Extension Factory Builder
23/05/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. © Reuters

Ami des écrivains Gabriel García Márquez et Mario Vargas Llosa, Carlos Fuentes, humaniste inaltéré, continuera de vivre à travers la poésie de ses nombreux romans.

Homme-roman, homme-monde. Contrairement à ce que bien des journaux ont affirmé, Carlos Fuentes n'est pas mort le 15 mai à l'hôpital Ángeles de Pedregal, à Mexico. D'ailleurs, qui peut prouver que cet hôpital existe ? Qui sait si l'auteur de Terra Nostra avait bien 83 ans ? Il n'est pas mort, comme ne mourront pas ses vieux comparses, le Colombien Gabriel García Márquez et le Péruvien Mario Vargas Llosa. Tout simplement parce que le réel ne peut pas rattraper ceux qui ont défié le temps et mis à bas les comptes à rebours assassins.

1928-2012 : une vie ne s'enferme pas entre deux dates, elle s'enracine dans l'avant et se ramifie vers l'après. Panamá-Mexique : une vie ne s'atrophie pas entre murs ou frontières, elle s'enrichit de l'ailleurs et nourrit l'autre. Carlos Fuentes restera l'arpenteur cosmopolite qui, s'il a ses ports d'attache à Londres, Paris et Mexico, court la planète depuis son enfance de fils de diplomate trimballé entre l'Équateur, l'Uruguay, le Brésil, les États-Unis, l'Argentine... Qu'il ait fait de brillantes études au collège français puis à l'Université nationale autonome de Mexico et à l'Institut des hautes études de Genève (Suisse), qu'il ait travaillé pour le ministère mexicain des Affaires étrangères et occupé le poste d'ambassadeur en France de 1975 à 1977, ce ne sont que les étapes administratives d'un voyage bien plus ample. L'élan de Carlos Fuentes l'a porté de Jours de carnaval (1954) à Federico en su balcón, le texte qu'il vient de remettre à son éditeur.

Les prix littéraires ne prouvent rien (prix Romulo Gallegos, prix Cervantès). Élégance toute britannique, moustache tout hispanique, Carlos Fuentes n'écrit pas, il est écriture. Depuis ses 20 ans et jusqu'à ses 83 ans ? Peut-être l'était-il avant même de naître, comme le suggère l'extraordinaire Christophe et son oeuf (1987) qui raconte l'amour d'Ángel et d'Ángeles vu depuis l'utérus de cette dernière par leur fils Christophe, appelé à naître le 12 octobre 1992, cinq cents ans après qu'un autre Christophe (Colomb) a pour la première fois posé le pied sur le sol américain. Et, aujourd'hui encore, Carlos Fuentes continue d'écrire, puisque sa langue débridée mélangeant allègrement les cultures, l'Histoire, les mythes offre sans cesse de scintillantes découvertes. Père et enfant de ses foisonnants romans, Carlos Fuentes entretient sa passion pour la sublime Jean Seberg à travers Diane ou la chasseresse solitaire (1996), il critique les dérives de la révolution mexicaine à travers La Mort d'Artemio Cruz (1962), il prolonge son engagement à gauche avec Contre Bush (2004) et, comme chaque année, à Pâques, il relit encore et encore ce qui forme la matrice de son oeuvre polymorphe : le Don Quichotte de Cervantès. Jeune homme émerveillé, père éprouvé par la mort de deux enfants partis trop tôt, érudit partageur et engagé, il répète : « Une culture se forge et se renforce au gré de ses contacts avec les autres cultures. Il ne faut jamais avoir peur de ce qui vient de l'extérieur. »

Ne pleurons pas, Carlos Fuentes n'est pas mort, il est encore dans le ventre d'Ángeles et susurre : « Je mélangerai avec irrévérence les langages / j'interrogerai, je parlerai de toi, j'imaginerai, je ne conclurai que pour ouvrir une nouvelle page / j'interpellerai et répondrai sans cesse / j'offrirai au monde et aux gens une autre image d'eux-mêmes / je me transformerai tout en restant le même : CHRISTOPHE DANS SON OEUF. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces