Extension Factory Builder
19/04/2012 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son fonds d'investissement détient des gisements au Liberia, en Zambie, au Botswana et au Ghana. Son fonds d'investissement détient des gisements au Liberia, en Zambie, au Botswana et au Ghana. © Jonah Capital

Très écouté sur le continent, l'ancien président d'AngloGold Ashanti assiste les États dans la réforme de leur code minier et milite pour l'africanisation des multinationales.

À l'heure où nombre d'États africains révisent leur code minier, Sam Jonah, 62 ans, est très consulté. Celui que Kalaa Mpinga, patron de Mwana Africa, surnomme « le pionnier africain des mines » fréquente assidûment les milieux politiques ghanéen et sud-africain. Proche des anciens présidents John Kufuor et Thabo Mbeki, il invite les États à s'imposer face aux groupes miniers. « Le Ghana produit de l'or depuis près de un siècle... Et en dépit de cela, les mines pèsent moins de 2 % dans l'économie nationale. Ce n'est pas acceptable ! » affirme-t-il.

Véritable référence dans la profession, le « sage » est écouté pour la force de son discours et son parcours exemplaire. Natif d'Obuasi et géologue de formation, Sam Jonah a gravi tous les échelons d'Ashanti Goldfields, dont il est devenu le président en 1986. Faisant passer la production de la société de 240 000 à 1,6 million d'onces d'or par an, il a été l'un des principaux artisans de la fusion qui a abouti à la création, en 2004, d'AngloGold Ashanti, premier groupe aurifère du continent.

Profil

Né en 1949 à Obuasi (Ghana)

Diplômé de la Camborne School of Mines et de l'Imperial College (Royaume-Uni)

Président d'Ashanti Goldfields à partir de 1986, puis d'AngloGold Ashanti de 2004 à 2006

Fondateur du fonds d'investissement Jonah Capital

Recteur de l'université de Cape Coast (Ghana)

Il a par la suite dirigé Uramin (uranium, en Centrafrique et en Namibie) et Moto Goldmines (or, en RD Congo), avant de les revendre - l'un à Areva, l'autre à Randgold. Les polémiques sur le prix élevé (1,8 milliard d'euros) payé par le groupe nucléaire français, en 2007, pour acquérir Uramin le laissent de marbre. L'opération était un « coup » qui témoigne, selon lui, de sa capacité à vendre au bon moment : quand les cours - des minerais et de la société - sont au plus haut.

Pour que les Africains réussissent à tirer des mines le maximum de bénéfices, Sam Jonah a son idée : « Il faut suivre l'exemple de ce qu'ont fait le Nigeria et l'Angola dans le pétrole. Ils ont obligé les groupes internationaux à ouvrir largement le capital de leurs filiales locales aux investisseurs du pays, mais aussi à recourir à des sous-traitants nationaux. »

Transparence

Sir Jonah - il a été fait chevalier par Élisabeth II en 2003 - conseille toutefois d'agir avec délicatesse et transparence. « Il faut que les codes miniers soient complets, c'est-à-dire qu'ils couvrent tous les volets, de l'extraction de minerais jusqu'aux taxes et à l'environnement, rappelle-t-il. Mais en même temps, il faut laisser la place à une part de flexibilité et de dialogue entre l'État et les entreprises pour ajuster les choses en cas de fluctuation importante des cours. »

Il faut suivre l'exemple de ce qu'ont fait le Nigeria et l'Angola dans le pétrole.

Sam Jonah, qui a aussi la casquette de recteur de l'université de Cape Coast (sud du Ghana), prône enfin l'africanisation des cadres des multinationales. « Quand j'étais président d'AngloGold Ashanti, nous avions réussi à faire émerger des responsables africains de haut niveau. Mais aujourd'hui, ils restent encore ultraminoritaires. Avec l'essor minier, on observe un retour en force des expatriés face au manque de compétences locales », constate-t-il. Pour avancer sur ce sujet, il multiplie les interventions auprès d'étudiants, dans les universités ghanéennes, sud-africaines mais aussi britanniques. Il prêche également la bonne parole au sein des conseils d'administration de multinationales auxquels il participe, chez Vodafone et Standard Bank.

Désormais à la tête de Jonah Capital, un fonds d'investissement présent dans les mines, l'immobilier et l'agriculture, le Ghanéen reste un homme d'affaires actif : « Depuis 2006, je me positionne d'abord comme investisseur et non plus comme un opérationnel. » Son groupe détient un portefeuille de gisements en exploration au Liberia (fer), en Zambie (cuivre), au Botswana (charbon) et bien sûr au Ghana (or). De quoi préparer un prochain grand « coup » ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Ghana

Le Ghana va accueillir le plus grand 'mall' d'Afrique de l'Ouest

Le Ghana va accueillir le plus grand "mall" d'Afrique de l'Ouest

Le Ghana, nouvel eldorado pour les marques internationales ? Ce pays, où le pouvoir d'achat des ménages ne cesse de croître, s'apprête à accueillir le plus grand mall d'Afrique de l'Ouest.[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Standard & Poor's dégrade la note du Ghana

 L'agence Standard & Poor's vient de dégrader la note du Ghana, la passant de "B" à "B-", avec des perspectives stables. En cause : la détérioration de l'état des[...]

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

 Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Cartier women's initiative awards 2014 : quatre Africaines parmi les finalistes

 Elles se nomment Winnifred Selby, Amy de Castro, Achenyo Idachaba et Mariam Hazem. Originaires du Ghana, de l'Afrique du Sud, du Nigéria et de l'Égypte, se sont les finalistes africaines du prix Cartier Women's[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers