Extension Factory Builder
28/05/2012 à 19:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II © Baudoin Mouanda pour J.A

La nation pahouine est une construction symbolique et non un projet politique, selon ce politologue camerounais.

Qu'est-ce qu'être fang aujourd'hui ?

Le mythe de « la marche des enfants d'Afiri Kara » situe les origines fangs en Haute-Égypte. Cette légende a été inventée pour lier des groupes plus hétérogènes qu'ils ne le disent. Dans la matrice dite fang-betie, des groupes ont des origines anthropologiques diverses, mais se sont retrouvés à partir d'un même répertoire culturel. On retrouve des éléments strictement fangs, des éléments assimilés aux Fangs et des non-Fangs qui ont été acculturés. Les Betis du Cameroun, au sens strict, ne sont pas des Fangs. Moins nombreux, ils ont été « pahouinisés » et se sont fondus dans la communauté, au point d'en perdre leur langue. La langue ewondo [telle qu'elle est parlée à Yaoundé, NDLR], aujourd'hui, est une variante du fang et non pas de la langue betie, qui, elle, a disparu.

Quel est le rapport entre identité fang et revendications politiques ?

Dans les années 1990, la perspective d'une grande nation transethnique fang a resurgi dans un contexte où les luttes politiques comportaient aussi un élément identitaire. Il est vrai que les identifications géoethniques et anthropoethniques fangs existaient, surtout dans des pays où ces communautés étaient proches du pouvoir. Ainsi, entre les années 1960 et 1970, avec la présidence de Léon Mba au Gabon, puis de Macias Nguema en Guinée équatoriale, on a évoqué l'idée d'une hégémonie des Fangs. Au Cameroun, cette idée n'était pas absente, mais elle a pris un poids considérable avec l'accession de Paul Biya au pouvoir en 1982. Elle s'est particulièrement cristallisée dans les années 1990.

Faut-il prendre au sérieux l'idée d'un État fang ?

La fameuse nation pahouine est une construction symbolique, puisque le registre politique de ces différentes communautés n'a jamais été celui de la centralisation. Elles sont marquées par une forte organisation segmentée et décentralisée. Ce ne sont pas des sociétés sans chef, mais elles ont des patriarches dotés d'une autorité décentralisée. Il pourrait y avoir des conjonctures qui les amèneraient à se fédérer autour d'une espèce d'épouvantail sous-régional. Mais cela ne peut survenir que dans des conditions particulièrement traumatiques.

Ce n'est donc pas un ensemble homogène...

Il y a une variation identitaire selon les pays. Elle montre que nous avons affaire à une construction extrêmement complexe qui recèle cependant des points de partage entre les groupes. En Guinée équatoriale, il existe une tension entre les Fangs ntoumous et les Fangs okaks. Aujourd'hui, la communauté fang-betie partage la langue mais ne partage pas forcément les références généalogiques, malgré l'invention de mémoires unificatrices comme le mythe d'Afiri Kara. En réalité, les origines sont disparates.

_______

Propos recueillis par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois [...]

Pour redorer son blason, Dan Gertler s'adjoint les services d'un aristocrate britannique

Pour se refaire une respectabilité, le controversé Dan Gertler, qui a fait fortune dans les mines congolaises, a fait appel à Lord Mancroft, membre de la Chambre des lords et dirigeant d'une[...]

Cinq opérateurs présélectionnés pour le port polyvalent de Kribi

La liste des cinq entreprises pré-qualifiées pour l'exploitation et la maintenance des installations et équipements du futur terminal polyvalent de Kribi est désormais connue. Parmi[...]

Inga 3 : la Banque mondiale donne 73,1 millions de dollars

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 20 mars un don de 73,1 millions de dollars en faveur de la RD Congo. Les fonds serviront à l'assistance technique pour le[...]

Cameroun : tour de chauffe au Gicam

André Fotso tentera le 26 mars d'allonger le mandat du conseil exécutif du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam). L'occasion pour les partisans et les adversaires du patron des patrons de se compter avant[...]

Gabon : accord de 2,3 milliards de dollars avec le Maroc pour la production d'engrais

Le Gabon et le Maroc ont conclu deux accords de partenariat pour la production d’engrais phosphatés. Ce projet prévoit la construction de deux complexes industriels dans les deux pays pour un investissement de[...]

Société générale coincée en Guinée équatoriale

Société générale ne parvient pas à se défaire de sa filiale équato-guinéenne qu'il cherche à revendre depuis 2010. Le candidat le plus sérieux, Bank of Africa,[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza réclame un "soutien massif" de la communauté internationale

La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a affirmé lundi à Kinshasa que la stabilisation de son pays ne pourrait se faire dans les délais prévus[...]

Les actionnaires de Viettel Cameroun trouvent un compromis

Un compromis a été trouvé entre Bestinver Cameroon et le vietnamien Viettel, les actionnaires principaux de Viettel Cameroun. BestCam conserve ses parts du capital (30%) et l'opérateur[...]

Gicam : le jeu trouble d'André Fotso

La démission de Marème Malong du conseil exécutif du Groupement interpatronal du Cameroun relance la controverse sur les ambitions d'André Fotso, le patron du Gicam.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers