Extension Factory Builder
12/04/2012 à 18:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Koulsy Lamko, écrivain tchadien exilé au Mexique. Koulsy Lamko, écrivain tchadien exilé au Mexique. © DR

En exil depuis 1983, l'écrivain, poète et dramaturge se dit toujours "habité" par le Tchad. Depuis le Mexique où il vit, il se bat aujourd'hui pour faire entendre les voix de la diaspora noire.

Nomade dans l'âme, Koulsy Lamko raconte l'errance : la sienne, mais aussi celle des femmes et hommes croisés lors de ses périples par-delà les frontières et les océans. Lui-même a quitté son pays natal, le Tchad, en 1983, fuyant la guerre civile. Il a ensuite vécu au Burkina Faso, au Rwanda, au Togo, en Côte d'Ivoire, en France, aux Pays-Bas... avant de poser sa valise il y a neuf ans au Mexique, devenu son pays d'adoption. Écrivain prolifique et grave, Lamko a publié des pièces de théâtre, des romans, de la poésie, tout en enseignant les arts dramatiques. Son dernier roman, paru en 2011, a pour titre Les Racines du yucca (éd. Philippe Rey). Son action se déroule dans un village du Yucatán, avec pour protagonistes des rescapés de la guerre du Guatemala. Le narrateur est un écrivain africain exilé qui raconte « [son] pays de merde [qu'il] adore ».

Jeune Afrique : Votre roman Les Racines du yucca est-il autobiographique

Koulsy Lamko : Non, quand bien même on peut y déceler des pans de ma vie et de ma pensée. Moi aussi, mon pays d'origine m'habite, même si je n'y habite pas.

Et cette incroyable allergie au papier dont souffre votre narrateur ?

Une amie journaliste considérait que c'était une trouvaille géniale de romancier. Quelle ne fut pas sa déception quand elle apprit que j'étais moi-même allergique au papier ! Vieux jeu, j'écris mes textes au crayon avant de les porter sur le clavier. Le papier est une matière vivante qui peut être agressive. Il l'est à mon égard et je n'y peux rien. Je porte des gants pour lire et écrire. Mais je suis tout aussi allergique aux fleurs, au tabac, au froid, au miel et à la cruelle volonté de puissance de ceux qui écrasent du talon les plus faibles d'entre nous. Notre corps, unité dans sa multiplicité et mémoire redoutable, sait bien marquer les désaccords profonds qui nous traversent. Il y a des maladies dont on ne guérit que contre soi-même. Je voudrais ne jamais guérir d'être attentif au désaccord.

Cette allergie ne cache-t-elle pas un mal-vivre existentiel ?

Mais non ! J'ai toujours su ce que je devais faire de mon existence, et cela très tôt dans ma vie... Depuis que mon professeur d'histoire de quatrième m'a raconté la traite des Noirs par les Arabes et les Européens. Le reste a consisté à vivre une veillée d'armes et le sera tant que, comme l'écrivait Aimé Césaire, « l'ocelot est dans le buisson, le rôdeur à nos portes, le chasseur d'hommes à l'affût, avec son fusil, son filet, sa muselière ». Quant au symbole de l'allergie au papier, j'en laisse le soin de l'interprétation au lecteur...

Les Racines du yucca, c'est aussi un récit très littéraire. Il y est question de romans à écrire, d'ateliers d'écriture, de journal de guerre... Diriez-vous que l'écriture est le véritable thème de ce roman ?

Les Racines du yucca sont le deuxième volume d'une trilogie sur la guerre, le premier étant Sahr, Champs de folie, paru en 2010, et le dernier Daar Foor !, à paraître bientôt. Pêle-mêle, j'y aborde l'écriture, la langue de l'écrivain, le génocide des Mayas du Guatemala, la guerre et sa cruauté universelle dès lors qu'il s'agit d'intérêts du néolibéralisme aveugle, l'exil dans les camps de réfugiés, les insuffisances du leadership politique. La sophistication des guerres, qui détruisent d'immenses territoires physiques et sociétaux et désagrègent l'humanité en nous, m'interroge sur la pertinence, la nécessité du dire de l'écrivain, qui sait merveilleusement justifier son confort dans sa tour d'ivoire.

Il s'agit de déconstruire la chape de préjugés et de mythes qui emmurent le Nègre.

Vous vous êtes souvent défini comme un poète engagé. En quoi consiste cet engagement ?

Je ne suis pas un donneur de leçons, surtout pas à ceux des nôtres qui croient en une littérature-monde qui les diluerait au mieux dans la nébuleuse vaporeuse. Mais mon sentiment est que, quand on est nègre et qu'on se rend compte de l'exploitation éhontée dont la terre-mère est l'objet, des injustices notoires, des ostracismes multiples, du mépris violent que vivent les Nègres tous les jours, dans les souks, les queues d'attente des bureaux d'emploi et des aéroports où l'on est d'emblée suspect, quelle que soit notre géographie éclatée, il y a une indécence à jouer au Nègre garde-chiourme du paquebot fou. Peut-être pourrait-on juste crier pour refuser d'être complice de l'assassinat permanent dont on est l'objet.

Vous êtes l'auteur d'une oeuvre très riche qui embrasse différents genres : théâtre, poésies, romans, nouvelles, contes... Y a-t-il une forme avec laquelle vous vous sentez plus en phase ?

Pour moi, il s'agit d'une seule parole multiple, d'un seul discours obsédant et obsédé qui se décline dans différents genres d'expression et canaux de partage, et cela selon le public cible. Je n'ai pas de préférence.

Comment êtes-vous venu à l'écriture ?

En 1974. J'avais 15 ans. Un acte de révolte ! C'est un poème rendu à la professeure à l'endroit d'un devoir de rédaction. Elle l'a affiché au babillard du collège dans le couloir de passage, parce qu'elle le trouvait magnifique. J'en fus fier.

Comment se prépare-t-on quand on est jeune garçon au Tchad, aspirant peut-être déjà à devenir écrivain ?

Mon pays est un riche creuset de moult cultures, un terreau d'immenses beautés et également d'indicibles violences. Je suis émerveillé par le talent et le courage des jeunes qui inventent, se débrouillent pour exister en tant que créateurs dans un domaine déserté par un simulacre d'État, démissionnaire.

Dans quelles circonstances avez-vous quitté votre pays ?

En 1983, après m'être vu fermer les portes de l'Université du Tchad pendant cinq ans par une stupide guerre civile infiniment destructrice.

Avant de venir au Mexique et de vous y installer, vous êtes passé par le Burkina Faso, le Rwanda, la France, les Pays-Bas... Dans lequel de ces pays auriez-vous aimé vivre ?

Vous avez oublié au passage le Togo et la Côte d'Ivoire. Mes amis de la côte Atlantique en prendraient la mouche. J'ai toujours été bien accueilli pendant mon errance. L'exil, enfer ou royaume, se décline au gré de la force d'adaptation. Le Burkina Faso demeure ma terre d'adoption privilégiée, parce qu'il a forgé ma conscience politique et artistique.

À Mexico, vous dirigez depuis 2009 la Casa R. Hankili África. Qu'est-ce ?

C'est un centre culturel de résidences ponctuelles d'écrivains en refuge et d'artistes africains et de la diaspora noire, un espace d'accueil et de promotion de cultures africaines, un pan d'Afrique implanté au pays des Aztèques et des Mayas. C'est aussi un avant-poste dans les luttes multiformes que nous menons pour exister pleinement dans la conscience des autres, en tant qu'humanité, histoire et cultures. Il s'agit, par nos conférences dans les universités, nos activités artistiques, nos publications, nos rencontres avec les communautés mexicaines, de déconstruire la chape de préjugés négatifs et de mythes qui emmurent le Nègre.

Qui avez-vous reçu en résidence à Hankili África ?

L'écrivain et chercheur malien Fodé Sidibé, le musicien et griot malien Abdoulaye Diarra, l'écrivain et essayiste rwandais Vénuste Kayimahé, le jeune peintre haïtien Frenal Mezilas, l'artiste visuel mexicain Balthazar Castellano, l'essayiste camerounais Bertrand Teyou et le chorégraphe et musicien tchadien Razolo Guedoum Djimbaye, qui anime actuellement des ateliers dans la région où vivent les afrodescendants. Nous attendons un musicien mozambicain et une romancière brésilienne. 

___

Propos recueillis par Tirthankar Chanda

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient repassé[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Tchad : dans les cendres de Ngouboua, après l'attaque de Boko Haram

Maisons incendiées, carcasses de bétail calciné, des habitants fuyant baluchon sur la tête... A Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, la population est sous le choc après l'attaque de Boko[...]

Le premier raid de Boko Haram au Tchad fait au moins cinq morts

Les terroristes nigérians de Boko Haram ont mené dans la nuit de jeudi à vendredi leur première offensive connue en territoire tchadien. Ils ont attaqué Ngouboua, un village situé sur la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2672p118-119.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2672p118-119.xml0 from 172.16.0.100