Extension Factory Builder
16/05/2012 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nombre de soldats français stationnés à Ouagadougou est difficile à établir. Le nombre de soldats français stationnés à Ouagadougou est difficile à établir. © Yempabou Ahmed Ouoba pour J.A

Personne ne tient vraiment à parler d'eux, mais cela fait bientôt deux ans que les hommes du Commandement des opérations spéciales françaises ont posé leurs valises dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.

À Ouagadougou, ils n'existent pas. « On ne voit que leurs hélicoptères qui survolent la ville quand ils s'entraînent, note un journaliste. Ils ne sortent jamais en treillis. » Pour la plupart des Burkinabè, ce sont de simples étrangers - des touristes, pensent-ils, auxquels ils essaient de vendre des bijoux. Qui pourrait se douter que ces hommes en short et en tongs sont la fine fleur de l'armée française ?

Combien sont-ils, ces éléments d'élite qui stationnent au Burkina depuis bientôt deux ans ? Où dorment-ils (certains sont dans des hôtels, d'autres dans des camps) ? Où s'entraînent-ils ? Impossible de le savoir. À Paris comme à Ouaga, c'est silence radio. Côté français, on nie sans grande conviction, puis on botte en touche quand le sujet est mis sur la table. À Kosyam, le palais présidentiel, on explique, un peu gêné : « Ils sont bien là, mais ils veulent être discrets. Et ils ont raison. »

C'est à voir... Ici comme ailleurs, l'opacité est mère de toutes les spéculations. « Si le régime était menacé, comme il l'a été l'année dernière, ces troupes ont-elles pour mandat de lui venir en aide ? » s'interroge un opposant. Officiellement, la France ne compte que quelques militaires en détachement provisoire au Burkina, dans le cadre du soutien que Paris apporte à l'armée burkinabè depuis l'indépendance. En fait, ils sont beaucoup plus nombreux. Il y a là des instructeurs, des pilotes, des mécaniciens et des soldats d'élite, prêts à tout moment à aller au feu. Ce sont eux qui, le 8 janvier 2011, avaient tenté de libérer deux Français enlevés à Niamey. Appelés en urgence, ils avaient sauté dans trois hélicoptères et avaient intercepté le convoi des preneurs d'otages à la frontière entre le Niger et le Mali. L'opération fut un échec (les otages avaient été tués), mais la capacité d'intervention des Français n'est pas passée inaperçue. Il se dit que même les Américains ont été impressionnés...

"Ils transmettent leur savoir-faire à nos soldats"

« Ce sont de valeureux combattants, note un officier burkinabè, impressionné par leur sérieux. Ils transmettent leur savoir-faire à nos soldats. » Tous ont passé des tests pour intégrer le Commandement des opérations spéciales (COS), une structure hors norme qui rassemble l'ensemble des forces spéciales des différentes armées. Un vivier de plus de 3 000 hommes issus des régiments les plus réputés.

En vingt ans, les hommes du COS ont eu le temps de visiter l'Afrique. Ils ont vu les Comores, d'où ils ont chassé Bob Denard, la Somalie, Bangui, Abidjan... Récemment, ils ont « fait » la Libye. Aujourd'hui, ils sont en Afghanistan et au Burkina, dans le cadre de la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), mais dans la plus totale opacité. Leur arrivée à Ouaga remonte à l'automne 2010, quand la menace islamiste s'est précisée... et quand le nouvel ambassadeur français, Emmanuel Beth, est arrivé. Est-ce une coïncidence ? Ce général expérimenté récemment converti à la diplomatie n'est autre que le frère de Frédéric Beth, lui aussi un général, qui a commandé le COS jusqu'en août 2011 avant de rejoindre la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). En attendant, à Ouaga, peu d'indices permettent de deviner ce que font ces hommes qui, au milieu d'un déjeuner un beau jour de mai dans un hôtel du centre-ville, s'arrêtent soudainement de parler pour écouter la télé quand il est question du Mali. Un possible champ d'action ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Vol AH5017 : l'identification des victimes peut prendre 'des années'

Vol AH5017 : l'identification des victimes peut prendre "des années"

Une semaine après le crash de l'avion d'Air Algérie, le directeur de la police judiciaire algérienne a affirmé jeudi que l'identification de l'ensemble des victimes prendra "peut-être des a[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers