Extension Factory Builder
16/05/2012 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nombre de soldats français stationnés à Ouagadougou est difficile à établir. Le nombre de soldats français stationnés à Ouagadougou est difficile à établir. © Yempabou Ahmed Ouoba pour J.A

Personne ne tient vraiment à parler d'eux, mais cela fait bientôt deux ans que les hommes du Commandement des opérations spéciales françaises ont posé leurs valises dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.

À Ouagadougou, ils n'existent pas. « On ne voit que leurs hélicoptères qui survolent la ville quand ils s'entraînent, note un journaliste. Ils ne sortent jamais en treillis. » Pour la plupart des Burkinabè, ce sont de simples étrangers - des touristes, pensent-ils, auxquels ils essaient de vendre des bijoux. Qui pourrait se douter que ces hommes en short et en tongs sont la fine fleur de l'armée française ?

Combien sont-ils, ces éléments d'élite qui stationnent au Burkina depuis bientôt deux ans ? Où dorment-ils (certains sont dans des hôtels, d'autres dans des camps) ? Où s'entraînent-ils ? Impossible de le savoir. À Paris comme à Ouaga, c'est silence radio. Côté français, on nie sans grande conviction, puis on botte en touche quand le sujet est mis sur la table. À Kosyam, le palais présidentiel, on explique, un peu gêné : « Ils sont bien là, mais ils veulent être discrets. Et ils ont raison. »

C'est à voir... Ici comme ailleurs, l'opacité est mère de toutes les spéculations. « Si le régime était menacé, comme il l'a été l'année dernière, ces troupes ont-elles pour mandat de lui venir en aide ? » s'interroge un opposant. Officiellement, la France ne compte que quelques militaires en détachement provisoire au Burkina, dans le cadre du soutien que Paris apporte à l'armée burkinabè depuis l'indépendance. En fait, ils sont beaucoup plus nombreux. Il y a là des instructeurs, des pilotes, des mécaniciens et des soldats d'élite, prêts à tout moment à aller au feu. Ce sont eux qui, le 8 janvier 2011, avaient tenté de libérer deux Français enlevés à Niamey. Appelés en urgence, ils avaient sauté dans trois hélicoptères et avaient intercepté le convoi des preneurs d'otages à la frontière entre le Niger et le Mali. L'opération fut un échec (les otages avaient été tués), mais la capacité d'intervention des Français n'est pas passée inaperçue. Il se dit que même les Américains ont été impressionnés...

"Ils transmettent leur savoir-faire à nos soldats"

« Ce sont de valeureux combattants, note un officier burkinabè, impressionné par leur sérieux. Ils transmettent leur savoir-faire à nos soldats. » Tous ont passé des tests pour intégrer le Commandement des opérations spéciales (COS), une structure hors norme qui rassemble l'ensemble des forces spéciales des différentes armées. Un vivier de plus de 3 000 hommes issus des régiments les plus réputés.

En vingt ans, les hommes du COS ont eu le temps de visiter l'Afrique. Ils ont vu les Comores, d'où ils ont chassé Bob Denard, la Somalie, Bangui, Abidjan... Récemment, ils ont « fait » la Libye. Aujourd'hui, ils sont en Afghanistan et au Burkina, dans le cadre de la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), mais dans la plus totale opacité. Leur arrivée à Ouaga remonte à l'automne 2010, quand la menace islamiste s'est précisée... et quand le nouvel ambassadeur français, Emmanuel Beth, est arrivé. Est-ce une coïncidence ? Ce général expérimenté récemment converti à la diplomatie n'est autre que le frère de Frédéric Beth, lui aussi un général, qui a commandé le COS jusqu'en août 2011 avant de rejoindre la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). En attendant, à Ouaga, peu d'indices permettent de deviner ce que font ces hommes qui, au milieu d'un déjeuner un beau jour de mai dans un hôtel du centre-ville, s'arrêtent soudainement de parler pour écouter la télé quand il est question du Mali. Un possible champ d'action ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers