Extension Factory Builder
12/04/2012 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Européens ont notamment réduit leurs contributions au développement suite à la crise économ Les Européens ont notamment réduit leurs contributions au développement suite à la crise économ © AFP

En pleine cure d'austérité budgétaire, les pays du Nord ont réduit leurs financements en faveur du développement en 2011. Reniant ainsi toutes leurs promesses.

Les économistes jugeaient la baisse de l'aide publique au développement (APD) inévitable en raison de la crise économique, les responsables politiques assuraient qu'ils tiendraient bon. Les chiffres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), publiés le 4 avril, ont donné raison aux premiers. En 2011, l'APD a atteint 133,5 milliards de dollars (102,1 milliards d'euros), soit une diminution en valeur réelle de 2,7 % (aux prix et taux de change de 2010) et en volume de 3,4 milliards de dollars par rapport à l'année précédente.

Ce premier fléchissement depuis 1997 intervient après une progression de 63 % entre 2000 et 2010. La raison est d'une logique implacable : les pays du Nord, notamment européens, ont entamé une cure d'austérité budgétaire. « J'applaudis les États qui tiennent leurs engagements malgré leurs sévères plans de consolidation fiscale. Ils montrent que la crise ne devrait pas être utilisée comme une excuse pour réduire les contributions au développement », a lancé Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE.

Levier secondaire

Problème : ces bons élèves sont minoritaires (voir carte), et l'objectif des 0,7 % de la richesse nationale consacrés à l'aide s'éloigne encore un peu plus, contrairement aux engagements pris lors du sommet du G8 de Gleneagles, en 2005. « Au rythme actuel, les 0,7 % seront atteints dans cinquante ans ! » ironise Sébastien Fourmy, de l'ONG Oxfam.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir.


Même à l'égard de l'Afrique, les donateurs sont moins généreux. L'aide bilatérale s'est élevée à 28 milliards de dollars pour la partie subsaharienne (- 0,9%), et seuls les soutiens financiers débloqués en urgence pour accompagner le Printemps arabe ont permis de dépasser les 31 milliards. C'est moins que les investissements étrangers et les transferts des migrants. Autrement dit, l'APD est devenue un levier secondaire au développement.

C'est le premier fléchissement depuis 1997, après une progression de 63% entre 2000 et 2010.

« Il est sain que les apports de capitaux privés aient pris le dessus, mais il serait criminel de dire que l'on peut se passer de l'aide, puisque l'Afrique doit mobiliser des dizaines de milliards de dollars pour ses infrastructures, explique le banquier franco-béninois Lionel Zinsou, patron du fonds d'investissement PAI Partners. Comme les pays de l'OCDE en ont au moins pour cinq années d'ajustement, l'Afrique doit chercher d'autres mécanismes de financement en sollicitant les marchés financiers et les nations émergentes qui regorgent d'épargne. » Reste qu'en se montrant moins généreux, c'est aussi un peu de leur influence que les pays riches vont perdre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Stanley Nelson : 'Obama n'a rien changé à la situation des Noirs'

Stanley Nelson : "Obama n'a rien changé à la situation des Noirs"

Le réalisateur américain, Stanley Nelson, a présenté pour la première fois en France son documentaire "Freedom Summer" au Festival international des films de la diaspora africai[...]

Inde : la nouvelle usine du monde ?

"Made in India" : c'est le mot d'ordre du nouveau gouvernement nationaliste, qui s'inspire du modèle chinois pour relancer l'emploi, la croissance et les exportations. Plus facile à dire qu'à[...]

Libye - France : un cousin de Kadhafi accuse Sarkozy d'avoir perçu des fonds du "Guide" en 2007

Dans un entretien publié mercredi par "L’Express", l'ancien diplomate Ahmed Kadhaf al-Dam, un cousin de l’ancien "Guide" libyen Mouammar Kadhafi, affirme que Nicolas Sarkozy a bel et bien[...]

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Barack Obama a annoncé mardi soir le déploiement de 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour lutter contre la propagation d'Ebola. Point par point, voici ce que prévoit Washington pour[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien[...]

Ebola : Washington va déployer 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest

Le président américain, Barack Obama, va annoncer, mardi, le déploiement de quelque 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest pour "faire reculer" l'épidémie d'Ebola.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Francophonie - Philippe Suinen : "Voir émerger de nouvelles idées grâce au français"

Philippe Suinen, l'actuel Commissaire général du Forum mondial de la langue française, organisé par l'Organisation internationale de la francophonie, a répondu aux questions de "Jeune[...]

Racisme : un homme politique mexicain compare Ronaldinho à un singe

À peine arrivé au Querétaro FC, un club mexicain, l'emblématique joueur brésilien Ronaldinho a reçu un accueil bien singulier de la part d'un membre du "Partido Acción[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex