Extension Factory Builder
23/05/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. © Reuters

Ami des écrivains Gabriel García Márquez et Mario Vargas Llosa, Carlos Fuentes, humaniste inaltéré, continuera de vivre à travers la poésie de ses nombreux romans.

Homme-roman, homme-monde. Contrairement à ce que bien des journaux ont affirmé, Carlos Fuentes n'est pas mort le 15 mai à l'hôpital Ángeles de Pedregal, à Mexico. D'ailleurs, qui peut prouver que cet hôpital existe ? Qui sait si l'auteur de Terra Nostra avait bien 83 ans ? Il n'est pas mort, comme ne mourront pas ses vieux comparses, le Colombien Gabriel García Márquez et le Péruvien Mario Vargas Llosa. Tout simplement parce que le réel ne peut pas rattraper ceux qui ont défié le temps et mis à bas les comptes à rebours assassins.

1928-2012 : une vie ne s'enferme pas entre deux dates, elle s'enracine dans l'avant et se ramifie vers l'après. Panamá-Mexique : une vie ne s'atrophie pas entre murs ou frontières, elle s'enrichit de l'ailleurs et nourrit l'autre. Carlos Fuentes restera l'arpenteur cosmopolite qui, s'il a ses ports d'attache à Londres, Paris et Mexico, court la planète depuis son enfance de fils de diplomate trimballé entre l'Équateur, l'Uruguay, le Brésil, les États-Unis, l'Argentine... Qu'il ait fait de brillantes études au collège français puis à l'Université nationale autonome de Mexico et à l'Institut des hautes études de Genève (Suisse), qu'il ait travaillé pour le ministère mexicain des Affaires étrangères et occupé le poste d'ambassadeur en France de 1975 à 1977, ce ne sont que les étapes administratives d'un voyage bien plus ample. L'élan de Carlos Fuentes l'a porté de Jours de carnaval (1954) à Federico en su balcón, le texte qu'il vient de remettre à son éditeur.

Les prix littéraires ne prouvent rien (prix Romulo Gallegos, prix Cervantès). Élégance toute britannique, moustache tout hispanique, Carlos Fuentes n'écrit pas, il est écriture. Depuis ses 20 ans et jusqu'à ses 83 ans ? Peut-être l'était-il avant même de naître, comme le suggère l'extraordinaire Christophe et son oeuf (1987) qui raconte l'amour d'Ángel et d'Ángeles vu depuis l'utérus de cette dernière par leur fils Christophe, appelé à naître le 12 octobre 1992, cinq cents ans après qu'un autre Christophe (Colomb) a pour la première fois posé le pied sur le sol américain. Et, aujourd'hui encore, Carlos Fuentes continue d'écrire, puisque sa langue débridée mélangeant allègrement les cultures, l'Histoire, les mythes offre sans cesse de scintillantes découvertes. Père et enfant de ses foisonnants romans, Carlos Fuentes entretient sa passion pour la sublime Jean Seberg à travers Diane ou la chasseresse solitaire (1996), il critique les dérives de la révolution mexicaine à travers La Mort d'Artemio Cruz (1962), il prolonge son engagement à gauche avec Contre Bush (2004) et, comme chaque année, à Pâques, il relit encore et encore ce qui forme la matrice de son oeuvre polymorphe : le Don Quichotte de Cervantès. Jeune homme émerveillé, père éprouvé par la mort de deux enfants partis trop tôt, érudit partageur et engagé, il répète : « Une culture se forge et se renforce au gré de ses contacts avec les autres cultures. Il ne faut jamais avoir peur de ce qui vient de l'extérieur. »

Ne pleurons pas, Carlos Fuentes n'est pas mort, il est encore dans le ventre d'Ángeles et susurre : « Je mélangerai avec irrévérence les langages / j'interrogerai, je parlerai de toi, j'imaginerai, je ne conclurai que pour ouvrir une nouvelle page / j'interpellerai et répondrai sans cesse / j'offrirai au monde et aux gens une autre image d'eux-mêmes / je me transformerai tout en restant le même : CHRISTOPHE DANS SON OEUF. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Sur le chemin des armes en Centrafrique

Sur le chemin des armes en Centrafrique

L'ONG Conflict Armament Research a enquêté sur l'arsenal des groupes rebelles. À en croire son rapport, la Séléka, notamment, aurait bénéficié de l'aide directe du[...]

"Time is now" : Youssou Ndour et J. Martins chantent pour le changement en Afrique

Annoncé depuis plusieurs mois, le titre Times is now de Youssou Ndour et J. Martins a été mis en ligne lundi. Visionné sur Youtube par plus de 30 000 personnes en seulement quatre jours, il appelle &agr[...]

CAN 2015 : Mali - Guinée, pourquoi le tirage au sort de la CAF ne passe pas

L'image de la Confédération africaine de football est sortie écornée du tirage au sort organisé jeudi pour départager la Guinée et le Mali. Le procédé a souri au Syli[...]

Guinée : Conakry fête la qualification du Syli national

Alors que le pays est frappé depuis plus d'un an par une épidémie d'Ebola meurtrière, la qualification du Syli national en quart de finale de la CAN 2015, jeudi, a apporté un peu de baume au coeu[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit d[...]

À Bamako, Lassana Bathily, le héros franco-malien de l'Hypercasher, se dit fier de sa double culture

Le jeune Franco-Malien Lassana Bathily, naturalisé français en urgence après avoir sauvé lors des attentats de Paris des otages du terroriste Amedy Coulibaly, lui-même français d'origine ma[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes", [...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces t[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2680p115.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2680p115.xml0 from 172.16.0.100