Extension Factory Builder
11/04/2012 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un saigneur entaille le tronc d’un hévéa pour recueillir la sève à Ikembélé. Un saigneur entaille le tronc d’un hévéa pour recueillir la sève à Ikembélé. © Tiphaine Saint-Criq pour J.A.

La Société d'investissement pour l'agriculture tropicale basée à Bruxelles, fait entrer à son capital une filiale du chinois Sinochem. Elle veut ainsi renforcer son assise financière et monter en puissance dans l'hévéa.

Son huile de table Cuisin'or et ses pains de savon Pursavon, made in Gabon, sont bien connus dans la sous-région, bien plus que son producteur, la Société d'investissement pour l'agriculture tropicale (Siat), dont le siège social est implanté à Bruxelles. Créé en 1991 après l'acquisition d'une plantation de palmiers à huile de 3 000 hectares dans l'État d'Edo, au Nigeria, le groupe a tissé très discrètement sa toile sur le continent. Après le Nigeria, il a successivement réussi son implantation au Ghana, au Gabon puis en Côte d'Ivoire, à la faveur de la privatisation des sociétés publiques dans ces pays.

Complexes industriels

De fait, le groupe belge possède aujourd'hui sur le continent 55 000 ha de palmiers à huile et 16 000 ha d'hévéas, soit au total 71 000 ha de plantations, auxquelles s'ajoutent trois complexes industriels d'huile de palme au Nigeria, au Ghana et au Gabon. En Afrique, Siat fournit par exemple Nestlé ou Unilever en produits dérivés comme l'oléine ou la stéarine, qui entrent dans la fabrication de certains aliments (les biscuits, par exemple).

Son résultat d'exploitation a légèrement dépassé les 180 millions d'euros en 2011, contre 63 millions en 2006. Pour cette année, le groupe, dont la filiale gabonaise est désormais bénéficiaire, table sur un résultat d'exploitation de 204 millions d'euros. Fort de cette croissance et encouragé par un contexte mondial favorable - avec une hausse de la demande d'huile de palme (3 % par an) et de caoutchouc (3,5 %) -, il multiplie les initiatives pour accélérer son expansion en Afrique.

Le 21 février, son président et actionnaire majoritaire (83,25 % à travers son holding familial Fimave), l'industriel belge Pierre Vandebeeck, a ainsi signé un protocole d'accord visant à céder 35 % du capital à GMG Global, une filiale du chinois Sinochem International basée à Singapour. Montant de l'opération : 146 millions d'euros. « Tous les audits ont été réalisés et le deal devrait être finalisé en juillet, assure Helena Vandebeeck, directrice générale et fille du patron. En fait, il s'agit dans un premier temps d'une cession d'environ 14 % des parts actuelles puis, dans un second temps, d'une augmentation de capital qui diluera la participation de Fimave à 51 %. »

Au Gabon, Olam met la pression

L'État gabonais et le singapourien Olam viennent d'annoncer un investissement de 183 millions de dollars (138 millions d'euros) dans le développement, à partir de 2013, d'une plantation d'hévéas et dans la construction d'une usine de transformation de caoutchouc au Gabon. Il s'agit, en fait, d'une coentreprise détenue à 80 % par le singapourien et à 20 % par Libreville. La plantation s'étendra sur 28 000, puis 50 000 hectares. L'objectif de production est de 62 000 tonnes par an à l'horizon 2020. Au Gabon, Olam investit également 1,5 milliard de dollars dans l'huile de palme (100 000 ha).

À travers ce rapprochement stratégique, le groupe belge réalise doublement une belle opération. D'abord, il renforce son assise financière, ce qui facilitera son développement. Siat intensifie en effet ses prospections en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. Il est notamment en quête d'opportunités au Cameroun, en Guinée, au Liberia et en RD Congo. Des contacts ont déjà été pris dans ce dernier pays, où le potentiel agro-industriel est très prometteur - terres fertiles, climat favorable et main-d'oeuvre disponible. L'inconvénient reste la législation qui freine les ambitions du groupe, notamment la loi qui impose des coentreprises avec un actionnariat à 51 % congolais.

Un pied au Cameroun

Par ailleurs, Siat, qui entend se renforcer dans l'hévéa (plus rentable que le palmier à huile, à superficie égale), s'associe ainsi avec un groupe bien implanté dans deux pays phare, le Cameroun et la Côte d'Ivoire. GMG Global détient 90 % de la société Hévéa du Cameroun (Hevecam, une plantation de 41 000 ha et une usine de transformation de plus de 50 000 tonnes métriques de caoutchouc par an) et 51,2 % de Tropical Rubber Côte d'Ivoire (1 560 ha et une usine de 36 000 tonnes métriques par an). Par ailleurs, Siat, qui tire 50 % de ses revenus du caoutchouc et dont les principaux clients sont Michelin et Firestone, va pouvoir accéder au marché chinois par l'intermédiaire de Sinochem International.

Si le groupe belge monte en puissance grâce à l'arrivée de ce nouvel actionnaire, il reste encore loin des leaders africains comme la Société internationale de plantations d'hévéas (SIPH, filiale de l'ivoirien Sifca). Malgré la crise postélectorale en Côte d'Ivoire, SIPH, deuxième producteur africain de caoutchouc, a réussi à vendre plus de 130 000 t en 2011 - presque autant que l'année précédente. Aidée par la bonne tenue du cours du caoutchouc (2,65 euros/kg fin 2011), la société a même vu son chiffre augmenter de 36,4 % sur un an, à 403 millions d'euros. Reste que la multiplication des investissements laisse présager une rude concurrence. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo  : Franceville, 'un paradis pour jeunes médecins'

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo : Franceville, "un paradis pour jeunes médecins"

Pôle sanitaire de référence au Gabon, le centre hospitalier régional de Franceville est moderne et bien coté. Mais souffre d'un manque de praticiens.[...]

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Assises sociales au Gabon : un pacte en trois actes

À l'issue des Assises sociales, qui se sont tenues à Libreville les 25 et 26 avril, le chef de l'État a annoncé les mesures concrètes qu'il avait[...]

Corruption au Gabon : la fête est-elle finie ?

Les magistrats seront-ils libres de mener l'opération "mains propres" ? Une campagne anticorruption qui menace l'opposition comme la majorité.[...]

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "Le temps de l'impunité est révolu"

Bilan, gouvernement, réformes, opposition, présidentielle 2016, corruption, Centrafrique, France... Cinq ans après son élection, le chef de l'État gabonais s'explique.[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex