Extension Factory Builder
10/05/2012 à 17:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un récent sondage place Obama et Romney à égalité parfaite des intentions de vote. Un récent sondage place Obama et Romney à égalité parfaite des intentions de vote. © Charles Dharapak/AP/Sipa

Désormais assuré de son investiture à six mois de la présidentielle, Mitt Romney, l'adversaire républicain de Barack Obama, talonne ce dernier dans les sondages et apparaît à une majorité d'électeurs comme le mieux placé pour redresser l'économie.

« Êtes-vous en meilleure situation qu'il y a quatre ans ? » Cette question, le candidat Ronald Reagan l'avait posée aux Américains lors de la campagne pour la présidentielle de 1980. Elle l'opposait au démocrate Jimmy Carter, alors président des États-Unis. Incapable d'offrir une réponse satisfaisante aux électeurs malgré une relative popularité, ce dernier avait finalement dû céder sa place à l'ancien acteur, dont le cheval de bataille fut l'économie. Barack Obama se trouve dans une position semblable à six mois d'un scrutin qui pourrait être plus compliqué que prévu, tant il peine à rassurer les Américains sur leur avenir. « Vous pourriez bien être le président d'un seul mandat », lui aurait même confié Steve Jobs lors d'un dîner, quelques semaines avant son décès. L'ancien patron d'Apple, première capitalisation boursière aux États-Unis, reprochait au président de ne pas expliquer suffisamment les raisons pour lesquelles il n'était pas en mesure de tenir les promesses faites en 2008. Ni de susciter le même enthousiasme.

Apparemment, nombre d'observateurs commencent à partager ce point de vue. Dans son talk-show sur MSNBC, le 29 avril, Melissa Harris-Perry a repris à son compte l'interrogation de Reagan et souligné les difficultés auxquelles le président sortant est confronté. C'était d'autant plus intéressant que ses invités étaient plutôt proches d'Obama. Et que tous ont reconnu sa faiblesse sur le plan économique, notamment dans le domaine de l'emploi.

Mauvaise augure : la croissance de l'économie a nettement ralenti au premier trimestre.

Au premier trimestre de l'année en cours, la croissance de l'économie (+ 2,2 %) a nettement ralenti par rapport au dernier trimestre de 2011 (+ 3 %), laissant entrevoir des perspectives guère enthousiasmantes pour les mois à venir, dans un contexte international difficile. Les Américains en sont conscients, comme le montre un sondage réalisé le 18 avril par le New York Times et CBS News. Au coude à coude avec chacun 46 % des intentions de vote, Obama et Romney, son plus que probable rival républicain, se différencient sur un point important aux yeux des sondés : leur capacité à améliorer l'économie. Or les personnes interrogées accordent sur ce point plus de crédit au républicain qu'au président démocrate.

Swing states

Ce dernier, qui entre officiellement en campagne ces jours-ci, se trouve donc dans une position peu enviable. À la différence de 2008, c'est exclusivement sur la situation économique intérieure que se jouera la victoire. L'attention se porte aujourd'hui sur les swing states, ces États où aucun des deux partis ne domine les débats et qui sont en mesure de faire ou de défaire un président. Au nombre de quatorze, parmi lesquels la Virginie et le Wisconsin, ils sont moins bien lotis que le reste du pays en matière de créations d'emplois. Au mois de mars dernier, 6 500 postes y ont été créés, contre 100 600 le mois précédent, ce qui est de nature à faire basculer les suffrages en faveur du candidat républicain.

Paradoxalement, le chômage endémique des jeunes pourrait favoriser Mitt Romney dans la course à la Maison Blanche.

© Michael Conroy/AP/Sipa

« Nous avons besoin d'un président qui ait un profil d'homme d'affaires, et celui de Romney est impressionnant. Il dispose d'un projet qui redonnera au pays sa puissance économique », expliquait un électeur indépendant du Minnesota, l'un des swing states, dans les colonnes du New York Times, le 18 avril.

Le charme est rompu

Obama doit aussi séduire les jeunes électeurs, qui avaient joué un rôle important lors de son élection en 2008. Avec 50 % des moins de 30 ans au chômage ou occupant un emploi sous-qualifié, le charme aura peut-être plus de mal à opérer. Une récente étude réalisée par l'Institute of Politics de l'université Harvard montre que seuls 20 % des jeunes âgés de 18 à 30 ans estiment que « le pays va dans la bonne direction ». L'enthousiasme de 2008 est retombé. Soixante-six pour cent des jeunes avaient voté pour Obama il y a quatre ans. Ils ne sont plus que 43 % à souhaiter sa réélection. Il n'est donc pas étonnant que le sortant multiplie les gestes en leur faveur. Fin avril, il s'est engagé à faire pression sur le Congrès, dominé par ses adversaires républicains, pour que les taux des prêts étudiants subventionnés ne doublent pas en juillet. Il a fait cette annonce dans le célèbre show Late Night with Jimmy Fallon à l'occasion d'un boeuf jazzy en duo avec l'animateur de l'émission.

Ce côté cool du président est évidemment de nature à séduire les jeunes. Mais il peut aussi se retourner contre lui. « Il y a quatre ans, accuse Romney, les Américains ont élu la plus importante personnalité mondiale ; et ils ont hérité d'un président cool. Mais, après quatre années de présidence cool, votre vie s'est-elle vraiment améliorée ? » Tel est le message délivré dans un clip vidéo dénonçant le penchant d'Obama à fréquenter les stars, comme l'a encore prouvé le dîner de l'Association des correspondants à la Maison Blanche, le 28 avril.

Voilà une autre question à laquelle va devoir répondre Barack Obama d'ici au 6 novembre, faute de quoi il risque de devoir céder sa place. Mais n'exagérons rien. « Sa position reste favorable, estime le politologue Peter Brown, de l'université Quinnipiac (Connecticut). Il est toujours en tête des intentions de vote, y compris dans les swing states. » Avant d'ajouter, prudemment : « Mais il reste six mois avant l'échéance. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces