Extension Factory Builder
29/05/2012 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Oracle Vaudou dans l'une des échoppes d'Akodessewa. Oracle Vaudou dans l'une des échoppes d'Akodessewa. © François Guenet/Fedephoto.com

Os de toucan, vertèbres de rhino ou peaux de serpents... On trouve de tout au marché aux fétiches de Lomé. À condition de bien vouloir y mettre le prix.

Ici, on promet tout, mais on ne garantit rien. Bienvenue dans le marché aux fétiches de Lomé, la capitale togolaise, parfois appelé aussi le marché aux crânes. Installé depuis les années 1990 dans le quartier d'Akodessewa, on y trouve, pêle-mêle, des crânes d'animaux, des cornes, des peaux, des organes... Bref, tout ce qui peut servir à la réalisation de rites vaudous.

Il faut emprunter le boulevard de la Marina, où slaloment des zémidjans (motos-taxis) et d'où on aperçoit au loin les vagues du golfe de Guinée. Au détour d'une rue, un parfum mystérieux accueille le visiteur - un parfum où se mêlent la poussière, l'odeur âcre des ossements d'animaux et des restes d'herbes inconnues. Au milieu du marché, fait de hangars et de tôles rouillées, une vaste cour sablonneuse où les rabatteurs guettent l'arrivée du visiteur. Dans la matinée, ce sont des touristes européens qui ont acheté des statuettes et des caméléons vivants. « La visite, c'est 5 000 F CFA [7,60 euros, NDLR] », nous explique-t-on. Gnininvi, notre rabatteur, nous guide entre des crânes de toucan et une colonne vertébrale de caïman, contourne un cubitus d'éléphant et une omoplate de sanglier, évite le cadavre séché d'une hyène étendu à même le sol et frôle des peaux de python et de crocodile, des plumes d'aigle et de pélican... On trouve de tout à Akodessewa, jusqu'aux poupées vaudoues piquées de pointes et aux remèdes à base de plantes censés guérir du sida.

Sorcier

Adeola, un homme d'affaires nigérian, est l'un des clients du jour. Il vient de Lagos et cherche des ossements que lui a commandés un sorcier qui compte les utiliser pour fabriquer un grigri devant lui apporter chance et succès. Le vendeur, un vieux prêtre vaudou au regard malicieux, lui trouve la « marchandise », mais l'ami qui accompagne ce jour-là l'homme d'affaires nigérian doute de l'authenticité des ossements. Suspicion justifiée. Au marché aux fétiches, il n'est pas rare que l'on fasse passer une vertèbre de sanglier pour une vertèbre de rhinocéros. Tout comme on souffle qu'il est possible de se procurer, dans le plus grand secret et à condition d'y mettre le prix, des os humains - même si c'est officiellement illégal. Adeola, lui, n'ira pas jusque-là. Aujourd'hui, il aura déboursé la coquette somme de 350 000 F CFA, mais ce n'est pas cher payé : certains ossements sont vendus jusqu'à 1,5 million de F CFA.

Le businessman quitte le marché l'air soulagé. Rien ne garantit que le cocktail que son sorcier va lui préparer le rendra prospère. Mais à l'instar de ceux qui viennent à Akodessewa afin de s'acheter des philtres d'amour, des statuettes vaudoues ou des ossements pour fabriquer des grigris qui protègent contre les mauvais sorts ou les accidents de la route, il y croit dur comme fer. Interrogé sur la fiabilité de ses remèdes, le vieux vendeur avec lequel il a fait affaire a une réponse simple, qui marche à tous les coups : « Si les esprits le veulent, il n'y a aucune raison que cela ne marche pas. » Croie donc qui voudra ! 

________

Par André Silver Konan, envoyé spécial

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2680p039.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2680p039.xml0 from 172.16.0.100