Extension Factory Builder
26/04/2012 à 11:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Terrasse à Abidjan, en Côte d'Ivoire, est un lieu de rendez-vous privilégié pour les Libanais La Terrasse à Abidjan, en Côte d'Ivoire, est un lieu de rendez-vous privilégié pour les Libanais © Nabil Zorkot

Riches, exploiteurs, oisifs... L'image des expatriés libanais installés sur le continent obéit encore à de vieux stéréotypes très éloignés de la réalité.

« Les Libanais d'Afrique ? Exploiteurs, riches, diamants, chiites », balance, en vrac, Raja, accoudé au comptoir du Torino, café intello-branché du centre de Beyrouth. « Ils sont fous d'argent, renchérit Gilles. Ils adorent aller faire fortune là-bas ! » Par un étrange jeu de miroirs, les clichés répandus dans le pays du Cèdre sur les Libanais d'Afrique évoquent furieusement les poncifs qui courent sous les baobabs sénégalais. Demandez à un petit boutiquier de la banlieue de Beyrouth comme à un col blanc de la rue des Banques ce que sont pour lui les Libanais d'Afrique, il répondra presque invariablement : « Des chiites coloniaux cousus de dollars mal acquis. » Se dessine alors le tableau, très fantasmagorique, de conquistadors enturbannés et sans scrupules partis vers des eldorados sauvages pour amasser des butins dont ils viennent faire étalage dans les boîtes de nuit bling-bling de la capitale libanaise. « Les gens n'ont aucune idée claire de la vie sur le continent, dont l'image est ici associée aux mines d'or », explique le présentateur de télévision Ricardo Karam.

Des stéréotypes en effet très éloignés de la réalité, mais qui s'enracinent dans les histoires vraies de générations poussées à l'exode par les famines et les guerres depuis plus de un siècle. Si les premières vagues de migrants ont surtout concerné des chrétiens de la montagne, les chiites, qui ont fui par milliers le sud du Liban pendant la guerre civile de 1975-1990, ont fini par constituer la communauté la plus importante de la diaspora établie en Afrique de l'Ouest. La majorité y a un niveau de vie moyen, mais d'autres ont connu de belles réussites, comme ce chef d'entreprise qui tient à rester anonyme. Fils d'un pêcheur chiite de Tyr, il est parti tenter sa chance en Côte d'Ivoire au début de la guerre civile. À la sueur de son front, l'autodidacte a fait au bord de l'Atlantique cette fortune jalousée sur les côtes libanaises. De passage à Beyrouth, il explique : « Les Libanais nous voient ici en vacances faire la fête et prendre du bon temps. Du coup, ils s'imaginent que nous vivons là-bas dans l'oisiveté et le luxe, sans concevoir le labeur qu'il y a derrière. »

Epopée

Dans les régions d'émigration, le lointain continent est une réalité plus palpable que dans le centre de la capitale. Les orgueilleuses villas bâties dans les hameaux d'origine par les migrants enrichis n'échappent à l'attention de personne. « Les Libanais de Beyrouth ou de Tripoli, au nord, ressassent toujours les mêmes clichés, mais les chiites du Sud ou les chrétiens du haut Metn savent mieux ce qu'est la vie en Afrique », explique le journaliste Julien Abi Ramia. Celui-ci raconte la manifestation inédite de nombreuses familles montées à la capitale fin 2010 pour protester contre le ministre des Affaires étrangères, qui, en saluant l'investiture très contestée du président Laurent Gbagbo, avait menacé la sécurité de leurs proches en Côte d'Ivoire.

Pour les familles dont un membre a choisi l'odyssée, le cliché devient parfois conte de fées. On se souvient de l'aïeul qui a fui la famine ou la conscription ottomane en s'embarquant pour Marseille, d'où il pensait faire voile vers New York. Trompé par un voyagiste français acquis aux projets coloniaux, il était débarqué sur la côte africaine où il fallait bien survivre, et finalement faire fortune. Un bourgeois fortuné de la banlieue de Beyrouth se rappelle ainsi l'épopée de son grand-père Kabalan, parti s'établir au Liberia en 1912. Faisant commerce de tout, il a rapidement prospéré. « Il vivait en concubinage avec une Libérienne. La fille qu'ils ont eue s'est mariée avec un certain M. Johnson, et l'enfant de cette union, Ellen Johnson, préside aujourd'hui le Liberia ! » affirme l'homme d'affaire, faisant fi des tabous féroces qui règnent au Liban sur les unions locales et souvent extraconjugales. Venu dans le pays du Cèdre à la tête d'une délégation d'affaires, un ancien ambassadeur de Côte d'Ivoire rappelait ceci : « Nous avons des Libanais dans chaque village, et ils sont parfaitement intégrés. Ils adoptent nos coutumes, nos langues et parfois même notre couleur ! »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Musique : la chasse aux trésors

Article pr�c�dent :
Mali : les secrets du nouveau gouvernement

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Ensaf Haidar : 'Raif Badawi risque désormais la peine de mort pour apostasie'

Ensaf Haidar : "Raif Badawi risque désormais la peine de mort pour apostasie"

Selon son épouse, Ensaf Haidar, le blogueur saoudien Raif Badawi, déjà condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison, risque désormais la peine de mort pour apostasie. Celle-ci s&rs[...]

Palestine : Mahmoud Abbas, le chant du cygne

Ignoré par Tel-Aviv, décrédibilisé aux yeux de son peuple, le président de l'Autorité palestinienne tente vaille que vaille de sauver la face. Mais la question de sa succession se[...]

Israël : Bibi-sitter et le hipster

À l'approche des législatives, les candidats rivaux multiplient les clips de campagne. Et, pour séduire les électeurs, ils sont prêts à tout ![...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Maîtres de facto du pays depuis la prise de Sanaa, le 20 janvier, et la démission du président de la transition, les houthistes ne savent pas vraiment quoi faire d'un pouvoir trop facilement[...]

Yémen : une Française travaillant pour la Banque mondiale enlevée à Sanaa

Une ressortissante française travaillant pour la Banque mondiale a été enlevée mardi à Sanaa, ont annoncé les autorités françaises. [...]

Syrie: près d'une centaine de chrétiens assyriens enlevés par l'EI

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'Etat islamique a enlevé 90 habitants après avoir attaqué Tal Chamiram et Tal Hermoz, deux villages chrétiens assyriens sous contrôle des[...]

Le nombre de jihadistes européens dans les rangs de l'EI est-il en baisse ?

Pour la première fois, six Français, dont le départ vers la Syrie semblait imminent, ont été privés de leurs passeports. Une décision qui illustre le renforcement de l'arsenal[...]

Le président démissionnaire yéménite a réussi à quitter Sanaa

Après avoir été assigné à résidence durant des semaines, le président démissionnaire du Yémen a réussi samedi dans la matinée à quitter Sanaa pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2674p065.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2674p065.xml0 from 172.16.0.100