Extension Factory Builder
30/03/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. Maurice Kamto, en 2008 à Calabar au Nigéria. © AFP

Maurice Kamto se défend de toute ambition politique. Mais sa récente démission du gouvernement camerounais alimente bien des rumeurs.

La plainte a été déposée le 14 mars auprès d'un tribunal de Yaoundé. Le mis en cause : Maurice Kamto, 58 ans, ancien ministre délégué à la Justice, poursuivi pour - entre autres - plagiat. Le plaignant : James Mouangue Kobila, un enseignant de droit à l'université de Douala, qui lui reproche, ainsi qu'à Jean-Claude Tcheuwa, un autre professeur agrégé de droit public, d'avoir omis de mentionner son nom lors de la réédition d'un manuel juridique qu'ils avaient cosigné en 2003. À première vue, l'affaire n'est qu'une banale querelle d'universitaires où Mouangue l'ancien étudiant règle ses comptes avec Kamto le maître autrefois vénéré - qui, de son côté, l'attaque en diffamation. Mais elle prend un relief particulier au regard de la personnalité du principal protagoniste. Véritable icône nationale, Kamto était entré au gouvernement en 2004 en récompense de son rôle déterminant dans la résolution du conflit de Bakassi plaidé devant la Cour internationale de justice - celle-ci fit prévaloir la souveraineté du Cameroun sur cette presqu'île que lui disputait le Nigeria.

Fin lettré et essayiste, ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de l'université de Yaoundé, président de la Commission du droit international de l'ONU, Kamto est une figure à la fois très en vue et réservée - en tout cas jusqu'à sa démission du gouvernement, le 30 novembre dernier. Car ce revirement qui fit grand bruit suscite bien des questions. Certes, celui qui se fait discret dans sa villa de Ngousso, à Yaoundé, a tenté d'expliquer les raisons de son geste lors d'une conférence de presse prévue le 25 janvier, que le pouvoir a fait interdire. Depuis, l'ancien ministre refuse toute interview. Ce qui ne l'a pas empêché d'écrire, dans un communiqué largement diffusé : « La tragédie se noue à nos portes : les conditions de vie infrahumaines du plus grand nombre et le chômage massif des jeunes, mêlés au chaos urbain, annoncent les explosions sociales à venir... »

Patriotisme

À ses détracteurs qui ironisent sur son passage au gouvernement, Kamto rétorque qu'il y est allé par « patriotisme » et rappelle son passé d'opposant dans les années 1990, au sein du Social Democratic Front de John Fru Ndi. Démissionnaire, donc, mais candidat à rien ? Qui peut le croire, à l'heure où beaucoup avancent leurs pions dans la perspective de l'après-Biya ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : Samuel Eto'o peut-il revenir jouer avec les Lions indomptables ?

Cameroun : Samuel Eto'o peut-il revenir jouer avec les Lions indomptables ?

Samuel Eto’o a annoncé la fin de sa carrière internationale, le 29 août, alors qu’il venait de s’engager avec Everton FC (Angleterre, Premier League). L’épilogue d’une his[...]

Boko Haram sème la terreur dans les villes conquises dans le nord du Nigeria

Les insurgés islamistes de Boko Haram poursuivent leur campagne de terreur dans les villes récemment conquises dans le nord du Nigeria. Massacres et tueries sont légion dans une région où[...]

Antoinette Nana Djimou Ida : le style et les jambes

La Franco-Camerounaise a conservé son titre de championne d'Europe d'heptathlon. Et prépare avec autant de concentration son avenir dans le stylisme.[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

Cameroun : les plus beaux buts d'Eto'o avec les Lions indomptables

Samuel Eto'o a annoncé mercredi qu'il mettait fin à sa carrière internationale. L'occasion pour "Jeune Afrique" de vous faire revivre les plus belles réalisations du meilleur buteur de[...]

Cameroun : Paul Biya veut en finir avec Boko Haram

Les islamistes nigérians de Boko Haram ne cessent d'étendre leur influence près des frontières camerounaises. En déplacement en France, le président Paul Biya a fait savoir sa[...]

Jean II Makoun : "Je mets un terme à ma carrière internationale" avec le Cameroun

À 31 ans, Jean II Makoun a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale, débutée en novembre 2003 face au Japon . Il en explique les raisons en exclusivité[...]

Nigeria : Boko Haram tente de renforcer sa présence à la frontière camerounaise

Un jour après avoir pris d’assaut la ville de Gamboru Ngala, située au nord-est du Nigeria, les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont tenté de faire exploser le pont de Fotokol qui relie le[...]

Joël Nana Kontchou, de l'énergie à revendre

À 52 ans, cet ingénieur prend les rênes de l'électricien Sonel, au Cameroun. Ses talents de meneur d'hommes, acquis chez Schlumberger, lui seront utiles pour remettre de l'ordre dans[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex