugal Telecom n'a pas abouti. Mais peu importe : cette initiative continue de forger le mythe. Deux ans seulement se sont[...]

Angola : Titica, chanteuse et icône des transgenres

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Football : tous les records de l'histoire de la CAN en un coup d'oeil

À l'occasion de la 30e édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2015), qui se déroule du 17 janvier au 8 février en Guinée équatoriale, "Jeune Afrique" vous propose de[...]

Jean-Pierre Versini-Campinchi : l'héritier

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Isabel dos Santos retire son offre de rachat de Portugal Telecom

La femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos a retiré son offre de rachat de Portugal Telecom SGPS. La proposition, d'une valeur de 1,2 milliard d'euros, avait été jugé trop basse par[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2681p041.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2681p041.xml0 from 172.16.0.100