Extension Factory Builder
12/04/2012 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Européens ont notamment réduit leurs contributions au développement suite à la crise économ Les Européens ont notamment réduit leurs contributions au développement suite à la crise économ © AFP

En pleine cure d'austérité budgétaire, les pays du Nord ont réduit leurs financements en faveur du développement en 2011. Reniant ainsi toutes leurs promesses.

Les économistes jugeaient la baisse de l'aide publique au développement (APD) inévitable en raison de la crise économique, les responsables politiques assuraient qu'ils tiendraient bon. Les chiffres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), publiés le 4 avril, ont donné raison aux premiers. En 2011, l'APD a atteint 133,5 milliards de dollars (102,1 milliards d'euros), soit une diminution en valeur réelle de 2,7 % (aux prix et taux de change de 2010) et en volume de 3,4 milliards de dollars par rapport à l'année précédente.

Ce premier fléchissement depuis 1997 intervient après une progression de 63 % entre 2000 et 2010. La raison est d'une logique implacable : les pays du Nord, notamment européens, ont entamé une cure d'austérité budgétaire. « J'applaudis les États qui tiennent leurs engagements malgré leurs sévères plans de consolidation fiscale. Ils montrent que la crise ne devrait pas être utilisée comme une excuse pour réduire les contributions au développement », a lancé Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE.

Levier secondaire

Problème : ces bons élèves sont minoritaires (voir carte), et l'objectif des 0,7 % de la richesse nationale consacrés à l'aide s'éloigne encore un peu plus, contrairement aux engagements pris lors du sommet du G8 de Gleneagles, en 2005. « Au rythme actuel, les 0,7 % seront atteints dans cinquante ans ! » ironise Sébastien Fourmy, de l'ONG Oxfam.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir.


Même à l'égard de l'Afrique, les donateurs sont moins généreux. L'aide bilatérale s'est élevée à 28 milliards de dollars pour la partie subsaharienne (- 0,9%), et seuls les soutiens financiers débloqués en urgence pour accompagner le Printemps arabe ont permis de dépasser les 31 milliards. C'est moins que les investissements étrangers et les transferts des migrants. Autrement dit, l'APD est devenue un levier secondaire au développement.

C'est le premier fléchissement depuis 1997, après une progression de 63% entre 2000 et 2010.

« Il est sain que les apports de capitaux privés aient pris le dessus, mais il serait criminel de dire que l'on peut se passer de l'aide, puisque l'Afrique doit mobiliser des dizaines de milliards de dollars pour ses infrastructures, explique le banquier franco-béninois Lionel Zinsou, patron du fonds d'investissement PAI Partners. Comme les pays de l'OCDE en ont au moins pour cinq années d'ajustement, l'Afrique doit chercher d'autres mécanismes de financement en sollicitant les marchés financiers et les nations émergentes qui regorgent d'épargne. » Reste qu'en se montrant moins généreux, c'est aussi un peu de leur influence que les pays riches vont perdre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Santiago Zannou : un rôle à jouer

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Brésil : un cyclone nommé Petrobras

L'argent du groupe pétrolier public a-t-il servi à acheter des dizaines de responsables politiques de toutes obédiences ? Depuis plusieurs mois, un scandale de corruption d'une ampleur sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2674p020.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2674p020.xml0 from 172.16.0.100