Extension Factory Builder
05/04/2012 à 11:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nafissatou Diallo est en congés maladie depuis son altercation avec DSK. Nafissatou Diallo est en congés maladie depuis son altercation avec DSK. © Behar Anthony/Sipa

La femme de chambre guinéenne, Nafissatou Diallo, veut être reconnue comme victime dans le cadre de l'affaire DSK. Déboutée au pénal, elle espère gagner au civil.

On l'avait presque oubliée. Naguère symbole des victimes de viol, la femme de chambre guinéenne qui, en mai 2011, a fait chuter l'un des hommes les plus puissants de la planète n'intéresse plus grand monde. Les débats autour de sa personnalité seront pourtant au coeur du second round de l'affaire Dominique Strauss-Kahn (DSK), qui a débuté le 28 mars. D'elle - dont l'image avait été écornée par les fausses déclarations et les versions contradictoires -, on se souvient tout juste d'un regard étrangement vide et d'une gestuelle théâtrale. Cette fois, le décor a changé, les enjeux aussi. Le tribunal du Bronx - réputé généreux envers les plus faibles -, et non plus celui de Manhattan, est chargé d'examiner la recevabilité de la plainte qu'elle a déposée au civil en août. Nafissatou Diallo, qui demande des dommages et intérêts, entend toujours être reconnue comme une victime.

Secrets

Depuis qu'elle a été déboutée au pénal, l'immigrée peule de 33 ans est retournée à ses secrets. Elle a quitté son petit appartement du Bronx et réside désormais dans un lieu tenu secret, sans protection policière, avec sa fille de 16 ans. Toujours salariée au Sofitel, elle est en congé maladie, disant souffrir de l'épaule depuis l'altercation dans l'hôtel. Celle qui avait été aimablement qualifiée de « très peu séduisante » par les avocats de l'ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) compte garder la même ligne de défense. Elle est toujours soutenue par le très médiatique Me Kenneth Thompson.

Les avocats de DSK tenteront de faire valoir son immunité diplomatique, afin de faire classer l'affaire. Sauf que leur client, mis en examen en France le 26 mars dans l'affaire du Carlton pour « proxénétisme aggravé en bande organisée », est dans de sales draps. De quoi redonner un peu de crédit à Nafissatou, dont la conversation téléphonique avec un détenu de l'Arizona et les nombreux virements bancaires demeurent une énigme. Si sa plainte est jugée recevable, elle devra ressortir de l'ombre, pour s'expliquer à nouveau. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces