Extension Factory Builder
01/05/2012 à 12:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancien de BGFI Bank, Serge Mickoto a été nommé à la tête du fonds en janvier 2011. Ancien de BGFI Bank, Serge Mickoto a été nommé à la tête du fonds en janvier 2011. © Vincent Fournier/J.A.

Directeur général du Fonds gabonais d'investissements stratégiques, Serge Mickoto pilote la diversification de l'économie nationale. Le FGIS doit rapporter plus de 500 milliards de F CFA à l'État d'ici à cinq ans.

L'homme est didactique et aime la précision. Il tient d'emblée à clarifier la distinction entre le Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS), qu'il dirige, et le Fonds souverain de la République gabonaise (FSRG), autrefois dénommé Fonds souverain pour les générations futures. « Le premier, établissement public à caractère industriel et commercial, a la double charge de gérer les participations de l'État et d'être le gestionnaire exclusif des ressources du second », explique-t-il.

Autrement dit, la mission de Serge Mickoto à la tête du FGIS est de rentabiliser via des placements stratégiques les ressources que l'État gabonais verse annuellement au FSRG et qui proviennent notamment des recettes pétrolières (environ 10 %). Autant dire que cet ancien directeur financier de BGFI Bank, premier groupe bancaire d'Afrique centrale, est l'une des personnes clés de la stratégie de diversification de l'économie gabonaise initiée par le président Ali Bongo Ondimba (ABO).

L'expérience équato-guinéenne

Présenté par certains de ses anciens collaborateurs comme un habile négociateur et un bon gestionnaire, Serge Mickoto, 47 ans, s'est illustré au sein de BGFI Bank comme le redresseur de la filiale équato-­guinéenne du groupe. En 2006, soit quatre ans après son ouverture, BGFI Guinée équatoriale peine à décoller. Mickoto y est alors affecté. Il y ouvre de nouvelles agences, y déploie la monétique - une première dans le pays - et, surtout, parvient à arracher à la concurrence quelques gros clients comme Bouygues Construction.

En 2010, lorsque cet expert-comptable de formation est rappelé au Gabon, la filiale équato-guinéenne est devenue l'une des plus rentables du groupe bancaire dirigé par Henri-Claude Oyima. À peine Serge Mickoto a-t-il rejoint le siège du groupe, à Libreville, qu'ABO lui confie la direction du FGIS, dont la création est annoncée en 2011.

Il s'agit pour le Gabon de développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés du pétrole. La production de brut du pays est en effet en baisse depuis quelques années, passant de 370 000 barils par jour au milieu des années 1990 à environ 250 000 actuellement. De plus, l'exploration en mer profonde n'a pour l'heure donné aucun résultat concret.

Un défi pour le Gabon

Sur le papier, le projet du FGIS est bien ficelé. Mais l'idée n'est pas nouvelle. Le Fonds souverain pour les générations futures, qui existait déjà, n'a jamais été vraiment opérationnel... Le Gabon fera-t-il mieux cette fois-ci ? Serge Mickoto se veut rassurant. Il estime même qu'au terme des cinq prochaines années le FGIS devrait générer, à travers ses différents placements, environ 500 milliards de F CFA (762 millions d'euros). Le seuil à partir duquel, selon les règles établies, il pourra reverser 75 % de ces revenus au budget de l'État.

Pour atteindre cet objectif, le FGIS multiplie, souvent discrètement, les investissements. « Nous investissons aussi bien au Gabon qu'à l'étranger, dans des entreprises naissantes ou établies, dans les infrastructures, les mines, la gestion portuaire... Bref, dans les secteurs clés identifiés par la politique d'émergence du président. L'objectif est de diversifier le portefeuille et de lisser l'épargne intergénérationnelle », indique Serge Mickoto. Au total, le FGIS détient des participations dans une cinquantaine d'entreprises. Il est ainsi le principal actionnaire du projet d'hôtellerie de luxe que développe l'État avec le singapourien Aman Resorts, pour un investissement d'au moins 70 millions de dollars (52,5 millions d'euros) sur cinq ans. À travers cette démarche, le Gabon entend se positionner sur le créneau de l'écotourisme et attirer quelque 100 000 visiteurs par an à l'horizon 2020. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers