Extension Factory Builder
30/03/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. © AFP

Maurice Kamto se défend de toute ambition politique. Mais sa récente démission du gouvernement camerounais alimente bien des rumeurs.

La plainte a été déposée le 14 mars auprès d'un tribunal de Yaoundé. Le mis en cause : Maurice Kamto, 58 ans, ancien ministre délégué à la Justice, poursuivi pour - entre autres - plagiat. Le plaignant : James Mouangue Kobila, un enseignant de droit à l'université de Douala, qui lui reproche, ainsi qu'à Jean-Claude Tcheuwa, un autre professeur agrégé de droit public, d'avoir omis de mentionner son nom lors de la réédition d'un manuel juridique qu'ils avaient cosigné en 2003. À première vue, l'affaire n'est qu'une banale querelle d'universitaires où Mouangue l'ancien étudiant règle ses comptes avec Kamto le maître autrefois vénéré - qui, de son côté, l'attaque en diffamation. Mais elle prend un relief particulier au regard de la personnalité du principal protagoniste. Véritable icône nationale, Kamto était entré au gouvernement en 2004 en récompense de son rôle déterminant dans la résolution du conflit de Bakassi plaidé devant la Cour internationale de justice - celle-ci fit prévaloir la souveraineté du Cameroun sur cette presqu'île que lui disputait le Nigeria.

Fin lettré et essayiste, ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de l'université de Yaoundé, président de la Commission du droit international de l'ONU, Kamto est une figure à la fois très en vue et réservée - en tout cas jusqu'à sa démission du gouvernement, le 30 novembre dernier. Car ce revirement qui fit grand bruit suscite bien des questions. Certes, celui qui se fait discret dans sa villa de Ngousso, à Yaoundé, a tenté d'expliquer les raisons de son geste lors d'une conférence de presse prévue le 25 janvier, que le pouvoir a fait interdire. Depuis, l'ancien ministre refuse toute interview. Ce qui ne l'a pas empêché d'écrire, dans un communiqué largement diffusé : « La tragédie se noue à nos portes : les conditions de vie infrahumaines du plus grand nombre et le chômage massif des jeunes, mêlés au chaos urbain, annoncent les explosions sociales à venir... »

Patriotisme

À ses détracteurs qui ironisent sur son passage au gouvernement, Kamto rétorque qu'il y est allé par « patriotisme » et rappelle son passé d'opposant dans les années 1990, au sein du Social Democratic Front de John Fru Ndi. Démissionnaire, donc, mais candidat à rien ? Qui peut le croire, à l'heure où beaucoup avancent leurs pions dans la perspective de l'après-Biya ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2672p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2672p018.xml0 from 172.16.0.100