Extension Factory Builder
19/03/2012 à 12:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le rôle d'un journal d'information n'est pas seulement de faire éclater, quand il le peut et parce qu'il le doit, tel ou tel scandale forcément médiatique, mais aussi et surtout de suivre jusque dans la chambre les pas de ceux qui cherchent à en étouffer les conséquences. D'où cette question : que s'est-il passé, sur le plan judiciaire et financier, pour les principaux auteurs et bénéficiaires des détournements massifs - plus de 30 milliards de F CFA - opérés au sein de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) ? Deux ans et demi après la révélation de ce fric-frac par Jeune Afrique, la réponse est consternante : rien. Aucun jugement n'a eu lieu, aucune condamnation n'a été prononcée, la Beac n'a jamais cherché sérieusement à récupérer l'argent volé et les protagonistes de cette affaire sont tous en liberté, à l'exception d'un seul, un simple lampiste, oublié au fond d'une geôle centrafricaine.

Tous, donc, vaquent tranquillement à leurs occupations. L'un s'est fait élire député chez lui avec l'appui de son président, point de départ, on l'imagine, d'une nouvelle carrière et d'une nouvelle virginité. Un autre jouit paisiblement de sa retraite et compte bien, toute honte bue, obtenir de son ex-employeur qu'il lui offre un parachute doré. Un troisième dirige sans sourciller le cabinet d'un grand chef de la région. Un quatrième continue de jouer dans son pays à l'opposant pourfendeur de mauvaise gouvernance... Quant au mécano du hold-up, relâché en catimini après quelques semaines de prison, il a été signalé tout récemment à Paris en train de procéder à de discrètes opérations immobilières pour le compte de... la Beac.

L'impunité étant la règle et aucune leçon n'ayant apparemment été tirée du scandale, rien d'étonnant à ce que la gestion actuelle de la Banque centrale paraisse toujours aussi opaque, ni à ce que demain les mêmes causes reproduisent les mêmes effets. Pourquoi d'ailleurs en serait-il autrement, quand on sait que le patron de l'une des plus grandes institutions régionales, après avoir encaissé ses vertigineuses indemnités de départ, continue de toucher son très confortable salaire et de diriger ladite institution, non pas depuis le siège de cette dernière, mais depuis son domicile, où il est officiellement en mission - c'est-à-dire entièrement pris en charge ? Cela fait un an que ça dure, et, manifestement, nul ne songe à s'en plaindre.

Soyons lucides, quitte à choquer : ce type d'aberration ne se rencontre plus guère, sur le continent, qu'en Afrique centrale, et il serait temps que les dirigeants de cette région se penchent sérieusement sur ce qui apparaît comme une spécificité aussi malsaine qu'inexplicable. Les hommes n'y sont pas plus corruptibles qu'ailleurs, le pétrole qui y coule n'est pas en soi une malédiction et les chefs d'État n'y ont pas moins, a priori, le souci de l'intérêt public. En Afrique centrale, comme partout, l'argent n'a pas d'odeur. Mais pour beaucoup de responsables politiques et économiques de la région, il n'a pas non plus d'honneur. Serait-ce là l'explication ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à l[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Le Rwanda ou les secrets d'un bon élève

Dévasté par un génocide il y a vingt ans, le pays pauvre et enclavé réalise un spectaculaire redressement économique. Jeune Afrique analyse les ingrédients de cette[...]

Cemac : le "club des six" en état stationnaire

A priori, le club des six a tout pour réussir : une monnaie unique, une union douanière, des règles de convergence budgétaire... Et pourtant, ses échanges commerciaux restent faiblards.[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Transfert d'argent : Express Union renforce sa position en Afrique centrale

Bientôt implantée dans tous les pays de la zone Cemac, la société camerounaise Express Union assoit sa position de leader sous-régional du transfert d'argent. Une réussite liée[...]

Le Cameroun met fin au gel des prix des carburants

Bloqués depuis six années, le prix du super, du gasoil et du gaz domestique ont été revus à la hausse à compter du 1er juillet au Cameroun. Le gouvernement envisage d’augmenter les[...]

Henri-Claude Oyima : "L'expansion de BGFI Bank passera par une série d'acquisitions"

Le patron gabonais énonce les principaux axes de son nouveau plan stratégique. De la banque de détail aux assurances, l'année 2014 promet son lot de surprises.[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Comment Bernard Fokou élargit son empire

En trente ans, le self-made-man a bâti un groupe ultra-diversifié présent jusqu'au Congo et au Gabon. Il s'attaque maintenant au minerai qui sera extrait de la frontière camerouno-congolaise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers