Extension Factory Builder
23/05/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brazzaville ravagé par l'explosion d'un dépôt d'armes, le 4 mars. Brazzaville ravagé par l'explosion d'un dépôt d'armes, le 4 mars. © Guy Gervais Kitina/AFP

Deux mois après le drame qui a endeuillé la capitale congolaise, vingt-trois personnes ont été déférées devant la justice. Ce qui semble conforter la thèse de l'origine criminelle de la catastrophe.

L'explosion d'un dépôt d'armes dans le quartier brazzavillois de Mpila, qui a fait 282 morts, plus de 2 300 blessés et de 14 000 sans-abri le 4 mars, a plongé la capitale dans la tragédie. Et soulevé beaucoup de questions : s'agissait-il d'un acte criminel ou d'un simple accident causé par un court-circuit - selon la thèse officielle qui a prévalu au moment des faits ? Au lendemain du drame, le président congolais Denis Sassou-Nguesso a mis sur pied une commission d'enquête composée de neuf membres et dirigée par le colonel Philippe Obara, numéro un de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Au bout de deux mois d'investigations, cette commission a interpellé vingt-trois personnes - « des officiers et assimilés » et un civil. Placés en garde à vue plusieurs jours durant au siège de la DGST, les suspects ont été transférés à la maison d'arrêt de Brazzaville, après que leur dossier eut été transmis au ministère de la Justice. Le 7 mai, ils ont été déférés devant le tribunal de grande instance de Brazzaville. Onze chefs d'inculpation - dont celui, inquiétant, d'atteinte à la sûreté de l'État, qui implique que l'explosion pourrait être d'origine criminelle - leur ont été signifiés par le doyen des juges, qui a ouvert une information judiciaire.

Le colonel Marcel Ntsourou, principal suspect

L'affaire prend une dimension particulière quand on sait que le principal suspect n'est autre que le colonel Marcel Ntsourou, numéro deux du Conseil national de sécurité, que dirige Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial du chef de l'État. Proche de Sassou-Nguesso, qu'il a soutenu pendant la guerre civile de 1997, cet officier aurait, selon certaines sources, pris ses distances avec le pouvoir, envers lequel « il ne cessait de tenir un discours très critique ». On le présente comme un aigri, qui remâchait sa déception de n'avoir jamais été promu général. Le 3 mars, lors d'une réception à son domicile, Ntsourou aurait annoncé à ses hôtes que « la peur [allait] bientôt changer de camp ». Un stock d'armes aurait été trouvé chez lui.

En attendant de savoir si les accusations portées contre le colonel Ntsourou et les autres suspects sont fondées, la thèse d'une tentative de putsch, évoquée dès les premières heures de la catastrophe, semble désormais privilégiée par les autorités au détriment de celle de l'accident.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo-Brazzaville : enquête sur l'étrange contrat d'un négociant pétrolier suisse

Congo-Brazzaville : enquête sur l'étrange contrat d'un négociant pétrolier suisse

 Dans un rapport détaillé, l'ONG suisse la Déclaration de Berne dénonce les conditions, jugées anormalement avantageuses, d'un contrat attribué par l'entreprise publique congolaise Co[...]

Sénégal - Ghana au Havre... et autres matchs amicaux en France

Un match amical de prestige opposera les Lions de la Teranga du Sénégal aux Black Stars du Ghana, le 28 mars au stade Océane du Havre. D'autres sélections africaines ont également prévu[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Congo : la fausse une de J.A. qui affole le web

Une fausse une de "Jeune Afrique" circule depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Une manipulation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Lutte contre Boko Haram : Sassou et Obiang en mission en Afrique de l'Ouest

Après le Ghana et le Nigeria mardi, les présidents congolais et équato-guinéen, Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, se sont rendus au Tchad mercredi. But de ces trois visites de[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

TV 

Le Congolais Vérone Mankou est l'invité du magazine Réussite

Retrouvez le sommaire et la bande-annonce de l'émission Réussite, diffusée sur Canal + Ouest et Centre le 20 février. Une émission qui vous emmène du Tchad au Nigeria.[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Classement 2015 de RSF : Congo et Libye en baisse, Côte d'Ivoire et Tunisie en hausse

La liberté de la presse a connu une “régression brutale” en 2014 selon Reporters sans frontières (RSF) qui a publié jeudi son classement annuel 2015. La zone "Afrique du Nord -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2680p022.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2680p022.xml0 from 172.16.0.100