Extension Factory Builder
04/04/2012 à 18:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 88 ans, Mugabe espère encore emporter un nouveau mandat. À 88 ans, Mugabe espère encore emporter un nouveau mandat. © STR New/Reuters

Avec la loi sur l'"indigénisation" des entreprises au Zimbabwe, Robert Mugabe peut de nouveau se poser en pourfendeur de l'impérialisme blanc. Comme au temps de la réforme agraire.

Au début, August David Brown a sans doute cru à une vaste plaisanterie. En entendant Robert Mugabe annoncer que la société qu'il dirige, le holding sud-africain Impala Platinum, allait devoir lui céder 51 % des actifs de sa filiale locale, Zimplats, il a probablement pensé à une nouvelle rodomontade du président zimbabwéen. À l'un de ces coups médiatiques sur lesquels le vieux chef a longtemps bâti sa popularité. En août dernier, il croyait encore pouvoir affirmer que « 51 %, cela ne se fera[it] pas ». Bien mal lui en a pris.

Gisement

Après des mois de difficiles négociations, et en vertu de la loi dite « d'indigénisation » des entreprises, le numéro deux mondial du platine a finalement dû s'incliner. Il a accepté, le 13 mars, le transfert de plus de la moitié de ses parts à ses salariés zimbabwéens (10 %), à une fondation représentant les populations installées aux abords de la mine (10 %) ainsi qu'à un fonds gouvernemental fort opportunément contrôlé par la Zanu-PF, le parti au pouvoir (à hauteur de 31 %). En échange, selon le quotidien sud-africain Business Day, Impala Platinum pourrait espérer recevoir 500 millions de dollars (environ 380 millions d'euros) - soit une somme inférieure à la valeur du gisement et dont personne ne peut dire avec certitude que le Zimbabwe pourra effectivement la payer.

À Harare, les entreprises étrangères tremblent, chacune craignant d'être la prochaine sur la liste. Les compagnies minières, mais aussi les banques ou les sociétés comme Nestlé ou American Tobacco, sont en principe toutes concernées. Morgan Tsvangirai, Premier ministre et chef du principal parti d'opposition (le Mouvement pour le changement démocratique, MDC), s'est inquiété du signal négatif ainsi envoyé. Plusieurs analystes, sud-africains et zimbabwéens, sont allés dans son sens, redoutant que les investisseurs étrangers rechignent davantage encore à s'engager au Zimbabwe.

Le timing ne doit rien au hasard. Des élections vont se tenir dans les mois qui viennent

Rien de tout cela n'a douché l'enthousiasme de Saviour Kasukuwere, le ministre du Développement de la jeunesse et de l'Indigénisation. Figure controversée du gouvernement (homme politique et businessman, il fait partie des 112 personnes sanctionnées par l'Union européenne), il a salué « un moment historique pour le Zimbabwe ». Interviewé par le quotidien britannique The Independent, il n'a pas nié que l'accord passé avec Impala allait surtout profiter « aux petits copains » du parti au pouvoir. « L'indigénisation va défaire [les profiteurs] d'hier, a-t-il expliqué. C'est pour cela que certains se plaignent. Nous voulons donner le pouvoir économique aux Zimbabwéens, sans tenir compte de leur appartenance ethnique, de leur langue ou de leur région d'origine. » Réponse de Morgan Tsvangirai : « C'est ce que j'appelle une rhétorique électorale, c'est comme les occupations des fermes [détenues par les Blancs, NDLR] : "Regardez, je vous ai donné la terre. Maintenant, je peux vous donner ces sociétés." »

Révolutionnaire

En politicien madré, Robert Mugabe, 88 ans, dont trente-deux passés au pouvoir, sait que ce qui a marché une fois pourrait bien fonctionner de nouveau. Au tout début des années 2000, l'accélération de la réforme agraire lui avait permis à lui, héros de la décolonisation, de se poser en chantre de la libération économique des Noirs. Or l'indigénisation des entreprises, c'est un peu la version corporate des expropriations des fermiers blancs. Grâce à elle, le chef de l'État a regagné, auprès de certains de ses concitoyens, ses galons de révolutionnaire.

Le timing, évidemment, n'est pas anodin. Des élections doivent être organisées au plus tard avant juin 2013, et Mugabe fait tout pour qu'elles se tiennent avant la date prévue. L'opposition est contre et réclame au préalable des réformes et l'adoption d'une nouvelle Constitution qui devraient notamment permettre de s'assurer de la transparence du scrutin. Et en attendant qu'une décision soit prise, Mugabe a tout à gagner en se posant en défenseur du pays. 

Vidéo à hauts risques

Cinq cents dollars (377 euros) d'amende et 420 heures de travaux d'intérêt général. Telle est la peine prononcée contre six Zimbabwéens accusés d'avoir comploté contre le président Mugabe. En février 2011, ils avaient été interpellés à Harare avec 40 autres personnes à l'issue d'une réunion au cours de laquelle avait été projeté un documentaire sur le Printemps arabe. « Au Moyen-Orient, les gens étaient arrêtés pour leur participation à des manifestations pacifiques. Au Zimbabwe, on les condamne pour avoir seulement visionné une vidéo », s'est insurgée Leslie Lefkow, de l'ONG Human Rights Watch. L'accusation avait réclamé la peine maximale, soit dix ans de réclusion. S'ils échappent pour l'instant à la prison, ils pourraient cependant s'y retrouver pour dix mois s'ils ne peuvent pas payer l'amende exigée par le tribunal de Harare.

Claude Leblanc

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bande dessinée : Kafka en Iran

Article pr�c�dent :
RDC : course contre la montre à Kinshasa

1 réaction(s)

1.
jamy - 14/05/2012 à 05h:05

Vive Mugabe! L'Afrique te restera reconnaissante. [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Zimbabwe

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983. De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimba[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers