Extension Factory Builder
18/05/2012 à 14:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre de RDC Augustin Matata Ponyo, le 19 avril 2012 à Kinshasa. Le Premier ministre de RDC Augustin Matata Ponyo, le 19 avril 2012 à Kinshasa. © AFP

Après cinq mois perdus en querelles électorales, le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo veut mettre le nouveau gouvernement au travail. Et ce ne sont pas les chantiers qui manquent...

Sans surprise, l'Assemblée nationale congolaise a approuvé, le 9 mai, le programme d'action présenté par Augustin Matata Ponyo, le Premier ministre nommé le 18 avril. Un feu vert au nouveau gouvernement, qui se met au travail cinq mois après les élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011. Contrairement à la précédente, la nouvelle équipe ne compte pratiquement aucun chef de parti. Matata Ponyo, soutenu par Joseph Kabila, a voulu, confie une source, « que ses ministres soient pour l'essentiel des jeunes, sans passé politique lourd ». Il a tenu également à garder sous sa responsabilité directe le portefeuille des Finances, confié à un ministre délégué. 

La feuille de route du Premier ministre se fixe pour objectifs : la bonne gouvernance, gage d'une meilleure efficacité de l'État ; le développement des infrastructures de base, qui font défaut et freinent le décollage du pays ; la redynamisation des principaux secteurs de production ; enfin, l'amélioration des conditions de vie des Congolais, alors que 80 % des personnes en âge de travailler sont sans emploi et que 71 % de la population vit avec moins de 1 dollar par jour.

Corruption et impunité

Pour attirer les investisseurs, le gouvernement devra remplir certains préalables, comme l'assainissement du climat des affaires (la RDC occupe la 178e place sur 183 dans le dernier classement Doing Business de la Banque mondiale) et l'amélioration de la production énergétique. Il devra aussi lutter sans merci contre la corruption et l'impunité.

Matata Ponyo va-t-il, peut-il, gouverner autrement ? Le 3 mai, il a présidé une réunion à laquelle tous ses ministres étaient conviés. Horaire du rendez-vous : 8 heures du matin. Selon un témoin, les retardataires n'ont pas été autorisés à entrer.

Autre exemple, la transparence dans la gestion. Elle a conduit à la mise sur pied d'une commission comprenant notamment des représentants du gouvernement et de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Les responsables de cette dernière, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle a échoué à organiser correctement les dernières élections, devront justifier l'usage des fonds qui lui ont été attribués. Enfin, selon l'un de ses proches, Matata n'hésitera pas à sévir au moindre manquement de ses collaborateurs, qui ont l'obligation de déclarer leur patrimoine avant d'entrer en fonction. Chacun d'entre eux a reçu une feuille de route et un calendrier précis. Et devra régulièrement rendre des comptes. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers