Extension Factory Builder
04/05/2012 à 18:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminata Tall a quitté le PDS de Wade en janvier 2011. Aminata Tall a quitté le PDS de Wade en janvier 2011. © D.R.

Aminata Tall, l'ex-pasionaria du Parti démocratique sénégalais a été nommée secrétaire générale de la présidence. Sa mission : traquer ses anciens camarades soupçonnés de détournement de biens publics.

Il paraît qu'Aminata Tall, 63 ans, ne veut pas entendre parler de revanche. « Elle n'est pas dans cet état d'esprit », assure un voisin de bureau. Disons alors qu'il s'agit d'un joli pied de nez. Ancienne pasionaria du Parti démocratique sénégalais (PDS, d'Abdoulaye Wade), elle a retrouvé le poste - secrétaire générale de la présidence - et le titre - ministre d'État - qui étaient les siens jusqu'en janvier 2011. Mieux : la voilà chargée par le nouveau président, Macky Sall, de traquer ses anciens amis, parmi lesquels les conseillers de Wade qui ont eu le mauvais goût de voler quelques meubles qu'ils pensaient plus à leur place dans leur villa que dans les locaux de la République.

Visiblement, sa nouvelle mission lui tient à coeur. Deux semaines après sa nomination, elle avait déjà cassé près de 150 contrats de travail signés à l'époque de Wade et jugés suspects. Elle avait également fait fermer la plupart des quelque 600 lignes téléphoniques ouvertes par l'équipe précédente, et lancé la police aux trousses de ceux qui avaient cru logique de garder la voiture de fonction que Wade leur avait octroyée. Aminata Tall est également chargée de récupérer des objets d'art et le matériel de production audiovisuelle que le couple Wade a emportés au moment de quitter le Palais. Cette dernière tâche ne doit pas lui déplaire. Car elle a un contentieux avec Wade, mais aussi avec sa femme, Viviane, qu'elle trouvait trop intrusive lorsqu'elle était aux affaires, et avec son fils, Karim, qui est à l'origine selon elle de la dérive de « Gorgui » (« le vieux », en wolof).

D'abord fidèle à Wade

Wade, elle l'a d'abord aimé. Alors enseignante, elle est l'une des premières à le rejoindre lorsqu'il crée son parti, en 1974. Et elle lui est restée fidèle même quand, dans l'opposition, il était au fond du trou. Pendant près de quinze ans, elle a dirigé le mouvement - très influent - des femmes du PDS. Après l'alternance, elle n'a jamais quitté le gouvernement. Successivement ministre de la Famille, du Développement social puis des Collectivités locales, elle avait fini par hériter du secrétariat général de la présidence en octobre 2009.

Mais celle que les Sénégalais surnomment la Dame de fer n'est pas du genre à se laisser faire. « Quand tout l'entourage du président lui disait : "Oui, c'est génial" ; moi je lui disais : "Non" », explique-t-elle. À force, Wade s'en est lassé... En janvier 2011, il lui propose le ministère de la Fonction publique - un placard -, quand elle espère la primature. Elle refuse puis, trois mois plus tard, claque la porte du PDS. Le 27 mars 2011, un an jour pour jour avant la proclamation de la victoire de Sall, elle annonce « la fin de [son] compagnonnage » avec Wade, un « trompeur » qui l'aurait « abusée ». Une lucidité quelque peu tardive, raillent ses détracteurs...

Les mois suivants, elle prépare sa candidature à la présidentielle, avant de finalement apporter son soutien à Macky Sall. Elle a été sa ministre quand il dirigeait le gouvernement. Tous deux sont sur la même longueur d'onde. D'ailleurs, son soutien n'est pas feint : dans le département de Diourbel, fief de Tall, « Macky » a fait le plein de voix au second tour (63,5 %). En faisant d'elle la patronne de l'administration d'un Palais qu'elle connaît jusque dans les moindres recoins, et en lui permettant de se refaire une virginité par la mise en lumière de la gabegie des années Wade, il le lui a bien rendu. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2676p014.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2676p014.xml0 from 172.16.0.100