Extension Factory Builder
15/03/2012 à 09:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme dans les rayons d'un magasin 100% Halal à Nanterre, en France. Un homme dans les rayons d'un magasin 100% Halal à Nanterre, en France. © AFP

Conséquence de l'émergence de l'islam dans l'espace public, le mot "halal" a fait une entrée fracassante dans la campagne présidentielle française. L'abattage rituel des animaux destinés à la consommation a certes un fondement religieux. Mais il est surtout un signe d'appartenance communautaire. Et le prétexte à bien des amalgames.

Il y a trente ans à peine, le mot halal était introuvable dans le lexique français. Aujourd'hui, on le trouve un peu partout à Paris, sur les enseignes des restaurants et des magasins d'alimentation, en particulier dans les quartiers habités ou fréquentés par les musulmans. Depuis quelque temps, il s'invite même dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2012. Les amalgames concernant la notion de halal sont devenus légion. Ils ne sont que le révélateur des difficultés concrètes d'insertion de la communauté musulmane.

Revenons aux origines. Appliquée à la nourriture, la notion de halal (« licite ») est l'opposé de haram (« illicite », mais également « sacré » dans d'autres contextes). Contrairement à l'Ancien Testament (voir, par exemple, Deutéronome XIV), où les interdits alimentaires sont nombreux, le Coran limite les nourritures illicites à quatre. Voici ce que dit le verset 145 de la sourate VI, l'un des derniers révélés, selon les sources des asbab al-nuzul (« circonstances de la révélation ») : « Déclare : "Je ne trouve dans ce qui m'a été révélé rien d'illicite pour celui qui consomme une nourriture, en dehors des animaux crevés, du sang répandu, de la viande de porc - car c'est une souillure - ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à [une divinité] autre que Dieu. Cependant, celui qui en consommerait par contrainte et non dans l'intention d'être rebelle ou transgresseur, Dieu [lui pardonne] car ton Seigneur est indulgent et miséricordieux" » (traduction de B. Hamza). Même la consommation du vin, réputée pour être illicite dans la littérature du Fiqh, n'y est pas incluse.

Qu'est-ce à dire, sinon que les interdits alimentaires sont communs aux trois religions monothéistes et, à l'instar des rites communautaires, n'ont pas tous leur fondement dans les textes sacrés ? Si les juifs pratiquants respectent toujours ces interdits rigoureux, les chrétiens, à l'exception, jusqu'à aujourd'hui, de ceux d'Éthiopie, s'en sont débarrassés assez tôt, se fondant sur la célèbre formule de Jésus : « Il n'y a rien d'extérieur à l'homme qui puisse le rendre impur en pénétrant en lui, mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur » (Marc 7, 15).

Quant aux musulmans, leur attitude envers la nourriture en général et envers les interdits alimentaires en particulier est loin d'être univoque. Sihem Missaoui lui a consacré une belle thèse de presque mille pages publiée en arabe, à Tunis, en 2008. Autant dire qu'on a toujours tort de réduire cette question à caractère anthropologique, sociologique, économique et politique à sa seule dimension religieuse.

Cependant, le thème qui défraie plus que d'autres la chronique pro- et antihalal concerne la consommation de viande égorgée rituellement et l'abattage des animaux destinés à cette consommation. On doit alors se demander pourquoi ce problème soulève tant de passions en France, alors que, d'une part, les musulmans dans les pays de tradition chrétienne avaient coutume, jusqu'au regain récent de religiosité, de manger la viande qui se trouve sur le marché, exceptée celle de porc, considérant que le Coran ne l'interdit pas (« La nourriture de ceux qui ont reçu l'Écriture est licite pour vous », Coran V, 5), et que, d'autre part, les règles d'abattage instituant l'évanouissement de l'animal avant de le tuer ne datent que de 1965, et n'avaient point soulevé à l'époque de réactions de la part des chefs religieux musulmans.

Les arguments avancés par les uns et les autres n'aident guère à comprendre le problème. La consommation de viande halal est devenue un signe d'appartenance communautaire. Elle est semblable en cela à la circoncision, qui n'a pas non plus de base coranique et n'occupe dans la littérature jurisprudentielle qu'une partie infime et très marginale, mais qui, dans la conscience islamique commune, est centrale. Comme on ne conçoit pas qu'un musulman ne soit pas circoncis, on ne conçoit plus qu'un musulman consomme de la viande d'un animal qui ne soit pas égorgé rituellement, selon la doctrine islamique.

Les explications par la nécessité de respecter les préceptes religieux, d'un côté, et par des considérations d'hygiène et de non-cruauté envers les animaux, de l'autre, ne sont en définitive que prétextes à occulter des enjeux d'un autre ordre, relatifs à la visibilité culturelle de la communauté musulmane et à la place des musulmans dans la vie politique et économique, d'où ils sont généralement exclus tant qu'ils ne se conforment pas aux normes sociales communes. Sans tenir compte des causes profondes de cette exclusion dans le contexte de la crise économique structurelle que traverse l'Europe, il est illusoire de prétendre résoudre la question du repli identitaire, dont l'attachement à la nourriture halal n'est qu'une des manifestations publiques, à l'instar du foulard, par des solutions faisant appel aux débats théologico-religieux stériles qui n'aboutissent qu'à renforcer ce repli. 

* Islamologue tunisien, auteur, entre autres, de l'Islam entre le message et l'Histoire (Albin Michel, 2004).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers