Extension Factory Builder
23/05/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. Carlos Fuentes est mort à l'âge de 83 ans. © Reuters

Ami des écrivains Gabriel García Márquez et Mario Vargas Llosa, Carlos Fuentes, humaniste inaltéré, continuera de vivre à travers la poésie de ses nombreux romans.

Homme-roman, homme-monde. Contrairement à ce que bien des journaux ont affirmé, Carlos Fuentes n'est pas mort le 15 mai à l'hôpital Ángeles de Pedregal, à Mexico. D'ailleurs, qui peut prouver que cet hôpital existe ? Qui sait si l'auteur de Terra Nostra avait bien 83 ans ? Il n'est pas mort, comme ne mourront pas ses vieux comparses, le Colombien Gabriel García Márquez et le Péruvien Mario Vargas Llosa. Tout simplement parce que le réel ne peut pas rattraper ceux qui ont défié le temps et mis à bas les comptes à rebours assassins.

1928-2012 : une vie ne s'enferme pas entre deux dates, elle s'enracine dans l'avant et se ramifie vers l'après. Panamá-Mexique : une vie ne s'atrophie pas entre murs ou frontières, elle s'enrichit de l'ailleurs et nourrit l'autre. Carlos Fuentes restera l'arpenteur cosmopolite qui, s'il a ses ports d'attache à Londres, Paris et Mexico, court la planète depuis son enfance de fils de diplomate trimballé entre l'Équateur, l'Uruguay, le Brésil, les États-Unis, l'Argentine... Qu'il ait fait de brillantes études au collège français puis à l'Université nationale autonome de Mexico et à l'Institut des hautes études de Genève (Suisse), qu'il ait travaillé pour le ministère mexicain des Affaires étrangères et occupé le poste d'ambassadeur en France de 1975 à 1977, ce ne sont que les étapes administratives d'un voyage bien plus ample. L'élan de Carlos Fuentes l'a porté de Jours de carnaval (1954) à Federico en su balcón, le texte qu'il vient de remettre à son éditeur.

Les prix littéraires ne prouvent rien (prix Romulo Gallegos, prix Cervantès). Élégance toute britannique, moustache tout hispanique, Carlos Fuentes n'écrit pas, il est écriture. Depuis ses 20 ans et jusqu'à ses 83 ans ? Peut-être l'était-il avant même de naître, comme le suggère l'extraordinaire Christophe et son oeuf (1987) qui raconte l'amour d'Ángel et d'Ángeles vu depuis l'utérus de cette dernière par leur fils Christophe, appelé à naître le 12 octobre 1992, cinq cents ans après qu'un autre Christophe (Colomb) a pour la première fois posé le pied sur le sol américain. Et, aujourd'hui encore, Carlos Fuentes continue d'écrire, puisque sa langue débridée mélangeant allègrement les cultures, l'Histoire, les mythes offre sans cesse de scintillantes découvertes. Père et enfant de ses foisonnants romans, Carlos Fuentes entretient sa passion pour la sublime Jean Seberg à travers Diane ou la chasseresse solitaire (1996), il critique les dérives de la révolution mexicaine à travers La Mort d'Artemio Cruz (1962), il prolonge son engagement à gauche avec Contre Bush (2004) et, comme chaque année, à Pâques, il relit encore et encore ce qui forme la matrice de son oeuvre polymorphe : le Don Quichotte de Cervantès. Jeune homme émerveillé, père éprouvé par la mort de deux enfants partis trop tôt, érudit partageur et engagé, il répète : « Une culture se forge et se renforce au gré de ses contacts avec les autres cultures. Il ne faut jamais avoir peur de ce qui vient de l'extérieur. »

Ne pleurons pas, Carlos Fuentes n'est pas mort, il est encore dans le ventre d'Ángeles et susurre : « Je mélangerai avec irrévérence les langages / j'interrogerai, je parlerai de toi, j'imaginerai, je ne conclurai que pour ouvrir une nouvelle page / j'interpellerai et répondrai sans cesse / j'offrirai au monde et aux gens une autre image d'eux-mêmes / je me transformerai tout en restant le même : CHRISTOPHE DANS SON OEUF. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : 'Je crains pour ma vie'

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : "Je crains pour ma vie"

Les tensions politiques au Burkina Faso se traduisent par une insécurité de plus en plus grande pour les journalistes. Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef du bimensuel[...]

L'Afrique, nouveau terrain de jeu des drones ?

Livraison de colis, aide humanitaire, antennes relais... Les drones semblent bons à tout faire et l'Afrique pourrait bien devenir le terrain de jeu idéal pour expérimenter de nouvelles applications.[...]

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo Ondimba, duel de phrases assassines

À deux ans de l'élection présidentielle, la guerre des mots est déclarée entre le président gabonais Ali Bongo Ondimba et celui qui se voit déjà comme son principal adversa[...]

Centrafrique : Mahamat Kamoun a formé son gouvernement

Quelques heures après le discours à la nation de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, au cours duquel elle a confirmé Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre, celui-[...]

Gaza : le Hamas exécute dix-huit "collaborateurs" d'Israël

Dix-huit hommes accusés d’avoir "collaboré" avec Israël ont été exécutés vendredi dans la bande de Gaza selon la télévision du Hamas.[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le g[...]

"Je vais vous tuer" : quand un policier pointe son fusil d'assaut sur des manifestants à Ferguson

Après le meurtre de Michael Brown le 9 août dernier, la ville de Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, s'est transformée en poudrière. Des manifestants en colère. Une police à cran,[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par l'épidém[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la [...]

Congo Brazzaville : ça va bétonner à tout-va

Limitée jusqu'alors par la faible capacité de la société nationale, la production de ciment va être décuplée avec l'arrivée de trois nouveaux opérateurs.[...]

Ferguson : la vidéo accablante du meurtre d'un jeune noir de 25 ans par la police

La police de Saint-Louis a rendu publique une vidéo du meurtre d'un jeune noir par deux policiers, mardi dernier. Armé d'un couteau, celui-ci a été abattu d'une dizaine de balles. Un drame qui pose une [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers