Extension Factory Builder
30/03/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. © AFP

Maurice Kamto se défend de toute ambition politique. Mais sa récente démission du gouvernement camerounais alimente bien des rumeurs.

La plainte a été déposée le 14 mars auprès d'un tribunal de Yaoundé. Le mis en cause : Maurice Kamto, 58 ans, ancien ministre délégué à la Justice, poursuivi pour - entre autres - plagiat. Le plaignant : James Mouangue Kobila, un enseignant de droit à l'université de Douala, qui lui reproche, ainsi qu'à Jean-Claude Tcheuwa, un autre professeur agrégé de droit public, d'avoir omis de mentionner son nom lors de la réédition d'un manuel juridique qu'ils avaient cosigné en 2003. À première vue, l'affaire n'est qu'une banale querelle d'universitaires où Mouangue l'ancien étudiant règle ses comptes avec Kamto le maître autrefois vénéré - qui, de son côté, l'attaque en diffamation. Mais elle prend un relief particulier au regard de la personnalité du principal protagoniste. Véritable icône nationale, Kamto était entré au gouvernement en 2004 en récompense de son rôle déterminant dans la résolution du conflit de Bakassi plaidé devant la Cour internationale de justice - celle-ci fit prévaloir la souveraineté du Cameroun sur cette presqu'île que lui disputait le Nigeria.

Fin lettré et essayiste, ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de l'université de Yaoundé, président de la Commission du droit international de l'ONU, Kamto est une figure à la fois très en vue et réservée - en tout cas jusqu'à sa démission du gouvernement, le 30 novembre dernier. Car ce revirement qui fit grand bruit suscite bien des questions. Certes, celui qui se fait discret dans sa villa de Ngousso, à Yaoundé, a tenté d'expliquer les raisons de son geste lors d'une conférence de presse prévue le 25 janvier, que le pouvoir a fait interdire. Depuis, l'ancien ministre refuse toute interview. Ce qui ne l'a pas empêché d'écrire, dans un communiqué largement diffusé : « La tragédie se noue à nos portes : les conditions de vie infrahumaines du plus grand nombre et le chômage massif des jeunes, mêlés au chaos urbain, annoncent les explosions sociales à venir... »

Patriotisme

À ses détracteurs qui ironisent sur son passage au gouvernement, Kamto rétorque qu'il y est allé par « patriotisme » et rappelle son passé d'opposant dans les années 1990, au sein du Social Democratic Front de John Fru Ndi. Démissionnaire, donc, mais candidat à rien ? Qui peut le croire, à l'heure où beaucoup avancent leurs pions dans la perspective de l'après-Biya ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois [...]

Alice Nkom : "L'homosexualité n'est pas importée, c'est sa répression qui l'est !"

L'avocate camerounaise Alice Nkom s'attaque, depuis plus de dix ans, à l'article 347 bis, pénalisant l'homosexualité au Cameroun. Farouche militante des droits de l'homme, elle a accepté de partager[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Enlèvements au Cameroun : les forces de sécurité ratissent le terrain

Les forces de sécurité camerounaises ratissaient dimanche la région où deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés dans la nuit de vendredi à[...]

Deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés au Cameroun

Deux prêtres italiens et une soeur canadienne ont été enlevés au nord du Cameroun, a indiqué samedi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères qui a mis sur pied [...]

Vidéo - Mondial 2014 : des rappeurs tournent un clip de soutien aux Lions indomptables

Le Mondial 2014 au Brésil approche à grands pas. Au Cameroun, la scène urbaine chante déjà à l'unisson "Allez les lions ! ".[...]

Cameroun : Boko Haram recrute des jeunes à la frontière avec le Nigeria

Selon plusieurs sources sécuritaires camerounaises, Boko Haram enrôle des jeunes camerounais dans la zone frontalière entre le Cameroun et le Nigeria. Une opération mise en place depuis quelques mois par[...]

Football : Samuel Eto'o manquera le choc contre le PSG en Ligue des champions

L'attaquant camerounais de Chelsea, Samuel Eto'o, victime d'une blessure à la cuisse droite, n'a pas été retenu dans le groupe qui affrontera mercredi soir le PSG, à Paris, en quart de finale aller de[...]

Football : Samuel Eto'o, ce sans-papiers devenu star du ballon rond

Le Camerounais Samuel Eto’o s’est confié à France 24, deux jours avant les quarts de finale de Ligue des champions entre Chelsea et le Paris Saint-Germain. Il est notamment revenu sur sa condition de[...]

Mali : une enquête française vise un "parrain" corse lié à l'Afrique

Le quotidien français "Le Monde" daté de vendredi fait état d'une enquête lancée par la justice française contre Michel Tomi, homme d'affaires corse à la tête d'un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers