Extension Factory Builder
23/05/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brazzaville ravagé par l'explosion d'un dépôt d'armes, le 4 mars. Brazzaville ravagé par l'explosion d'un dépôt d'armes, le 4 mars. © Guy Gervais Kitina/AFP

Deux mois après le drame qui a endeuillé la capitale congolaise, vingt-trois personnes ont été déférées devant la justice. Ce qui semble conforter la thèse de l'origine criminelle de la catastrophe.

L'explosion d'un dépôt d'armes dans le quartier brazzavillois de Mpila, qui a fait 282 morts, plus de 2 300 blessés et de 14 000 sans-abri le 4 mars, a plongé la capitale dans la tragédie. Et soulevé beaucoup de questions : s'agissait-il d'un acte criminel ou d'un simple accident causé par un court-circuit - selon la thèse officielle qui a prévalu au moment des faits ? Au lendemain du drame, le président congolais Denis Sassou-Nguesso a mis sur pied une commission d'enquête composée de neuf membres et dirigée par le colonel Philippe Obara, numéro un de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Au bout de deux mois d'investigations, cette commission a interpellé vingt-trois personnes - « des officiers et assimilés » et un civil. Placés en garde à vue plusieurs jours durant au siège de la DGST, les suspects ont été transférés à la maison d'arrêt de Brazzaville, après que leur dossier eut été transmis au ministère de la Justice. Le 7 mai, ils ont été déférés devant le tribunal de grande instance de Brazzaville. Onze chefs d'inculpation - dont celui, inquiétant, d'atteinte à la sûreté de l'État, qui implique que l'explosion pourrait être d'origine criminelle - leur ont été signifiés par le doyen des juges, qui a ouvert une information judiciaire.

Le colonel Marcel Ntsourou, principal suspect

L'affaire prend une dimension particulière quand on sait que le principal suspect n'est autre que le colonel Marcel Ntsourou, numéro deux du Conseil national de sécurité, que dirige Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial du chef de l'État. Proche de Sassou-Nguesso, qu'il a soutenu pendant la guerre civile de 1997, cet officier aurait, selon certaines sources, pris ses distances avec le pouvoir, envers lequel « il ne cessait de tenir un discours très critique ». On le présente comme un aigri, qui remâchait sa déception de n'avoir jamais été promu général. Le 3 mars, lors d'une réception à son domicile, Ntsourou aurait annoncé à ses hôtes que « la peur [allait] bientôt changer de camp ». Un stock d'armes aurait été trouvé chez lui.

En attendant de savoir si les accusations portées contre le colonel Ntsourou et les autres suspects sont fondées, la thèse d'une tentative de putsch, évoquée dès les premières heures de la catastrophe, semble désormais privilégiée par les autorités au détriment de celle de l'accident.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Crise centrafricaine : Denis Sassou Nguesso fait marche-arrière et désavoue l'accord signé à Nairobi

Crise centrafricaine : Denis Sassou Nguesso fait marche-arrière et désavoue l'accord signé à Nairobi

Le président congolais rejette les conclusions des négociations qu'il avait lui-même initiées au Kenya. Il en a officiellement informé le président Kenyatta dans un courrier dont "J[...]

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui[...]

CAN 2015 : derby explosif RDC-Congo en quarts de finale

La RDC, qui s'est qualifié en décrochant un nul face à la Tunisie lundi (1-1), retrouvera son frère rival, le Congo, en quarts de finale de la CAN 2015. Un derby qui s'annonce électrique. Mais[...]

CAN 2015 : "C'est un exploit pour la nation", disent les Congolais

L'émotion était très forte dans le vestiaire congolais dimanche après la victoire face au Burkina Faso (2-1), synonyme de qualification pour les quarts de finale de la CAN. Une première depuis[...]

C'est la CAN des surprises, le Congo et la Guinée équatoriale en quarts !

Le Congo, tombeur du Burkina Faso (2-1), et la Guinée équatoriale, vainqueur du Gabon (2-0), sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale de la CAN 2015 dans le groupe A. Les Diables rouges terminent[...]

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

CAN 2015 : Le Congo, quel exploit !

Le Congo, vainqueur du Gabon (1-0) dans le groupe A, s'est offert son premier succès en phase finale de la CAN depuis 1974 ! Pour en arriver là, les hommes de Claude Leroy, qui s'impose de plus en plus comme un[...]

CAN 2015 : Emilio Nsue, le héros de la Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a été tenue en échec lors du match d'ouverture de la CAN 2015 face au Congo (1-1), samedi à Bata. Le pays organisateur doit son salut à son attaquant Emilio[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2680p022.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2680p022.xml0 from 172.16.0.100