Extension Factory Builder
19/03/2012 à 12:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le rôle d'un journal d'information n'est pas seulement de faire éclater, quand il le peut et parce qu'il le doit, tel ou tel scandale forcément médiatique, mais aussi et surtout de suivre jusque dans la chambre les pas de ceux qui cherchent à en étouffer les conséquences. D'où cette question : que s'est-il passé, sur le plan judiciaire et financier, pour les principaux auteurs et bénéficiaires des détournements massifs - plus de 30 milliards de F CFA - opérés au sein de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) ? Deux ans et demi après la révélation de ce fric-frac par Jeune Afrique, la réponse est consternante : rien. Aucun jugement n'a eu lieu, aucune condamnation n'a été prononcée, la Beac n'a jamais cherché sérieusement à récupérer l'argent volé et les protagonistes de cette affaire sont tous en liberté, à l'exception d'un seul, un simple lampiste, oublié au fond d'une geôle centrafricaine.

Tous, donc, vaquent tranquillement à leurs occupations. L'un s'est fait élire député chez lui avec l'appui de son président, point de départ, on l'imagine, d'une nouvelle carrière et d'une nouvelle virginité. Un autre jouit paisiblement de sa retraite et compte bien, toute honte bue, obtenir de son ex-employeur qu'il lui offre un parachute doré. Un troisième dirige sans sourciller le cabinet d'un grand chef de la région. Un quatrième continue de jouer dans son pays à l'opposant pourfendeur de mauvaise gouvernance... Quant au mécano du hold-up, relâché en catimini après quelques semaines de prison, il a été signalé tout récemment à Paris en train de procéder à de discrètes opérations immobilières pour le compte de... la Beac.

L'impunité étant la règle et aucune leçon n'ayant apparemment été tirée du scandale, rien d'étonnant à ce que la gestion actuelle de la Banque centrale paraisse toujours aussi opaque, ni à ce que demain les mêmes causes reproduisent les mêmes effets. Pourquoi d'ailleurs en serait-il autrement, quand on sait que le patron de l'une des plus grandes institutions régionales, après avoir encaissé ses vertigineuses indemnités de départ, continue de toucher son très confortable salaire et de diriger ladite institution, non pas depuis le siège de cette dernière, mais depuis son domicile, où il est officiellement en mission - c'est-à-dire entièrement pris en charge ? Cela fait un an que ça dure, et, manifestement, nul ne songe à s'en plaindre.

Soyons lucides, quitte à choquer : ce type d'aberration ne se rencontre plus guère, sur le continent, qu'en Afrique centrale, et il serait temps que les dirigeants de cette région se penchent sérieusement sur ce qui apparaît comme une spécificité aussi malsaine qu'inexplicable. Les hommes n'y sont pas plus corruptibles qu'ailleurs, le pétrole qui y coule n'est pas en soi une malédiction et les chefs d'État n'y ont pas moins, a priori, le souci de l'intérêt public. En Afrique centrale, comme partout, l'argent n'a pas d'odeur. Mais pour beaucoup de responsables politiques et économiques de la région, il n'a pas non plus d'honneur. Serait-ce là l'explication ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : "Virunga", au-dessous du volcan

Un long-métrage diffusé sur Netflix et nommé aux oscars revient sur les comportements douteux d'une firme pétrolière dans le parc naturel des Virunga, en RD Congo.[...]

Le sort du corps de l'ex-roi burundais Mwambutsa IV entre les mains de la justice suisse

Plus de deux ans après son exhumation, la dépouille de l’ex-roi du Burundi, Mwambutsa IV, sera-t-elle ou non rapatriée au Burundi ? La question déchire la famille du monarque, qui a[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Congo-Brazzaville : enquête sur l'étrange contrat d'un négociant pétrolier suisse

 Dans un rapport détaillé, l'ONG suisse la Déclaration de Berne dénonce les conditions, jugées anormalement avantageuses, d'un contrat attribué par l'entreprise publique congolaise[...]

Mohamed El Kettani : « Les scandales financiers concernent les banques internationales, pas les banques africaines »

Aux antipodes des affaires d’évasion fiscale, Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank, première banque du Maroc et leader en Afrique subsaharienne francophone, défend la finance comme[...]

Daniel Ona Ondo : "L'économie du Gabon est assez solide pour résister au choc pétrolier"

Nouveau mode de gestion, réduction des dépenses dans certains secteurs, diversification des modalités de financement des chantiers... Le Premier ministre explique les choix de l'exécutif. Et[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2671p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2671p006-007.xml0 from 172.16.0.100