Extension Factory Builder
03/05/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 12 avril, jour du vote, la tension était vive entre les parlementaires. Le 12 avril, jour du vote, la tension était vive entre les parlementaires. © Junior D. Kannah/AFP

Le nouveau président de l'Assemblée congolaise, Aubin Minaku, a été élu lors d'un vote boycotté par l'opposition. Qui est bien décidée à lui rendre la tâche très difficile...

« La prochaine session parlementaire donnera le ton, elle indiquera si la crise avec le pouvoir s'aggravera ou si une décrispation peut être envisagée », expliquait Samy Badibanga, de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), début avril. La réponse est venue, le 12 du même mois, avec l'élection d'Aubin Minaku (46 ans) à la présidence de l'Assemblée nationale congolaise. Seul candidat en lice, l'ancien secrétaire général de la Majorité présidentielle (MP) et député dans le Bandundu (Ouest) depuis 2006 a obtenu 343 voix sur 349 votants, soit une confortable majorité.

Problème : l'opposition, qui revendique environ 120 députés, notamment emmenée par l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba et l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, n'a pas participé au vote après avoir bruyamment quitté l'hémicycle. La raison : ses candidats officiels pour les postes de deuxième vice-président et de rapporteur adjoint ont été retoqués par le camp présidentiel, en mesure de débaucher des opposants plus malléables. Signalons que manquent toujours à l'appel une bonne vingtaine de députés - sur les 500 sièges à pourvoir. Si on ajoute à cela le divorce consommé au sein même de l'UDPS entre un  « président élu », Étienne Tshisekedi, silencieux mais toujours ferme sur sa ligne de boycott des « institutions illégitimes », et les 33 députés qui, eux, ont décidé de siéger à l'Assemblée... nous avons une situation plus que confuse. Comme on pouvait le craindre, en raison d'élections « non crédibles », selon la mission d'observation électorale de l'Union européenne, toutes les institutions sont aujourd'hui fragilisées. Bon orateur et fin connaisseur du personnel politique, Aubin Minaku saura-t-il ramener un peu de sérénité ? Son passé aux côtés et au service d'Augustin Katumba Mwanke ne plaide pas en sa faveur. Mais le fait qu'il soit originaire du Bandundu et son intelligence tactique devraient permettre à ce jeune baron du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de renouer quelques fils du dialogue...

________

Par Philippe Perdrix et Aimée Nseya

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers