Extension Factory Builder
30/05/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lydia Nsekera n'a jamais été très éloignée d'un sport qu'elle n'a pourtant jamais pratiqué. Lydia Nsekera n'a jamais été très éloignée d'un sport qu'elle n'a pourtant jamais pratiqué. © AFP

La Burundaise Lydia Nsekera est la première femme à siéger au comité exécutif de la Fifa, l'instance suprême du football mondial.

Mieux vaut tard que jamais. Il aura fallu patienter jusqu'en 2012 pour qu'une femme intègre le comité exécutif de la Fédération internationale de football association (Fifa), fondée en... 1904. L'événement, historique, s'est produit lors du 62e congrès de l'organisation, les 24 et 25 mai à Budapest (Hongrie). L'organisme dirigé par le Suisse Sepp Blatter a entériné la nomination de Lydia Nsekera, 45 ans, présidente de la Fédération de football du Burundi (FFB). Cooptée en amont de l'ouverture du grand raout de l'instance suprême du football mondial, cette femme énergique, réputée pour sa forte personnalité, siégera pour un an au comité exécutif.

Équipes féminines

Fille d'un ancien président d'un club burundais, Lydia Nsekera n'a jamais été très éloignée d'un sport qu'elle n'a pourtant jamais pratiqué, le football ayant longtemps été considéré en Afrique (et ailleurs) comme une affaire exclusivement masculine. Elle a assouvi sa passion par procuration et contribué largement à changer les choses en créant des équipes féminines à Bujumbura, la capitale de cette ancienne colonie belge. À la fin des années 1990, la Fifa, pour encourager le développement du football au Burundi, se tourne naturellement vers Lydia Nsekera. En sa qualité de vice-présidente de la Commission nationale du football féminin, celle-ci lance alors un championnat dévolu aux femmes.

En 2001, son volontarisme lui permet d'accéder à la présidence de la Commission des compétitions de la FFB, avant d'être élue en 2004 à la tête de la fédération lors d'élections anticipées imposées par la Fifa. Lydia Nsekera a bénéficié des accords de paix d'Arusha de 2000, qui imposent un quota de 30 % de femmes aux postes de direction. Au comité exécutif de la Fifa, la Burundaise sera essentiellement chargée du développement du football féminin. Un domaine qu'elle semble plutôt bien maîtriser... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burundi

Burundi : l'opposition exige la 'démission immédiate' de la commission électorale

Burundi : l'opposition exige la "démission immédiate" de la commission électorale

Les 18 partis d'opposition du Burundi ont unanimement exigé mardi la "démission immédiate" de la Commission électorale indépendante (Céni). Ils l'accusent de fraude massive dans [...]

Processus électoral au Burundi : l'Église et l'Uprona dénoncent des irrégularités

Le principal parti d'opposition au Burundi, l'Union pour le progrès national (Uprona), s'est dit lundi "renforcé" par la prise de position des évêques catholiques du pays, qui ont[...]

Burundi : la Commission Vérité et Réconciliation voit enfin le jour

Douze ans après la date prévue par l’accord de paix d’Arusha de 2000, on connaît enfin les noms des onze membres de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), chargée[...]

Burundi : le gouvernement reconnaît des "irrégularités" dans l'enregistrement des électeurs

À l'issue d'une réunion avec les gouverneurs de province, Edouard Nduwimana, le ministre burundais de l'Intérieur, a reconnu que le processus d'enregistrement des électeurs en cours était[...]

Pierre Buyoya : "Comme beaucoup, j'ai été surpris par la manière de faire de François Hollande"

Le candidat burundais malheureux au poste de secrétaire général de l'OIF félicite sa rivale, la Canadienne Michaëlle Jean, pour sa nomination. Et regrette la division de l'Afrique ainsi que des[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de[...]

Burundi : Mbonimpa, Rufyikiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

OIF - Pierre Buyoya : "Je me considère comme un réformateur"

À deux reprises, il a pris le pouvoir par les armes. Mais l'ex-président burundais Pierre Buyoya est convaincu que cela ne l'empêchera pas d'obtenir le poste de secrétaire général[...]

Burundi : le président Pierre Nkurunziza accusé de vouloir détruire l'opposition

À moins d'un an des élections générales, la situation politique inquiète la communauté internationale. L'opposition accuse, elle, le président Pierre Nkurunziza d'œuvrer[...]

Burundi : Pierre Claver Mbonimpa... outragé, brisé, libéré

Détenu pour atteinte à la sûreté de l'État, le grand défenseur burundais des droits humains Pierre Claver Mbonimpa a, le 29 septembre, quitté la prison centrale de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers