Extension Factory Builder
01/05/2012 à 12:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancien de BGFI Bank, Serge Mickoto a été nommé à la tête du fonds en janvier 2011. Ancien de BGFI Bank, Serge Mickoto a été nommé à la tête du fonds en janvier 2011. © Vincent Fournier/J.A.

Directeur général du Fonds gabonais d'investissements stratégiques, Serge Mickoto pilote la diversification de l'économie nationale. Le FGIS doit rapporter plus de 500 milliards de F CFA à l'État d'ici à cinq ans.

L'homme est didactique et aime la précision. Il tient d'emblée à clarifier la distinction entre le Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS), qu'il dirige, et le Fonds souverain de la République gabonaise (FSRG), autrefois dénommé Fonds souverain pour les générations futures. « Le premier, établissement public à caractère industriel et commercial, a la double charge de gérer les participations de l'État et d'être le gestionnaire exclusif des ressources du second », explique-t-il.

Autrement dit, la mission de Serge Mickoto à la tête du FGIS est de rentabiliser via des placements stratégiques les ressources que l'État gabonais verse annuellement au FSRG et qui proviennent notamment des recettes pétrolières (environ 10 %). Autant dire que cet ancien directeur financier de BGFI Bank, premier groupe bancaire d'Afrique centrale, est l'une des personnes clés de la stratégie de diversification de l'économie gabonaise initiée par le président Ali Bongo Ondimba (ABO).

L'expérience équato-guinéenne

Présenté par certains de ses anciens collaborateurs comme un habile négociateur et un bon gestionnaire, Serge Mickoto, 47 ans, s'est illustré au sein de BGFI Bank comme le redresseur de la filiale équato-­guinéenne du groupe. En 2006, soit quatre ans après son ouverture, BGFI Guinée équatoriale peine à décoller. Mickoto y est alors affecté. Il y ouvre de nouvelles agences, y déploie la monétique - une première dans le pays - et, surtout, parvient à arracher à la concurrence quelques gros clients comme Bouygues Construction.

En 2010, lorsque cet expert-comptable de formation est rappelé au Gabon, la filiale équato-guinéenne est devenue l'une des plus rentables du groupe bancaire dirigé par Henri-Claude Oyima. À peine Serge Mickoto a-t-il rejoint le siège du groupe, à Libreville, qu'ABO lui confie la direction du FGIS, dont la création est annoncée en 2011.

Il s'agit pour le Gabon de développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés du pétrole. La production de brut du pays est en effet en baisse depuis quelques années, passant de 370 000 barils par jour au milieu des années 1990 à environ 250 000 actuellement. De plus, l'exploration en mer profonde n'a pour l'heure donné aucun résultat concret.

Un défi pour le Gabon

Sur le papier, le projet du FGIS est bien ficelé. Mais l'idée n'est pas nouvelle. Le Fonds souverain pour les générations futures, qui existait déjà, n'a jamais été vraiment opérationnel... Le Gabon fera-t-il mieux cette fois-ci ? Serge Mickoto se veut rassurant. Il estime même qu'au terme des cinq prochaines années le FGIS devrait générer, à travers ses différents placements, environ 500 milliards de F CFA (762 millions d'euros). Le seuil à partir duquel, selon les règles établies, il pourra reverser 75 % de ces revenus au budget de l'État.

Pour atteindre cet objectif, le FGIS multiplie, souvent discrètement, les investissements. « Nous investissons aussi bien au Gabon qu'à l'étranger, dans des entreprises naissantes ou établies, dans les infrastructures, les mines, la gestion portuaire... Bref, dans les secteurs clés identifiés par la politique d'émergence du président. L'objectif est de diversifier le portefeuille et de lisser l'épargne intergénérationnelle », indique Serge Mickoto. Au total, le FGIS détient des participations dans une cinquantaine d'entreprises. Il est ainsi le principal actionnaire du projet d'hôtellerie de luxe que développe l'État avec le singapourien Aman Resorts, pour un investissement d'au moins 70 millions de dollars (52,5 millions d'euros) sur cinq ans. À travers cette démarche, le Gabon entend se positionner sur le créneau de l'écotourisme et attirer quelque 100 000 visiteurs par an à l'horizon 2020. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : Pierre Péan, le scandale de trop

Gabon : Pierre Péan, le scandale de trop

Filiation douteuse, diplômes truqués, malversations, instigation d'assassinats... Dans son dernier livre, Pierre péan fait d'Ali Bongo Ondimba le diable en personne. Mais l'outrance est parfois mauvaise[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Gabon : une manifestation de l'opposition dispersée à coups de gaz lacrymogène

Un cortège de l'opposition gabonaise qui voulait se rendre au palais de justice de Libreville a été dispersé par les forces de l'ordre. Une délégation a néanmoins été[...]

Gabon : le virus Ebola au microscope

Spécialisé dans les maladies virales, le Centre international de recherches médicales de Franceville joue un rôle central dans le dépistage d'Ebola.[...]

France : l'Aston Martin plaquée or d'Omar Bongo vendue 43 500 euros aux enchères

Lors d'une vente auxs enchères à Lyon (France), dimanche, l'ancienne Aston Martin d'Omar Bongo Ondimba, ex-chef d'État du Gabon, a été vendue 43 500 euros.[...]

Le Gabon peut-il renouer avec les compagnies pétrolières ?

Pour augmenter sa production, Libreville a relancé l'attribution de permis offshore. Mais chez les opérateurs, on s'inquiète de la volonté de l'État de récupérer une plus[...]

Polémique : le Gabon porte plainte contre Pierre Péan pour diffamation

Suite à la publication du dernier ouvrage de Pierre Péan, dans lequel le journaliste s'en prend à la famille Bongo, Libreville contre-attaque.[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces