Extension Factory Builder
28/05/2012 à 19:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II © Baudoin Mouanda pour J.A

La nation pahouine est une construction symbolique et non un projet politique, selon ce politologue camerounais.

Qu'est-ce qu'être fang aujourd'hui ?

Le mythe de « la marche des enfants d'Afiri Kara » situe les origines fangs en Haute-Égypte. Cette légende a été inventée pour lier des groupes plus hétérogènes qu'ils ne le disent. Dans la matrice dite fang-betie, des groupes ont des origines anthropologiques diverses, mais se sont retrouvés à partir d'un même répertoire culturel. On retrouve des éléments strictement fangs, des éléments assimilés aux Fangs et des non-Fangs qui ont été acculturés. Les Betis du Cameroun, au sens strict, ne sont pas des Fangs. Moins nombreux, ils ont été « pahouinisés » et se sont fondus dans la communauté, au point d'en perdre leur langue. La langue ewondo [telle qu'elle est parlée à Yaoundé, NDLR], aujourd'hui, est une variante du fang et non pas de la langue betie, qui, elle, a disparu.

Quel est le rapport entre identité fang et revendications politiques ?

Dans les années 1990, la perspective d'une grande nation transethnique fang a resurgi dans un contexte où les luttes politiques comportaient aussi un élément identitaire. Il est vrai que les identifications géoethniques et anthropoethniques fangs existaient, surtout dans des pays où ces communautés étaient proches du pouvoir. Ainsi, entre les années 1960 et 1970, avec la présidence de Léon Mba au Gabon, puis de Macias Nguema en Guinée équatoriale, on a évoqué l'idée d'une hégémonie des Fangs. Au Cameroun, cette idée n'était pas absente, mais elle a pris un poids considérable avec l'accession de Paul Biya au pouvoir en 1982. Elle s'est particulièrement cristallisée dans les années 1990.

Faut-il prendre au sérieux l'idée d'un État fang ?

La fameuse nation pahouine est une construction symbolique, puisque le registre politique de ces différentes communautés n'a jamais été celui de la centralisation. Elles sont marquées par une forte organisation segmentée et décentralisée. Ce ne sont pas des sociétés sans chef, mais elles ont des patriarches dotés d'une autorité décentralisée. Il pourrait y avoir des conjonctures qui les amèneraient à se fédérer autour d'une espèce d'épouvantail sous-régional. Mais cela ne peut survenir que dans des conditions particulièrement traumatiques.

Ce n'est donc pas un ensemble homogène...

Il y a une variation identitaire selon les pays. Elle montre que nous avons affaire à une construction extrêmement complexe qui recèle cependant des points de partage entre les groupes. En Guinée équatoriale, il existe une tension entre les Fangs ntoumous et les Fangs okaks. Aujourd'hui, la communauté fang-betie partage la langue mais ne partage pas forcément les références généalogiques, malgré l'invention de mémoires unificatrices comme le mythe d'Afiri Kara. En réalité, les origines sont disparates.

_______

Propos recueillis par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : "Virunga", au-dessous du volcan

Un long-métrage diffusé sur Netflix et nommé aux oscars revient sur les comportements douteux d'une firme pétrolière dans le parc naturel des Virunga, en RD Congo.[...]

Le sort du corps de l'ex-roi burundais Mwambutsa IV entre les mains de la justice suisse

Plus de deux ans après son exhumation, la dépouille de l’ex-roi du Burundi, Mwambutsa IV, sera-t-elle ou non rapatriée au Burundi ? La question déchire la famille du monarque, qui a[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Congo-Brazzaville : enquête sur l'étrange contrat d'un négociant pétrolier suisse

 Dans un rapport détaillé, l'ONG suisse la Déclaration de Berne dénonce les conditions, jugées anormalement avantageuses, d'un contrat attribué par l'entreprise publique congolaise[...]

Mohamed El Kettani : « Les scandales financiers concernent les banques internationales, pas les banques africaines »

Aux antipodes des affaires d’évasion fiscale, Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank, première banque du Maroc et leader en Afrique subsaharienne francophone, défend la finance comme[...]

Daniel Ona Ondo : "L'économie du Gabon est assez solide pour résister au choc pétrolier"

Nouveau mode de gestion, réduction des dépenses dans certains secteurs, diversification des modalités de financement des chantiers... Le Premier ministre explique les choix de l'exécutif. Et[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2680p026-033.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2680p026-033.xml1 from 172.16.0.100