Extension Factory Builder
10/05/2012 à 17:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un récent sondage place Obama et Romney à égalité parfaite des intentions de vote. Un récent sondage place Obama et Romney à égalité parfaite des intentions de vote. © Charles Dharapak/AP/Sipa

Désormais assuré de son investiture à six mois de la présidentielle, Mitt Romney, l'adversaire républicain de Barack Obama, talonne ce dernier dans les sondages et apparaît à une majorité d'électeurs comme le mieux placé pour redresser l'économie.

« Êtes-vous en meilleure situation qu'il y a quatre ans ? » Cette question, le candidat Ronald Reagan l'avait posée aux Américains lors de la campagne pour la présidentielle de 1980. Elle l'opposait au démocrate Jimmy Carter, alors président des États-Unis. Incapable d'offrir une réponse satisfaisante aux électeurs malgré une relative popularité, ce dernier avait finalement dû céder sa place à l'ancien acteur, dont le cheval de bataille fut l'économie. Barack Obama se trouve dans une position semblable à six mois d'un scrutin qui pourrait être plus compliqué que prévu, tant il peine à rassurer les Américains sur leur avenir. « Vous pourriez bien être le président d'un seul mandat », lui aurait même confié Steve Jobs lors d'un dîner, quelques semaines avant son décès. L'ancien patron d'Apple, première capitalisation boursière aux États-Unis, reprochait au président de ne pas expliquer suffisamment les raisons pour lesquelles il n'était pas en mesure de tenir les promesses faites en 2008. Ni de susciter le même enthousiasme.

Apparemment, nombre d'observateurs commencent à partager ce point de vue. Dans son talk-show sur MSNBC, le 29 avril, Melissa Harris-Perry a repris à son compte l'interrogation de Reagan et souligné les difficultés auxquelles le président sortant est confronté. C'était d'autant plus intéressant que ses invités étaient plutôt proches d'Obama. Et que tous ont reconnu sa faiblesse sur le plan économique, notamment dans le domaine de l'emploi.

Mauvaise augure : la croissance de l'économie a nettement ralenti au premier trimestre.

Au premier trimestre de l'année en cours, la croissance de l'économie (+ 2,2 %) a nettement ralenti par rapport au dernier trimestre de 2011 (+ 3 %), laissant entrevoir des perspectives guère enthousiasmantes pour les mois à venir, dans un contexte international difficile. Les Américains en sont conscients, comme le montre un sondage réalisé le 18 avril par le New York Times et CBS News. Au coude à coude avec chacun 46 % des intentions de vote, Obama et Romney, son plus que probable rival républicain, se différencient sur un point important aux yeux des sondés : leur capacité à améliorer l'économie. Or les personnes interrogées accordent sur ce point plus de crédit au républicain qu'au président démocrate.

Swing states

Ce dernier, qui entre officiellement en campagne ces jours-ci, se trouve donc dans une position peu enviable. À la différence de 2008, c'est exclusivement sur la situation économique intérieure que se jouera la victoire. L'attention se porte aujourd'hui sur les swing states, ces États où aucun des deux partis ne domine les débats et qui sont en mesure de faire ou de défaire un président. Au nombre de quatorze, parmi lesquels la Virginie et le Wisconsin, ils sont moins bien lotis que le reste du pays en matière de créations d'emplois. Au mois de mars dernier, 6 500 postes y ont été créés, contre 100 600 le mois précédent, ce qui est de nature à faire basculer les suffrages en faveur du candidat républicain.

Paradoxalement, le chômage endémique des jeunes pourrait favoriser Mitt Romney dans la course à la Maison Blanche.

© Michael Conroy/AP/Sipa

« Nous avons besoin d'un président qui ait un profil d'homme d'affaires, et celui de Romney est impressionnant. Il dispose d'un projet qui redonnera au pays sa puissance économique », expliquait un électeur indépendant du Minnesota, l'un des swing states, dans les colonnes du New York Times, le 18 avril.

Le charme est rompu

Obama doit aussi séduire les jeunes électeurs, qui avaient joué un rôle important lors de son élection en 2008. Avec 50 % des moins de 30 ans au chômage ou occupant un emploi sous-qualifié, le charme aura peut-être plus de mal à opérer. Une récente étude réalisée par l'Institute of Politics de l'université Harvard montre que seuls 20 % des jeunes âgés de 18 à 30 ans estiment que « le pays va dans la bonne direction ». L'enthousiasme de 2008 est retombé. Soixante-six pour cent des jeunes avaient voté pour Obama il y a quatre ans. Ils ne sont plus que 43 % à souhaiter sa réélection. Il n'est donc pas étonnant que le sortant multiplie les gestes en leur faveur. Fin avril, il s'est engagé à faire pression sur le Congrès, dominé par ses adversaires républicains, pour que les taux des prêts étudiants subventionnés ne doublent pas en juillet. Il a fait cette annonce dans le célèbre show Late Night with Jimmy Fallon à l'occasion d'un boeuf jazzy en duo avec l'animateur de l'émission.

Ce côté cool du président est évidemment de nature à séduire les jeunes. Mais il peut aussi se retourner contre lui. « Il y a quatre ans, accuse Romney, les Américains ont élu la plus importante personnalité mondiale ; et ils ont hérité d'un président cool. Mais, après quatre années de présidence cool, votre vie s'est-elle vraiment améliorée ? » Tel est le message délivré dans un clip vidéo dénonçant le penchant d'Obama à fréquenter les stars, comme l'a encore prouvé le dîner de l'Association des correspondants à la Maison Blanche, le 28 avril.

Voilà une autre question à laquelle va devoir répondre Barack Obama d'ici au 6 novembre, faute de quoi il risque de devoir céder sa place. Mais n'exagérons rien. « Sa position reste favorable, estime le politologue Peter Brown, de l'université Quinnipiac (Connecticut). Il est toujours en tête des intentions de vote, y compris dans les swing states. » Avant d'ajouter, prudemment : « Mais il reste six mois avant l'échéance. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Turquie : Erdogan et son ombre

Turquie : Erdogan et son ombre

Face à un président turc qui ne cesse d'accroître son pouvoir et d'étendre ses prérogatives, quel rôle pour Ahmet Davutoglu, son nouveau Premier ministre ?[...]

Niger : le Pentagone va ouvrir une deuxième base pour ses drones à Agadez

Après plusieurs mois de négociations, les autorités américaines et nigériennes ont trouvé un accord pour la création d'une base à Agadez d'où pourront désormais[...]

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex